Catégories
Actus culinaires

Une affiche sécessionniste de l'ANC est accrochée dans un institut d'Ibiza depuis trois ans: "Vers la liberté. Un mètre plus près"

samedi
26
septembre
2020

09:34

La banderole en faveur de l'indépendance de la Catalogne provient de l'Assemblée nationale catalane et est visible des étudiants: «Elle fait partie du mobilier», dénonce un ancien enseignant du centre, sans que l'équipe de direction et l'inspection pédagogique aient pris des mesures dans tout ce temps

Affiche de l'indépendance accrochée dans le département de catal

Affiche de l'indépendance accrochée dans le département catalan de l'IES Sant Agust de Ibiza.

Le département catalan de l'institut public Sant Agust à Ibiza affiche une immense bannière de symbolisme sécessionniste accroché au mur à côté du tableau d'affichage. "Vers l'indépendance. Un mètre plus près de la liberté", indique l'affiche jaune en catalan et en anglais, visible par tout étudiant qui passe à proximité de la salle. Le message peut être consulté à partir de la bibliothèque et une salle de classe de 2 de l'ESO. Les étudiants du centre le considèrent comme un avertissement aux plaisanciers: "Ils viennent avec l'arc jaune et, bien sûr, on préfère garder son avis pour lui-même pour ne pas avoir de problèmes", dénonce un mineur de ce centre.

La bannière fait partie de la marchandisage de l'Assemblée nationale catalane, agitateur des rues en faveur de l'indépendance, qui depuis 2013 distribue des banderoles, t-shirts et autres produits portant cette devise. Les autorités catalanes comme l'ancien président de la Generalitat, Artur Mas, et l'ancien président de la Chambre catalane et également ancien dirigeant de l'ANC, Carmen Forcadell, qui purge actuellement une peine de 11 ans et demi de prison après avoir été reconnu coupable d'un crime de sédition, ont posé publiquement avec cette affiche.

Un ancien enseignant du centre explique que la bannière en faveur de l'indépendance de la Catalogne n'est pas récente mais que été là "de nombreuses années" Sans que l'équipe de direction ou l'inspection pédagogique n'ait agi contre elle pour garantir la neutralité idéologique de cet espace d'enseignement. "Il fait partie du mobilier", admet sarcastiquement cet enseignant, qui a dû changer d'école car au cours de l'année écoulée il a souffert coercition par l'équipe de direction de ce centre pour parler en espagnol.

«Je suis obligé de parler en catalan avec les enseignants, les élèves et les parents car c'est la langue véhiculaire du centre», a-t-il dénoncé dans des déclarations à ce journal, fournissant une minute de réunion où le directeur et le coordinateur linguistique du centre l'ont réprimandé pour avoir utilisé l'espagnol, «L'enseignant souligne qu'il y a des enseignants qui utilisent leurs vêtements pour transmettre leurs idées politiques, portant des rubans jaunes et des T-shirts avec des messages politiques, avec« l'approbation des dirigeants ».

Collecte de signatures

L'institut est silencieux avant les exigences d'information de ce journal, bien qu'il ait commencé une collecte de signatures pour soutenir l'équipe directe "face aux accusations" des médias. "Il y a des enseignants qui se sentent sous pression de passer en secrétariat et de signer cette pièce justificative qu'il souhaite envoyer à la presse », précisent des sources consultées, qui assurent qu'il existe au moins un syndicat éducatif qui le soutient.

Il y a quatre ans, au cours de l'année académique 2016-17, l'IES Sant Agust a mené une enquête auprès des étudiants connaître le «fonctionnement linguistique» du personnel enseignant et détecté que il y a des professeurs qui "au début du cours, changent souvent de langue pour parler directement aux élèves hispanophones". Cela se reflète dans le projet linguistique du centre, qui vise à s'attaquer à ce" problème "car" il y a des enseignants qui ne sont pas tout à fait conscients du rôle d'exemple qu'ils exercent devant les élèves et de la nécessité de maintenir des attitudes linguistiques cohérentes avec les objectifs généraux d'enseignement ".

Il projet linguistique insiste sur la nécessité d'éviter les pratiques de diglossie (situation dans laquelle deux langues coexistent dans une communauté de locuteurs et sont utilisées dans des sphères ou des circonstances différentes), à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de la classe, car «elles ne font que contribuer à la latinisation de la langue catalane et empêchent les jeunes envisager une langue d'usage normal dans n'importe quelle situation. "

Ce document dit également que "Le catalan est la langue du centre, la langue administrative et la première langue à utiliser dans l'enseignement, oral et écrit, et dans la programmation complémentaire et extrascolaire ".

Cataln dans l '' environnement '

L'imposition du catalan s'étend comme "langage véhiculaire environnemental" du centre, et affecte également le l'étiquetage, le nom du centre ou des avis. Aussi, devriez-vous trouver affiches de typologies différentes (activités menées dans la commune, entités privées qui organisent diverses choses, offres d'emploi, etc.) qui ne sont pas en langue catalane, "il sera nécessaire de demander, chaque fois que possible, que dans ces cas propres règlements du centre », précise le projet linguistique.

L'objectif de ces mesures est "atteindre une normalité linguistique totale, en évitant la minorisation progressive de la langue catalane". Une normalité qui doit être atteinte avec "participation active"du corps enseignant, du conseil d'école, des associations de mères et de pères, et des institutions publiques et culturelles de l'environnement".

Le personnel non enseignant est également tenu de "garantir qu'il s'exprime en catalan dans ses relations avec le reste de la communauté éducative", ainsi que "les documents généraux du centre (documentation administrative, bulletins, notifications, etc.) et notifications aux parents. "

L'IES Sant Agust affirme que "quelle que soit la langue de la famille, la langue de base de l'interrelation entre les étudiants est l'espagnol" et cela provoque un "déracinement des élèves de l'environnement dans lequel ils vivent, phénomène de plus en plus clair, et à l'égard duquel les centres éducatifs ont l'obligation d'intervenir, dans la mesure de nos possibilités.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *