Catégories
Actus culinaires

Pedro Snchez force un virage à gauche sur le plan de reconstruction pour éviter la collision avec ses partenaires

Vendredi,
3
juillet
2020

08:32

L'avis économique porte sur une future augmentation des impôts et impose des conditions aux entreprises qui reçoivent des aides. Le PP vote contre mais espère continuer à négocier deux semaines de plus

Le Premier ministre, Pedro S

Le Premier ministre, Pedro Snchez, à un moment de l'interview diffusée ce jeudi par La Sexta.
MONDE

Les projets de réactivation du pays après la pandémie tournent dans la dernière ligne droite vers des positions de gauche: conditions de genre, écologistes, poids du public … et hausses d'impôts. Pedro Snchez a forcé cela lors de la dernière étape des négociations à présenter les documents que la Commission pour la reconstruction débat et vote aujourd'hui. Certains plans qui sont destinés à être approuvés et qui ne compteront finalement pas sur le vote en faveur du Parti populaire.

Un tournant qui pourrait encore être atténué ou accentué car jusqu'à la dernière semaine de juillet, lorsque les propositions parviennent à la session plénière du Congrès, il y a encore place à négociation. Un virage cependant qui semble indiquer la volonté de Snchez d'apaiser l'inconfort des formations qui jusqu'à présent ont soutenu la coalition gouvernementale progressiste et qui menaçaient, face aux tentatives de s'entendre dans certains domaines avec le PP, avec briser les amarres et laisser le gouvernement naviguer vers son sort.

Aujourd'hui, nous verrons si le président a réussi à atténuer cet inconfort, clairement exprimé par des groupes tels que l'ERC et Bildu. Les deux ont ouvertement averti Snchez que tout barbotage avec la droite ne lui permettrait pas de soutenir les futurs budgets. Pour le moment, rien n'est dit dans l'avis économique pour abroger immédiatement la réforme du travail malgré le fait que le gouvernement s'y soit engagé, avec une signature incluse, avec la formation Abertzale. Le reproche et la demande de comptes seront entendus aujourd'hui à la Commission de reconstruction.

Les propositions des groupes de travail – Santé, Politique sociale, Réactivation économique et Europe – ont été retouchées hier jusqu'à la dernière heure pour y intégrer bon nombre des amendements proposés par les groupes minoritaires qui soutenaient l'investiture mais aussi des citoyens, la force qui, au cours des dernières semaines, a le plus soutenu le gouvernement.

Au contraire, dans le document le plus important, celui qui aborde la voie et les mesures économiques à suivre pour sortir de la crise de la pandémie, trace du premier parti d'opposition auquel le gouvernement force -PSOE et United Nous ne pouvons avoir accepté que sept amendements sur 69.

Hier, le marché des propositions est passé directement par le filtre de La Moncloa, car la plupart des formations parlementaires avaient l'intention, avec leurs amendements, d'inclure des détails dans un document qui, en principe, était très générique et vague afin de faciliter le consensus mais au détriment de clarté et efficacité.

Enfin, il y a des détails et en eux la main de formations telles que Mme Pas, Comproms, Teruel Exists, PNV, JxCat, ERC et Ciudadanos est perçue. Ainsi, de forts facteurs de conditionnement sont distillés pour les entreprises qui ont accès aux aides et subventions publiques, qu'elles soient nationales ou de l'Union européenne; le principe général de priorisation du poids du secteur public dans les secteurs où il y a collaboration avec le secteur privé et une nette tendance à augmenter les impôts dans le but de réduire les sept points d'écart fiscal qui séparent l'Espagne de la moyenne européenne.

Dans ce dernier domaine, les augmentations futures des taxes sur la "richesse" sont expressément indiquées, comme celle du patrimoine et celle des successions et des dons, les taxes dites "vertes" et la suppression de privilèges tels que ceux qui affectent la sicav. Les marges des augmentations futures ne sont pas précisées, de la même manière que la possibilité que cette augmentation s'étende à d'autres impôts plus généraux tels que la TVA ou l'impôt sur le revenu des personnes physiques est imprécise.

Les entreprises seront également touchées. Dans cette section, les thèses de Mme Pas ont triomphé, une force très minoritaire – elle n'a que deux sièges au Congrès – qui a réussi à imposer au frontispice de l'opinion économique un amendement en vertu duquel les entreprises, majoritairement grandes, reçoivent L'aide, les subventions ou le sauvetage devront remplir des conditions importantes et seront également obligés de supprimer la distribution de dividendes pendant deux ans. Mme Pas a également imprimé une teinte nettement écologique à de nombreux engagements.

Également de la main du PNV et du JxCAT, le document a été révisé de haut en bas pour clarifier dans nombre de ses points que les mesures seront imposées en co-gouvernance avec les Communautés autonomes et même que, dans le cas de Pas Vasco et de Navarre, tous les plans devront être définis bilatéralement pour être appliqués sur leurs territoires.

Coalicin Canaria a réussi à introduire très peu d'amendements mais a au moins réussi à reconnaître, comme établi par la réglementation communautaire, la nature spécifique de l'archipel. En ce sens, des mesures sont incluses en faveur de leurs exportations agricoles et il est admis que l'engagement dans leur secteur touristique doit être urgent.

Teruel Exists, pour sa part, voit comment certains de ses amendements visant à promouvoir le monde rural et la soi-disant Espagne vide ont été incarnés. Souligne principalement l'engagement général à promouvoir les télécommunications et la numérisation.

Aujourd'hui, la plénière de la Commission débattra des quatre avis et procédera à une nouvelle sélection des amendements car nombre de ceux qui n'ont pas été admis dans les groupes de travail prennent vie dans la discussion. Même les négociations pourraient se poursuivre encore quelques semaines jusqu'à ce que l'ensemble du plan arrive, après les élections basques et galiciennes, en session plénière du Congrès à la fin du mois. C'est dans cette marge que le PP met son espoir de pouvoir qualifier et introduire principalement des propositions dans les avis économiques et sanitaires.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *