Catégories
Actus culinaires

Réforme du droit de la santé: ce que nous allons faire de Pedro Snchez qui n'a jamais été fait

Jeudi,
27
août
2020

02:10

Le gouvernement a renoncé aux modifications des lois annoncées par le président et proposées par l'exécutif aux groupes parlementaires

Pedro S

Le président du gouvernement, Pedro Snchez, lors d'une apparition en mai pour demander de prolonger l'état d'alerte, au Congrès.
EFE

"Ce que nous allons faire, mesdames, c'est planifier; ce que nous ferons, mesdames, c'est commencer à analyser et à débattre avec vous tous et à négocier la modification de différentes lois pour garantir une gouvernance correcte, une fois que nous aurons levé l'état d'alerte."

Le 21 mai, Pedro Snchez a prononcé ces mots au Congrès, lors de l'intervention pour demander la cinquième prolongation de l'état d'alarme décrété le 14 mars en raison de la crise des coronavirus.

Il y a eu une sixième prolongation – la dernière et la plus difficile à réaliser -, après quoi le gouvernement a relâché le seul commandement et transmis le témoin de longue souffrance aux communautés autonomes. Du «ce que nous allons faire» prononcé par le premier ministre, il n'y avait aucune nouvelle.

Les réformes qui devraient offrir aux communautés autonomes des instruments juridiques clairs pour prévenir une deuxième vague d'infections à Covid-19 ne sont jamais arrivées.

Les trois lois sanitaires

Sánchez lui-même avait expliqué au Congrès que ces réformes toucheraient trois lois sur la santé:. «Ces réformes nécessaires seront vraisemblablement très concrètes (…) Les lois que nous analyserons seront essentiellement celles de la santé, c'est-à-dire la loi générale sur la santé de 1986, la loi de cohésion et de qualité du système national de santé, de 2003; et surtout, la loi générale de la santé publique, approuvée en 2011 ".

Ces réglementations sanitaires viendront compléter la loi sur la sécurité nationale, qui traite également des situations de pandémie.

L'annonce du président avait été précédée de contacts entre la première vice-présidente du gouvernement, Carmen Calvo, avec l'opposition, dans laquelle la vice-présidente avait mis les réformes sur la table et précisé quel était l'objectif: éviter l'utilisation répétée de l'état d'alarme, une utilisation que le gouvernement offre à nouveau aux communautés.

"Nous devons nous équiper en cas de reprise ou de retour de l'intensité du Covid-19 à des conditions où l'article 116 de la Constitution ne doit plus être utilisable", a déclaré Calvo au Sénat.

De la proposition de réformes à leur rejet

Aux présidents régionaux, Sánchez avait déjà annoncé qu'une fois la phase critique de la pandémie maîtrisée, il proposerait «une formule de gouvernance qui impliquerait la modification des lois».

Il l'a dit, entre autres, à Alberto Nez Feijo, et maintenant c'est le président de la Galice qui va envoyer à Sanchez la proposition concrète de réformer l'une de ces lois sanitaires, celle de la santé publique.

Le gouvernement est passé de la proposition de réformes juridiques à considérer que les réglementations déjà en vigueur sont suffisantes pour gérer la plupart des situations. Et que, là où ils n'arrivent pas, ils peuvent arriver avec un état d'alarme partielle demandé par une communauté autonome.

L'exécutif est arrivé à la conclusion que les réformes pourraient continuer à se heurter à des problèmes dans les tribunaux, qui ont déjà remis en question certaines limitations des droits fondamentaux même lorsque l'état d'alerte est actif.

Écarts

Les mesures abordées durant l'été par les communautés autonomes ont trouvé des réponses différentes de la part des juges, et les avis des juristes sont également disparates sur l'utilité des réformes pour limiter les droits fondamentaux. Le résultat est que le gouvernement a choisi de tout laisser tel quel.

La réglementation actuelle, sans aucune réforme, a servi à approuver les confinements tels que le récent en Aranda de Duero (Burgos). Pour cela, le Loi générale de la santé, qui établit qu'en cas de "risque imminent et extraordinaire pour la santé", les autorités sanitaires peuvent adopter les "mesures préventives qu'elles jugent appropriées".

Dans ce cas, certaines mesures spécifiques sont citées et il se termine en autorisant "combien d'autres sont considérées comme justifiées sur le plan sanitaire".

La plus récente Loi générale de la santé publique. Il contient un article consacré aux «mesures spéciales et conservatoires» dans les situations de «gravité ou d'urgence extraordinaire», qui permet aux administrations «d'adopter autant de mesures que nécessaire pour assurer le respect de la loi».

"Mesures spéciales"

Enfin, le concis Loi sur les mesures spéciales en matière de santé publique indique que, "afin de contrôler les maladies transmissibles", les autorités sanitaires peuvent "adopter des mesures appropriées" qui servent à contrôler les patients et leurs contacts ", ainsi que celles jugées nécessaires en cas de risque de nature transmissible. ".

Le PP a expressément proposé d'ajouter à cet article qu'il sera possible de "limiter les entrées et les sorties des zones touchées ou menacées et de contrôler ou limiter les mouvements". Mais selon les intentions du gouvernement, ni cette réforme ni d'autres éventuelles réformes similaires n'entreront en vigueur.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *