Catégories
Actus culinaires

Un tribunal enquête sur deux commandes de la Garde civile pour avoir "rompu" la quarantaine de trente agents

samedi
17
octobre
2020

14:27

Les gardes civils étaient postés à la centrale nucléaire d'Asc, où deux positifs ont été détectés, et, sans respecter le confinement, ils sont retournés à la caserne de Saragosse, où 21 infections ont été enregistrées.

Contrôles de la garde civile

Contrôles de la garde civile
ALBERTO DI LOLLI

Le Tribunal de première instance et d'instruction de Gandesa (Tarragone) enquêter sur deux commandes de la Garde civile de Saragosse pour ne pas avoir respecté un quarantaine de ses agents.

Ils sont accusés d'avoir ordonné le retour d'une trentaine d'agents du Groupe de réserve et de sécurité (GRS) au caserne de Casetas (Saragosse) de la centrale nucléaire de Asc, où ils ont fourni un service de surveillance, alors qu'ils savaient que deux des membres avaient donné positif dans Covid-19.

Responsable de cela est un capitaine et un commandant qui sont devant le GRS. Le tribunal essaie de savoir s'ils auraient pu encourir un crime de prévarication administrative et un autre de blessures graves imprudentes.

Les faits dénoncés par l'avocat de l'association professionnelle Justice pour la Garde civile (JUCIL), Marco Antonio Navarro, a eu lieu en septembre dernier.

Il soutient que, bien que deux agents aient été testés positifs, 34 autres, qui avaient été en contact avec eux, sont retournés à la caserne, située dans le quartier Casetas de Saragosse, sans être isolés.

Selon la plainte, à laquelle El Peridico de Aragn avait accès, ledit ordre "viole l'obligation d'être en quarantaine dans la même centrale nucléaire et d'attendre que les tests PCR soient effectués, comme prévu par la réglementation sanitaire, pour se conformer au confinement à domicile ".

Il ajoute que "les responsables de ladite unité auraient ordonné ce transfert d'une province et d'une communauté à une autre, avec le risque que cela puisse entraîner malgré un résultat négatif au test rapide".

PROPAGATION DU VIRUS

Plusieurs des agents transférés à Saragosse, après avoir été soumis à des tests PCR dans la capitale aragonaise, ont été testés positifs, "qui a provoqué une propagation incontrôlée du virus", selon la plainte.

Il ajoute que "cela aurait pu être évité si la réglementation sanitaire avait été respectée par les dénoncés, et les responsables seraient restés au même endroit où ils partageaient l'espace avec des collègues infectés par le virus".

Le Ministre de la Santé du Gouvernement d'Aragn a confirmé une épidémie de coronavirus dans ladite caserne.

Selon des sources JUCIL, le commandement de Saragosse a été contraint de quitter 200 officiers de ladite caserne à la maison en attendant les résultats des tests PCR.

Parmi eux, 21 ont été testés positifs, bien que seulement six fassent partie du groupe Asc, les 15 autres auraient donc pu être infectés à la suite de l'ordre de retour à Saragosse.

Les deux commandants en question, à travers l'association du syndicat des officiers de la garde civile, ont rappelé que "le ministre de la Santé, par écrit du 22 septembre, a recommandé que les cas confirmés détectés à la centrale civils jusqu'à ce moment), resteraient isolés dans ces installations, jusqu'à ce qu'une décharge médicale soit obtenue. "

Il ajoute que "ladite recommandation du ministre de la Santé établissait que le reste des contacts était transféré dès que possible à la base GRS de Saragosse pour effectuer le test PCR correspondant".

La plainte indique que il y a des audios envoyés aux sous-officiers du GRS sur lequel vous pouvez entendre les ordres sur lesquels la réclamation est basée. JUCIL demande qu'ils soient fournis à titre de preuve.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *