Catégories
Actus culinaires

Teresa Rodrguez attribue son expulsion à un pacte entre IU, Podemos et le PSOE pour gouverner en Andalousie

Jeudi,
29
octobre
2020

21:13

Les huit parlementaires expulsés font appel de la décision du Bureau du Parlement et annoncent qu'ils défendront leurs droits devant la Constitution

Teresa Rodr

Teresa Rodrguez, ce jeudi, dans la vidéo envoyée aux médias.
LE MONDE

L'opération qui a conduit à l'expulsion de son propre groupe parlementaire de Teresa Rodríguez et de sept autres députés d'Adelante Andaluca pour des transferts aboutira devant les tribunaux si le Conseil du Parlement ne rectifie pas. Les députés expulsés ont soumis une lettre à l'organe politique qui a pris la décision demandant la suspension de la mesure et exigeant un rapport juridique à l'avocat de la Chambre, dans la conviction que la résolution adoptée manque de fondement juridique et viole les droits fondamentaux des parlementaires.

Par ailleurs, Teresa Rodríguez elle-même, actuellement en congé de maternité, a émis un message à travers une vidéo dans laquelle elle accuse le PSOE, Podemos et Izquierda Unida de se débarrasser des députés de son courant politique parce qu'ils les considèrent un obstacle à un nouvel accord en Andalousie. "Le PSOE a besoin d'annuler une partie de la gauche andalouse qui est agaçante car nous avons été implacables", a expliqué le député. De plus, il regrette que Podemos et Izquierda Unida jouent ainsi le jeu du Parti socialiste en devenant une gauche "soumise et loyale" «en échange de deux ou trois conseillers» dans un hypothétique futur gouvernement du Conseil.

Mais ses fléchettes ne sont pas dirigées uniquement vers les partis de gauche, puisque Vox et le PP ont également voté dans le Bureau du Parlement en faveur de l'acceptation de l'expulsion demandée des huit membres d'Adelante Andaluca: "Une gauche divisée est bonne pour la droite." Par ailleurs, il affirme que le discours de ses députés est inconfortable pour le reste des groupes «car nous avons pris leurs couleurs» en dénonçant leurs «privilèges» et en exigeant l'élimination des régimes alimentaires sans justification, par exemple. Le député a annoncé que si la Table ne corrige pas, ils porteront l'affaire devant la Cour constitutionnelle.

L'expulsion de Rodríguez et de sept autres députés d'Adelante Andaluca est intervenue après la porte-parole actuelle, Petit-fils immaculé (IU) -qui remplace Rodrguez pendant son congé maternel-, présentera une lettre au Bureau du Parlement dans laquelle Podemos a assuré qu'ils ne faisaient plus partie du parti et se trouvaient donc dans une situation de «transfuguismo». Rappelons-nous que Podemos était l'un des partis qui composaient la coalition électorale dirigée par Teresa Rodríguez, avec IU, Primavera Andaluza et Izquierda Andalucista. Aux élections andalouses, cette coalition a obtenu 17 députés, 11 appartenant à Podemos et 6 à IU.

Dans le pourvoi présenté à la Chambre autonome, les personnes expulsées font un exposé détaillé des faits, depuis la présentation intempestive, c'est-à-dire après la date limite, de la lettre dans laquelle l'expulsion a été demandée, aux réserves émises par l'avocat du Parlement et le président de la chambre, Marta Bosquet, qui a souligné la nécessité d'exiger un rapport juridique avant une décision qui a laissé huit députés sans outils élémentaires pour l'exercice de la représentation parlementaire.

Dans leur réclamation devant la Table, les députés expulsés soulignent que cet organe a non seulement accepté la lettre présentée par Inmaculada Nieto après la date limite, mais l'a également dissimulée d'une manière ou d'une autre aux parties intéressées, qui ne l'ont appris que le matin même à la cela a été débattu. En outre, ils estiment qu'une décision aux répercussions aussi drastiques devrait être précédée d'un vote du groupe parlementaire qui n'a jamais eu lieu.

«Notre droit de constituer un groupe parlementaire lorsque nous avons été élus comprend également le droit d'y rester et de ne pas en être séparé sauf par des procédures conformes à la loi. Cour constitutionnelle Il tient les organes parlementaires directement responsables de la sauvegarde de ce droit (STC 109/2016, du 7 juin), en l'occurrence le Bureau du Parlement andalou », soulignent les personnes concernées dans ce texte.

Nos droits politiques reconnus par l'article 23 de la Constitution et le règlement du Parlement d'Andalousie ont été violés. Mais nous avons également été rendus impuissants. En plus de la dissimulation du mémoire pour nous priver de toute réaction, il y a aussi le refus du Conseil de vérifier les faits que Mme Nieto expose à tort. Une pétition qui restreint les droits de ces parlementaires a été admise, une partie sans précédent, sans motivation légale, et nous empêchant de pouvoir nous défendre dans le seul cas qui décide de la perte de nos droits, ajoute-t-il.

Concernant l'accusation de transfuguisme, l'appel nie le plus grand et considère les tensions politiques vécues au sein d'Adelante Andaluca comme typiques des formations politiques, bien que dans ce cas amplifiées par le fait d'être impliqué dans un coalition de partis.

Si le Bureau du Parlement prend le parti de l'une des forces de la coalition Adelante Andaluca et punit les huit députés qui ont été expulsés de notre groupe parlementaire pour leurs idées, le paradoxe se posera que nous bénéficierons de l'immunité en dehors de la Chambre. pour les opinions publiques que nous exprimons, mais nous serons persécutés au sein du Parlement d'Andalousie, conclut-il.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *