Catégories
Actus culinaires

Sept enseignants isolés et 150 enfants sans classe jusqu'à nouvel ordre à Guadalajara

Mercredi,
9
septembre
2020

15:20

Un positif chez un enseignant oblige à retarder le début du cours pour les six classes préscolaires de l'école Nia Mara

Un ni

Un enfant se désinfecte les mains dans une école de Madrid, lors de l'actuelle «rentrée scolaire».
ALBERTO DI LOLLI

Sept jeunes enseignants de l'école Nia Mara de Guadalajara sont isolés après que l'un d'eux a été testé positif au coronavirus quelques heures avant le début du cours. En conséquence, tous les élèves de ce cycle ont été laissés sans cours jusqu'à nouvel ordre.

Comme l'a confirmé ce mercredi le délégué de l'éducation, de la culture et des sports du gouvernement de Castilla-La Mancha, Ange Fernndez-Montes, l'isolement est dû au positif d'un enseignant. Depuis le centre, l'équipe de direction a assuré à EL MUNDO que tous les enseignants vont bien et qu'ils resteront chez eux jusqu'à la fin de la période de quarantaine établie.

Pour le moment, les six salles de classe d'Infantil et ses 150 élèves resteront fermées sine die. Il était prévu ce mercredi le Retour à l'école de la totalité des élèves de l'école, mais avant les événements des dernières heures, les parents des élèves âgés de trois à six ans ont été informés que pour le moment ils ne pouvaient pas commencer le cours.

Oui, avec "beaucoup de normalité" selon les sources du centre avouent, le reste des élèves, de la Primaire au Baccalauréat. Au primaire, la fréquentation a été localisée «autour de 95%» des élèves.

Le protocole sauve le cours

Comme détaillé dans le Nia Mara, populairement connu à Guadalajara comme Adoratrices, le plan d'urgence a évité un plus grand confinement. Les sept enseignants, l'ensemble de l'équipe pédagogique de l'Education de la Petite Enfance, disposaient de leur propre salle pour le personnel, il n'a donc pas été nécessaire, selon les critères des autorités sanitaires, d'isoler davantage d'enseignants du centre.

«C'est le but des groupes de coexistence», détaillent-ils. Un travail «fastidieux» du point de vue organisationnel mais qui sauve dans des moments comme celui-ci la continuité et le développement de l'année scolaire et empêche la propagation du virus.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *