Catégories
Actus culinaires

Vox reçoit l'autorisation pour ses mandataires de porter des masques avec le drapeau de l'Espagne dans les bureaux de vote

Jeudi,
deux
juillet
2020

10:56

Le Conseil électoral central résout une consultation de la formation en Galice et conclut qu'il s'agit d'un symbole national et non d'un symbole de parti, et qu'il ne rompt pas la neutralité dans les centres de vote

Macarena Olona (Vox) devant le regard de Gabriel Rufi

Macarena Olona (Vox) devant le regard de Gabriel Rufin (ERC).
ALBERTO DI LOLLI

Macarena Olona l'a rendue à la mode. Ensuite, ce masque avec le drapeau de l'Espagne a été assimilé par Vox comme sa propre caractéristique en ces temps de coronavirus et maintenant ses dirigeants au Congrès le portent habituellement. Malgré cela, la Commission électorale centrale a autorisé hier la formation de Santiago Abascal afin que ses représentants puissent les utiliser dans les collèges électoraux de Galice et du Pays basque lors du vote du 12 juillet, comme EL MUNDO l'a appris.

Après avoir analysé le cas spécifique à la suite d'une consultation Vox, la Commission électorale centrale autorise l'utilisation de ce modèle de masque car le drapeau espagnol est un symbole national qui n'est l'héritage d'aucun parti, mais de tous les citoyens, et que, par conséquent, le montrer ainsi dans les centres de vote ne contrevient pas à la loi électorale sur l'emploi de slogans politiques ou de propagande.

Il n'enfreindra pas non plus la loi, si tel était le cas, s'il s'agissait d'un masque ikurria ou avec un drapeau galicien. Ce serait la même situation car ce sont aussi des drapeaux officiels représentant tous les citoyens basques et galiciens.

Le drapeau n'est pas considéré comme comparable à un logo de parti ou à tout autre symbole politique de parti. Deux aspects totalement interdits. Pour cette raison, les auditeurs ne peuvent pas porter, par exemple, un t-shirt avec une devise électorale ou un dessin satirique avec un rival. Les agents ne peuvent porter que l'identification qui les accrédite en tant que tels.

La prémisse qui entoure tout cela est que les collèges électoraux doivent être garantis qu'ils sont un espace de neutralité et qu'ils ne deviennent pas la dernière cartouche des partis à faire campagne et à conditionner le vote.

L'étude de cette question par la Commission électorale centrale est née d'une consultation effectuée par Vox à La Corua, sur la question de savoir si les masques susmentionnés pouvaient être interprétés comme un symbole de parti. La réponse est que non, mais en même temps, un avertissement a été envoyé à Vox sur la façon dont cela devrait être et sur les lignes qui ne peuvent pas passer.

Les masques ne peuvent pas contenir le nom du parti ou tout autre logo ou insigne qui pourrait lui être associé. Parce qu'il y aurait violation de la loi électorale. De même, il est rappelé à Vox que les auditeurs peuvent ne pas être en uniforme ou vêtus de chemises d'identification.

Cette question n'est pas mineure car la Commission électorale a dû mettre en garde par le passé contre l'utilisation de cravates jaunes par le mouvement indépendantiste catalan. Dans ce cas précis, ils sont considérés comme ayant des connotations politiques évidentes (et "exclusives") qui empêchent leur utilisation au sein d'un collège électoral.

De plus, nous pouvons faire une consultation à ce moment pour savoir si leurs représentants peuvent porter des chemises d'identification de fête. Quelque chose que la Commission électorale centrale a rejeté.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *