Catégories
Actus culinaires

Pedro Snchez voit le soutien de ses partenaires en danger pour approuver six mois d'état d'alerte sans contrôle du Congrès

Mardi,
27
octobre
2020

13:04

Les alliés de l'investiture font pression sur le gouvernement pour qu'il modifie avant jeudi une proposition qu'ils jugent "dangereuse", "peu démocratique" et "excessive".

Pedro S

Pedro Snchez, dans la présentation du projet Budget pour 2021.
EFE

Pedro Sánchez doit négocier et le faire lors d'une marche forcée. Son intention que le Congrès approuve l'état d'alarme sur tout le territoire national pour une période de six mois a très peu d'adeptes. Même les alliés d'investiture ne sont pas favorables. De l'ERC, qui considère le plan comme «démocratiquement dangereux», à Bildu ou Comprom, qui le qualifient d '«excessif». Les unes après les autres, les forces parlementaires ont transmis à l'exécutif leurs craintes quant à une si longue période d'exceptionnalité sans contrôle de la législature.

De cette façon, le noyau de ceux qui refusent de donner à Sanchez un chèque en blanc jusqu'au 9 mai augmente. Il ne s’agit pas d’être mécontent de la nécessité de recourir au décret d’état d’alarme sur le long terme, mais du fait que ce terme est approuvé en une seule fois et non par des prolongations successives approuvées par le Congrès.

Bref, si le plan initial du gouvernement va de l'avant, la Chambre perdra sa capacité de contrôle, son rôle de contrepoids à l'exécutif pendant une période trop longue. Cela déformerait l'esprit de la loi elle-même qui régit les états d'alerte, d'exception et de siège, selon laquelle les prolongations de l'état d'alerte, qui doit toujours être «proportionnelle» et «limitée», doivent être décidées en temps voulu et dans ses conditions par le Congrès des députés.

ERC, par la bouche de son porte-parole parlementaire, Gabriel Rufin, a jugé «démocratiquement dangereux de soustraire le contrôle parlementaire». «Dans six mois, cela nous paraît dangereux», a-t-il insisté. Telle est l'opinion que les républicains catalans ont transmise au gouvernement, avec lequel ils ont promis de continuer à parler.

Pour ERC, en principe, il ne suffit pas que le président ou le ministre de la Santé se présente régulièrement pour expliquer la situation de la pandémie. Ils soutiennent qu'il est nécessaire de voter. Bref, c'est le Congrès qui autorise les prolongations successives de l'état d'alarme.

Gabriel Rufi "src =" https://e00-elmundo.uecdn.es/assets/multimedia/imagenes/2020/10/27/16037998057212.jpg
Gabriel Rufin, porte-parole de l'ERC, lors d'une conférence de presse au Congrès.EFEBASSIN

"Il reste encore du temps"

Selon Rufin, "il est démocratiquement grinçant que le Congrès ne puisse pas voter dans six mois sur quelque chose d'aussi restrictif qu'un état d'alarme. Le gouvernement doit venir à la Chambre et voter". ERC entend «affiner» la proposition dans son aspect démocratique. Leur problème n'est pas la durée prévue de l'état d'alarme, mais le manque de contrôle parlementaire. «Il est dangereux», insistent-ils, «que le gouvernement ne rende pas compte au Congrès, avec un vote, pendant si longtemps».

Cependant, ils déclarent qu '«entre économie et vie, ils choisissent toujours la vie» et sont déterminés à poursuivre les négociations avec l'exécutif et avec le reste des groupes. «Il est encore temps», disent-ils, «48 heures, c'est une éternité».

Bildu n'a pas non plus de problèmes avec un état d'alarme six mois à venir, mais tant que le gouvernement comparaît périodiquement devant la Chambre. Cette formation se montre, comme les autres, ouverte à la négociation et à une solution consensuelle. Entraînement abertzale réserve le sens de son vote jusqu'à la dernière minute mais souligne qu'il n'aime pas un si long terme sans contrôle parlementaire.

Le représentant de Comproms, Joan Baldov, a pris la parole dans le même esprit. Il a également fait part au gouvernement de ses doutes quant à la proposition initiale du gouvernement. "Nous n'aimons pas un si long terme, nous voudrions que le Parlement ait davantage un rôle de contrôle, même si nous reconnaissons que nous ne pouvons pas voter tous les 15 jours. Nous demandons une situation intermédiaire avec responsabilité et nous espérons que cela pourra être réalisé dans les prochains jours. accord".

"De longs termes", a déclaré le député valencien, "peuvent donner la sécurité, mais aussi longtemps que six mois peuvent nous donner le désespoir".

igo Errejn et Laura Borrs, au Congrès.EFEBASSIN

Autoriser de nouvelles extensions

Mme Pas a également exigé que le gouvernement rende des comptes au siège du souverain national. igo Errejn considère que le taux approprié serait mensuel et a engagé une négociation avec plusieurs groupes parlementaires – qui ont tous approuvé la motion de censure – pour présenter jeudi un amendement à la proposition de l'exécutif qui exige une responsabilité périodique du président. du gouvernement. Cependant, Errejn estime que la Chambre autorisant de nouvelles prolongations chaque mois pourrait être évitée. Cette dernière position n'est pas partagée par toutes les forces participant aux pourparlers.

JxCAT, pour sa part, considère que le décret d'alarme approuvé par le gouvernement est "insuffisant" car il ne propose pas les mesures nécessaires pour atténuer les effets économiques qu'il entraîne pour les citoyens et les entreprises, ni ne permet le confinement de quartiers ou d'immeubles.

Il n'est pas non plus acceptable que cette force propose une période de six mois sans contrôle parlementaire. "C'est abusif et c'est extrêmement dangereux", a déclaré sa porte-parole Laura Borrs, pour qui il est clair que le gouvernement recherche une période de six mois d'oxygène qui, à son avis, est "alarmante et inconstitutionnelle". JxCAT jugera appropriée la comparution du Premier ministre tous les mois ou mois et demi.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *