Catégories
Actus culinaires

Pablo Iglesias s'en prend à la justice pour avoir remis en prison les prisonniers «  procs ''

Mardi,
28
juillet
2020

23:07

Le Vice-Président du Gouvernement prévient qu'il s'agit d'une "mauvaise nouvelle" et défend "l'engagement pour la démocratie" des dirigeants de 1-O

Le deuxième vice-président du gouvernement, Pablo Iglesias, dans l'un de ses ...

Le deuxième vice-président du gouvernement, Pablo Iglesias, lors d'une de ses dernières apparitions, à El Escorial (Madrid).
EFE

Le deuxième vice-président du gouvernement et secrétaire général de Podemos, Pablo Iglesias, a assuré ce mardi qu'il voyait "de mauvaises nouvelles" la suspension du troisième degré de cinq prisonniers condamnés du référendum illégal du 1er octobre, parmi lesquels le leader ERC, Oriol Junqueras, en plus du président de mnium Cultural, Jordi Cuixart, et de l'ancien président de l'ANC, Jordi Snchez.

Dans plusieurs messages publiés sur les réseaux sociaux, recueillis par Europa Press, Iglesias a défendu "l'engagement pour la démocratie et le dialogue" des cinq prisonniers qui ont vu leur régime de semi-liberté suspendu. "J'ai visité les cinq détenus en prison et je n'ai aucun doute sur leur engagement en faveur de la démocratie et du dialogue même s'ils ne partagent pas du tout leur projet", a-t-il déclaré.

Le dirigeant de Podemos n'est pas entré pour évaluer "la qualité juridique d'une décision de justice", bien que "politiquement", a-t-il dit, "la suspension de la semi-liberté des prisonniers indépendantistes est une mauvaise nouvelle" pour ceux qui défendent le dialogue avec la Catalogne "faire face au conflit dans le cadre juridique actuel".

En ce sens, Iglesias a expliqué qu'il soupçonne que "de nombreux citoyens en Catalogne et dans toute l'Espagne auront à nouveau le sentiment que la justice n'est pas toujours la même pour tout le monde". "Que ce sentiment se dégage est mauvais pour notre démocratie", a-t-il déploré.

La Cour de surveillance pénitentiaire catalane numéro 5 a accepté ce mardi de suspendre le troisième degré de cinq des prisonniers 1-O en raison de l'appel interjeté par le procureur provincial de Barcelone.

Dans cinq ordonnances consultées par Europa Press, le chef du tribunal convient, comme le procureur l'a demandé, que le recours ait des effets suspensifs et le traite de manière préférentielle et urgente.

La décision touche également les anciens administrateurs Ral Romeva et Joaquim Forn, tandis que la Cour de surveillance pénitentiaire 1 doit prendre position sur l'appel qui concerne l'ancien président du Parlement, Carme Forcadell.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *