Catégories
Actus culinaires

Vox quitte la Commission de la reconstruction dans sa dernière ligne droite: "Le gouvernement ne cherche que votre excuse"

Mardi,
2. 3
juin
2020

16:41

Adriana Lastra exhorte le PP à parvenir à un pacte pour la réactivation mais l'accuse en même temps de "boycotter l'Espagne" et de ne pas être "patriote"

Iv

Ivn Espinosa de los Monteros, au Congrès des députés.
Fernando Alvarado EFE

Vox a annoncé sa décision d'abandonner le Commission de reconstruction Juste à son stade final, lorsque toutes les comparutions d'experts auront été réglées et que les formations politiques prépareront leurs documents de conclusions respectifs pour être débattus, amendés et négociés afin d'être intégrés dans un document final aussi consensuel que possible qui sera soumis à la session plénière de la Congrès dans la première quinzaine de juillet.

Son porte-parole parlementaire, Ivn Espinosa de los Monteros, a expliqué que son parti "renonce" à continuer d'être présent à la Commission car il considère que le gouvernement "n'a pas la moindre intention de reconstruire mais entend plutôt qu'il devienne une commission" de disculpation. " "Nous ne contribuerons pas aux accords que le PSOE, le PP et les citoyens peuvent conclure", a-t-il assuré.

Vox entend présenter dans les prochains jours ses propres propositions de reconstruction mais en dehors de la Commission dont elles se marginalisent. Pour le parti de Santiago Abascal, "la voie que le gouvernement a l'intention de suivre est exactement le contraire de celle qu'il devrait entreprendre et des propositions sensées qui ont été entendues". Selon Espinosa de los Monteros, l'exécutif a "utilisé" la crise des coronavirus "à ses propres fins".

"Avec ce gouvernement", a déclaré le porte-parole de Vox, "il n'y a plus qu'une distance infinie". "Leurs approches ne feront que générer plus de souffrance et plus de chômage", a-t-il déclaré.

De son côté, la porte-parole du PSOE, Adriana Lastra, a annoncé que son parti enregistrerait ses conclusions pour la réactivation demain dans le but de "partir avec un pays plus fort dans lequel les habituels ne perdent pas".

Lastra qui a appelé à la "responsabilité" de tous les groupes et surtout du PP, une formation qui a pourtant attaqué pour "être le parti habituel: celui de la colère et du manque de scrupules, celui qui travaille contre l'Espagne, celui qui la boycotte "Et qui, selon lui," n'est pas d'être patriote ".

Lastra a assuré de trouver une "volonté de pacte" dans le représentant de la populaire dans la Commission, Ana Pastor, mais pas dans d'autres hauts représentants du parti. Le porte-parole du PSOE a critiqué le PP principalement pour les positions qu'il défend en Europe, en faveur du fait que les fonds d'aide à la pandémie soient soumis à conditions et pour avoir envoyé une lettre au Commission européenne dénonçant de prétendus abus démocratiques du gouvernement sous l'égide de l'état d'alarme.

À cette accusation s'ajoute le porte-parole d'Unidas Podemos, Pablo Echenique, une force qui conçoit avec le PSOE, non sans quelques divergences d'opinion, un document commun de conclusions qui, a-t-il souligné, devrait envisager la création d'un système public et étatique soins de santé, comme l'a déclaré la ministre de l'Égalité, Irene Montero, lors de sa comparution devant la Commission la semaine dernière. Nous pouvons également essayer de convaincre votre partenaire de l'opportunité d'inclure également dans votre proposition de conclusions l'introduction de ce qu'on appelle l'impôt sur la fortune.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *