Catégories
Actus culinaires

Urkullu autorise la consultation des documents déposés dans trois fichiers qui rassemblent leurs efforts dans le 'procs'

Actualisé

Dimanche,
26
juillet
2020

12:13

Ils se trouvent depuis février 2019 au Monastère de Poblet, à la Fondation Sabino Arana et aux Archives Historiques du Pays Basque. Les documents qui ne font pas référence à d'autres personnes peuvent être consultés

Urkullu témoignant en tant que témoin dans le procès du proc

Urkullu témoignant en tant que témoin dans le procès des procs.
LE MONDE

Le lehendakari par intérim, Iigo Urkullu, a autorisé que les documents qui recueillent ses contributions en tant que médiateur dans le soi-disant «  procs '' catalan, et qui ont été déposés au monastère de Poblet, à la Fondation Sabino Arana et aux Archives historiques du Pays basque, peut être consulté.

Urkullu a déposé dans ces trois dossiers une copie de la documentation qui compile son rôle dans le processus souverainiste et qui était composée d'environ 300 documents, y compris des lettres, des courriels et des notes personnelles.

Selon des sources du gouvernement basque, Urkullu a renvoyé trois lettres au monastère de Poblet, à la Fondation Sabino Arana et aux Archives historiques basques pour permettre leur consultation.

Dans les lettres, le Lehendakari a rappelé que le 27 février 2019, un jour avant sa comparution en tant que témoin devant la Cour suprême, il avait envoyé une copie de toute la documentation relative à sa participation aux soi-disant «  procs '' et que le 21 Janvier a terminé cette documentation.

"Depuis, et surtout ces dernières semaines, je reçois des demandes de consultation de ces documents. En réponse à celles-ci, j'ai jugé opportun de les autoriser à partir du 23 juillet", explique le président basque.

Dans les lettres, Urkullu précise que les archives ont deux documents archivés, le premier étant "complet", tandis que dans le second "seules mes propres contributions sont conservées, éliminant celles correspondant aux personnes avec lesquelles j'ai eu une relation".

"C'est ce deuxième document qui peut désormais être librement consulté. La consultation du premier nécessitera l'autorisation expresse de la ou des personnes avec lesquelles j'avais dit relations", ajoute-t-il.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *