Catégories
Actus culinaires

PDG de SoBol, franchisé n'abandonne pas pendant COVID-19 | Navigation dans COVID-19

Sobol, un bol d'açaï de 40 unités et une chaîne de smoothie a ouvert plusieurs sites en 2019 et cherchait à doubler de taille au cours de la prochaine année. Le début de COVID-19, cependant, a fait des ravages, réduisant les ventes de mars et d'avril d'une année sur l'autre de 60% et entraînant la fermeture temporaire de sept emplacements.

Le co-fondateur Jason Mazzarone, cependant, ne jette pas l'éponge. En fait, il fait tout ce qu'il peut pour aider l'entreprise de 6 ans à survivre. Lui et son co-fondateur ont réduit les salaires et réduit les heures de fonctionnement, par exemple, et travaillent en étroite collaboration avec les franchisés pour garder les portes ouvertes.

« Aucun employé du restaurant n'a encore été licencié », a déclaré Mazzarone dans une interview accordée à FastCasual. « Les employés, qui ne veulent pas travailler ou qui ne se sentent pas à l'aise avec des quarts de travail, ont été retirés de l'horaire. »

La franchisée Sobol, Angelina Perry, a déclaré que les ventes avaient baissé de 40% et 50% dans ses deux unités de Long Island, mais – comme Mazzarone – elle n'avait pas licencié de travailleurs. Les magasins, cependant, sont ouverts moins d'heures et fonctionnent avec moins de la moitié du personnel qu'ils ont normalement.

« Nous ne sommes pas assez occupés et nous veillons à la sécurité de notre personnel et à celle de nos clients en gardant un personnel minimal », a-t-elle déclaré lors d'un entretien avec FastCasual. «Nous essayons de répartir équitablement les quarts dont nous disposons entre les employés qui souhaitent continuer à travailler. Certains employés ont choisi de rester à la maison et de se mettre en quarantaine.»

Est-ce que l'aide est en route?

Mazzarone et Perry ont tous deux demandé de l'aide en vertu de la loi CARES, mais ne savent pas s'ils seront approuvés ni dans quelle mesure cela les aidera réellement.

« Le plan de relance du gouvernement change quotidiennement, et il est difficile de dire exactement ce qui en résultera et s'il sera suffisant pour nous garder ouverts », a déclaré Perry. «Tout et n'importe quoi nous aideront, mais nous ne miserons pas sur le plan de relance pour nous garder ouverts. Nous espérons que nous serons en mesure de rester ouverts et de servir nos clients grâce aux plats à emporter, aux commandes en ligne, DoorDash et Ubereats.

Elle a fait une demande pour le programme de protection des chèques de paie et les prêts en cas de catastrophe économique, bien qu'elle ne soit pas sûre de les utiliser si elle est approuvée.

« Mais j'ai pensé qu'il était judicieux de postuler pour les deux et de prendre la décision le moment venu », a-t-elle déclaré.

Mazzarone a demandé les mêmes prêts que Perry et attend l'approbation.

« Nous essayons de soutenir notre équipe de toutes les manières possibles », a-t-il déclaré. « Qu'il s'agisse d'aider (les franchisés) dans les efforts de communication avec les clients, d'aider à trouver et à s'associer avec des organismes de bienfaisance locaux, de travailler en étroite collaboration avec notre cabinet de relations publiques et nos partenaires de livraison tiers, ou simplement d'être une oreille pour les idées et les préoccupations. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *