Catégories
Actus culinaires

Villarejo au juge: "Je fais les rencontres avec Corinna à la demande du CNI, ils voulaient que je le fasse sortir"

Jeudi,
un
octobre
2020

20:01

L'audio de sa déclaration sur les affaires du roi émérite reflète qu'il n'a pas voulu donner de détails et qu'il s'est approché de la femme d'affaires à la demande des services de renseignement.

Femme d'affaires allemande Corinna Larsen, à Saint-Pétersbourg, en 2017.

Femme d'affaires allemande Corinna Larsen, à Saint-Pétersbourg, en 2017.
MIKHAIL METZEL

«Je rencontre cette dame à la demande du CNI, pas spontanément parce que je m'ennuie les après-midi. Je le fais évidemment parce qu'ils me le demandent. C'est ainsi que Jos Manuel Villarejo a expliqué au juge l'origine de ses rencontres avec l'ami intime du roi émérite Corinna Larsen.

La déclaration faite par le juge d'alors de la Valise Tandem à la Cour nationale, Diego de Egea Le 26 juillet 2018, il s'est concentré sur l'enregistrement saisi par la police dans lequel Larsen racontait à Villarejo les activités illégales présumées de Don Juan Carlos. L'ancien commissaire évite d'entrer dans ces détails, affirmant qu'il ne voulait pas violer la confidentialité dans laquelle avait eu lieu sa rencontre avec Larsen.

La première question du juge est celle qui pousse le commissaire à la retraite à expliquer la prétendue intervention du CNI: "Il m'est étrange que dans cette conversation il dise qu'ils vont avoir les téléphones éteints sur la table. Par conséquent, cela me choque que c'était Comment a-t-il été enregistré? ", demande De Egea, d'après l'enregistrement de l'interrogatoire auquel les parties ont désormais accès.

«Je ne saurais pas vous dire comment», commence Villarejo, «ce que je sais, c'est qu'avant la conversation j'ai maintenu le contact avec les membres du CNI qui m'accompagnaient. Je fais ces rencontres avec cette femme à la demande du CNI, pas spontanément car je m'ennuie L'après-midi, je ne sais pas quoi faire. Je le fais évidemment parce qu'ils me le demandent. "

Le fichier 'Janus'

La personne interrogée ajoute qu'à un moment donné, les agents du CNI lui demandent de laisser sa veste, qu'ils lui rendent peu après. C'est à ce moment-là qu'il imagine qu'ils ont installé «l'appareil» qui à la fin de la réunion les agents contrôlaient à nouveau.

Villarejo explique que l'intérêt du CNI était de récupérer un fichier appelé Janus dont Larsen avait une copie et qui aurait inclus des informations sur "des personnalités de ce pays, avec une section intitulée contrôle de la robe où il y avait des informations sur les juges, les procureurs, etc. "

Le rôle que lui a confié le CNI à l'égard de Larsen était «de gagner sa confiance et de le faire sortir». Selon Villarejo, il n'a pas réussi, comme les services de renseignement ne l'avaient pas réalisé auparavant malgré les «menaces» pesant sur Larsen.

Après avoir clarifié l'enregistrement de la réunion "à Londres en 2014 ou 2015", dans laquelle l'ancien président de Telefnica Juan Villalonga, le juge interroge Villarejo sur trois affaires compromises pour Don Juan Carlos.

Les affaires du roi émérite au Maroc

"Que savez-vous de l'achat de terrain par le roi qui a émergé à Marrakech en collusion ou par l'intermédiaire du roi du Maroc?" La police évite de répondre. "Je ne peux pas aller plus loin parce que Corinna pense qu'elle parlait à un avocat et je trouve cela impuissant pour elle et pour les autres."

Voici «les contrats relatifs au roi émérite déposés par l’intermédiaire d’un de ses cousins», mais il obtient la même réponse de Villarejo, qui ne précise pas non plus le dernier point abordé par le juge: «Je dois lui poser des questions sur une commission qui auraient été payés à Rey emrito dans le cadre de la construction de l'AVE à La Mecque ".

«Je me réfère à ce qui a été dit ci-dessus», conclut-il lorsque le juge insiste pour qu'il place temporairement l'achat, les contrats et les commissions.

À ne pas divulguer

Plus tard dans l'interrogatoire, Villarejo rappelle au magistrat qu'il a demandé avec insistance «que certaines informations soient restreintes et que le CNI les détienne», car si elles étaient divulguées, elles pourraient causer des dommages «graves» aux grandes entreprises espagnoles.

La demande avait été faite lorsque les multiples pièces du Affaire Villarejo qui ont parsemé des sociétés comme BBVA ou Iberdrola.

Villarejo explique au juge qu'au début du mois, sa défense lui avait dit qu'il serait bientôt libéré sous caution et qu'il était convaincu qu'il le ferait.

«La semaine suivante, je me promène dans la cour de la prison et ils me disent 'hé, ils parlent de toi'. Voyons ce que c'est … cela se produit (les crimes possibles du roi émérite) et à partir de ce moment je me rends compte que je ne vais pas sortir de prison vivant », explique Villarejo, qui finit par insister pour ne pas donner de détails sur ce que le juge lui demande.

"Moi, jamais. Avec leurs défauts et leurs vertus, les Espagnols doivent beaucoup au roi. La monarchie est un pilier. Je ne ferai jamais aucune sorte de coercition."

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *