Catégories
Actus culinaires

Vingt ans de la dernière offensive de l'ETA en Catalogne: six mois, cinq meurtres

Lundi,
vingt et un
septembre
2020

02:09

Deux conseillers du Parti populaire, l'ancien ministre Ernest Lluch, un garde urbain et un «  mosso '', les victimes

Ibarrtexe, Clos, Pujol, Aznar et Zapatero, le 23 novembre 2000, ...

Ibarrtexe, Clos, Pujol, Aznar et Zapatero, le 23 novembre 2000, lors de la manifestation contre l'attaque d'Ernest Lluch, à Barcelone.
REUTERS

Jos Luis Ruiz marié partez toujours à 7h30 de chez vous, à Sant Adri de Bess, à la périphérie de Barcelone. Il a commenté à certaines occasions que s'ils attaquaient Sant Adri, ce serait son tour, car il avait des heures strictes. Mais il n'était pas obsédé par cela. Nous n'avions pas peur, souviens-toi Salvador Aragall, intime de Ruiz Casado, tous deux conseillers du PP dans la commune en 2000. A cette époque, cela faisait plus de six ans que l'ETA n'avait pas tué en Catalogne.

Les terroristes Jos Ignacio Krutxaga, Fernando Garca Jodr et Lierni Armendariz (Ce dernier appartient au groupe des cinq membres de l'ETA qui vont être transférés prochainement dans des prisons proches pays Basque) a mis fin à la parenthèse après avoir découvert la routine ponctuelle d'un père de deux mineurs et sans aspiration à prospérer en politique. C'était le premier des cinq derniers meurtres que le gang a accusés Catalogne dans six mois, une offensive qui se révélera être l'épilogue macabre de ETA dans la communauté. Le prélude à la fin a été deux coups de feu sur un homme sensible aux inquiétudes de ses voisins, orphelin en guise d'escorte et agressé par derrière, partant juste pour aller travailler à l'heure habituelle. Aujourd'hui a 20 ans.

Nous ne pouvons pas l'imaginer. Sant Adri apparaissait à peine sur la carte, nous n'avions aucune pertinence politique. De plus, aucune attaque n'a été commise en Barcelone o Catalua dernièrement, souligne Aragall. Les insoupçonnés de l'homicide sont liés à la stratégie de socialisation de la douleur à laquelle l'ETA s'est appliquée après la rupture de la trêve de 1999: 23 assassinés et 102 blessés dans toute l'Espagne en un an.

En ciblant n'importe quel représentant constitutionnel, le gang propageait une menace aveugle qui rendait difficile la protection de toute cible possible. Ils nous ont envoyé quelques recommandations de base en matière d'autoprotection. Que nous n'allions pas toujours au même endroit, que dans les restaurants nous ferions face à la porte … Nous n'avions pas envisagé une escorte. Nous l'avons eu après l'attaque pendant un temps très limité, déplore Aragall.

Deux mois plus tard, le commandement reconstitué de Barcelone a commis le crime dont on se souvient le plus, l'assassinat de l'ancien ministre socialiste. Ernest Lluch. Krutxaga et Garca jodr Ils ont profité du manque de gardes du corps pour s'approcher de lui dans un garage et faire taire une voix en faveur de la négociation pour que le gang dépose les armes.

Rosa Lluch explique que son père a demandé à être escorté 24 heures avant sa mort, alarmé par l'escalade après le cessez-le-feu. Je l'ai très mal vécu. Il avait l'impression qu'il pouvait être une cible du gang. L'après-midi avant d'être tué, il a rencontré le délégué du gouvernement, Julia Garca Valdecasas, et je l'ai mentionné. Au nom du gouvernement, il lui a dit qu'il ne devait craindre rien et qu'il ne devait pas être escorté car il n'était en aucun cas une cible. Lluch l'a révélé à sa fille quelques heures avant d'être abattu, alors qu'ils mangeaient. Il m'a dit d'être calme. Il avait la garantie de l'État. Cela aurait été bien s'ils nous expliquaient ce qu'ils avaient l'habitude de lui donner, dit Rosa.

Bien que la demande de dialogue vienne d'avant, Lluch est apparu comme un symbole dont il fallait parler, interprète Robert Manrique, alors délégué de l'Association des Victimes du Terrorisme en Catalogne. La marche massive à la mémoire de l'ancien ministre a été couronnée par une demande improvisée du journaliste Gemma Nierga en faveur d'un dialogue avec ETA, ce qui a déplu au gouvernement de Jos Mara Aznar.

Cela reflétait ce que mon père aurait fait. C'était un personnage mal à l'aise qui, ayant quitté la politique active, pouvait se permettre de dire des choses que d'autres trouvaient difficiles, pense sa fille. Je n'ai pas compris la tension que cela montait. Grande oreille Il avait dit des mois auparavant de s'asseoir avec ETA. Mais cela m'a dérangé que le message n'ait pas été consulté d'abord avec les victimes. Nous aurions pu être d'accord, croyez Manrique.

La clameur n'a pas pitié des membres de l'ETA: dans les semaines suivantes, ils ont pris la vie de Francisco Cano, conseiller du PP en Viladecavallset le garde Juan Miguel Gervilla. Le commandement est tombé en janvier 2001. Les secours ont été de courte durée: l'ETA est réapparu deux mois plus tard, avec une voiture piégée devant un hôtel de Roses. Le shrapnel a frappé un mosso d'esquadra, Santos Santamara Avendao. Ce n'était pas un massacre parce que certains garçons y ont risqué leur vie. L'hôtel était plein de retraités et les garçons les ont presque traînés dehors. Mon fils est mort, mais beaucoup d'autres auraient pu mourir, prévient son père, Santos Santamara, vice-président de l'Association catalane des victimes des organisations terroristes.

C'était son dernier jour à Roses, le lendemain, il a été transféré à Barcelone. Il n'était pas en service et, avec l'alerte, il s'est présenté. C'était mon anniversaire. Les derniers mots qu'il a eu avec moi ont été: «Papa, félicitations. A demain », se souvient le père.

La liste des 54 assassinés en Catalogne se ferme avec le seul mosso tué par le gang. Ce n'était pas le dernier parce que l'ETA ne voulait plus tuer, dit Santamara, qui a le sentiment que des noms comme celui de son fils ont été oubliés: en partie, cela console que c'était le dernier. Mais c'était notre fils et nous ne savons pas s'il était d'une grande utilité.

En fait, aujourd'hui, les relations entre le mouvement indépendantiste catalan et la formation héritière d'Herri Batasuna, Bildu, sont très étroites.

L'hommage à Ruiz Casado a été suspendu par le Covid. Ni le commandement de Barcelone ni les auteurs de l'attentat de Roses, Aitor Olaizola et Eider Prez, ils ont demandé pardon.

Cinq crimes dans les adieux de l'ETA à la Catalogne

  • JOS LUIS RUIZ CASADO. Conseiller du PP à San Adri de Bess. Tourné le 21 septembre 2000.
  • ERNEST LLUCH. Ancien ministre de la Santé, assassiné dans son garage le 21 novembre 2000.
  • FRANCISCO CANO. Conseiller du PP à Viladecaballs, assassiné le 12-14-2000 à Tarrasa.
  • JUAN MIGUEL GERVILLA. Garde urbaine. Abattu à Barcelone le 20 décembre 2000.
  • SAINTS SANTAMARA. Mosso d 'Esquadra. Tué par une voiture piégée à Roses (17 mars 2001).

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *