Catégories
Actus culinaires

Un groupe d'habitants de Galapagar porte plainte contre Pablo Iglesias et la Garde civile pour "coercition"

Mercredi,
5
août
2020

16:10

Deux des dénonciateurs sont mes

Deux des dénonciateurs ce mercredi à Galapagar.
EFE

Un groupe d'habitants de Galapagar (Madrid) a déposé des plaintes distinctes contre le deuxième vice-président du gouvernement, Pablo Iglesias, et contre la Garde civile pour "coercition et fausses plaintes" après avoir marché avec des drapeaux espagnols et joué l'hymne national à proximité de la maison du leader à Podemos.

La porte-parole de la plateforme, Claudina Gutirrez, accompagnée de plusieurs membres du groupe et de l'avocat Jos Manuel Menndez, a expliqué que les plaintes avaient été déposées après plus de une vingtaine de personnes ont été sanctionnées pour avoir marché à proximité du domicile du vice-président et de sa compagne, la ministre de l'Égalité, Irene Montero.

Selon Gutirrez qui a détaillé dans une apparition dans la campagne à côté de la maison, c'est un groupe de personnes qui, depuis la mi-mai, se promènent dans le quartier "pour profiter du terrain et montrer son désaccord avec les actions du vice-président et le gouvernement. "

Au cours de leurs promenades, ils ont reçu à la fois «coercition et agression» physique et psychologique par la Garde civile Cela les a d'abord empêchés de crier et de faire sonner leurs casseroles en signe de protestation, puis il a érigé des clôtures fermant la rue et a finalement forcé quiconque marchant dans la zone à s'identifier avec des drapeaux espagnols ou en jouant l'hymne national sur leur téléphone portable.

Ainsi, ils ont décidé de porter plainte contre les églises pour abus de pouvoir et "pour crimes commis par des agents publics contre les droits individuels, pour contrainte et fausses plaintes" et une autre contre les gardes civils eux-mêmes, car "Ce n'est qu'en déposant une plainte que nous saurons d'où viennent les commandes" pour agir contre les passants, expliqua-t-il.

Gutirrez a assuré avoir elle-même reçu une poussée de la garde civile et qu'aucun membre du groupe n'a refusé d'être identifié lorsque les agents l'ont demandé, malgré le fait que "plus qu'une manifestation, c'est une promenade dans laquelle on profite de la campagne et nous montrons le drapeau de l'Espagne pour montrer notre désaccord avec la direction du gouvernement. "

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *