Catégories
Actus culinaires

Vox s'oppose à l'état d'alarme et fera appel s'il va de l'avant: "En avril, il n'y aura pas de pierre sur pierre"

Mis à jour

Lundi,
26
octobre
2020

11 h 01

Le leader de la formation, Santiago Abascal, annonce que se rendre à la Cour constitutionnelle pour juger le couvre-feu "illégal"

Le l

Le leader de Vox, Santiago Abascal, la semaine dernière lors de la motion de censure.
BASSIN

"En avril, il n'y aura pas de pierre sur pierre." Sous l'avertissement que «des millions d'Espagnols» tomberont en «ruine», Vox a rejeté le nouvel état d'alerte présenté par le gouvernement et a annoncé qu'il ferait appel à la Cour constitutionnelle s'il allait de l'avant, selon le leader de la formation. , Santiago Abascal, ce lundi.

Abascal, dans une interview avec Telecinco, a estimé que le couvre-feu destiné à limiter les mouvements de nuit sur tout le territoire national "est illégal et ne peut pas être appliqué en état d'alerte", c'est pourquoi son parti va saisir la Cour constitutionnelle comme il l'a fait avec le précédent. état d'alerte "considérant qu'il s'agissait d'un état d'exception déguisée".

Interrogé pour savoir si la solution était d'adopter l'état d'exception, Abascal a rejeté la proposition et a souligné la nécessité d'effectuer des contrôles dans les aéroports et des tests massifs sur la population pour gérer correctement la deuxième vague de la pandémie.

État d'alarme "perpétuel"

En ce qui concerne l'intention du gouvernement de prolonger à six mois l'état d'alerte actuel (quatrième de notre démocratie, troisième que le gouvernement Pedro Sánchez active), le président de Vox a estimé que d'ici avril "des millions d'Espagnols vivront dans la ruine", une situation que son parti ne permettra pas.

Pour cette raison, a-t-il poursuivi, Vox vote contre «toute approche» au Congrès des députés sur le plan conçu par l'exécutif.

De Vox, la position sur l'état d'alerte soulevé par le gouvernement du PSOE et United We Can est frontalement contraire depuis son annonce. Le porte-parole parlementaire du parti, Ivn Espinosa de los Monteros, a été le premier à annoncer que Vox ne soutiendrait pas la proposition quelques heures après sa présentation: "Ils ont l'intention de soumettre (l'Espagne à) un couvre-feu inhabituel à un calendrier absurde" et que l'allonger de six mois était la solution.

Pour Espinosa de los Monteros, cet état d'alerte «perpétuel» est la solution avec laquelle le gouvernement «entend cacher son échec» dans la gestion de la pandémie et le transfert de responsabilité aux communautés autonomes et aux citoyens.

Pour sa part, le premier vice-président de l'action politique du parti, Jorge Buxad, a exprimé que le nouvel état d'alerte "revient à chacun des défauts et illégalités" que Vox avait déjà dénoncé au sujet des mesures prises par le gouvernement en mars.

"C'est absolument inconstitutionnel", a souligné Buxad, qui a critiqué le fait que le confinement des territoires autonomes est rendu possible et, en attendant, toutes les frontières de notre pays restent ouvertes et sans contrôle.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *