Catégories
Actus culinaires

Pablo Iglesias et Irene Montero gagnent avec le nouveau système salarial de Podemos et leurs adjoints perdants

Le deuxième vice-président du gouvernement, Pablo Iglesias, et la ministre de l'égalité, Irene Montero, bénéficient du nouveau système de limitation salariale et de dons obligatoires approuvé à Podemos, tandis que les députés du parti ont perdu à moins qu'ils ne soient présidents de commission ou occuper un poste au Bureau du Congrès.

Cela ressort du protocole de dons approuvé par le secrétariat du parti, auquel Servimedia a eu accès et qui applique avec des chiffres concrets le document d'organisation avec lequel la candidature d'Iglesias à la Troisième Assemblée des citoyens de l'État de Podemos, tenu en mai, et qui a été automatiquement approuvé avec sa réélection au poste de secrétaire général.

Ce document a supprimé la limitation à trois fois le salaire interprofessionnel minimum qui obligeait tous les postes élus de Podemos à donner le reste à une organisation non gouvernementale et l'a remplacé par un don d'un pourcentage de leur salaire net, désormais au parti lui-même, qui être celui qui choisit le bénéficiaire final et non l'ONG que le donateur préfère.

Si le système n'a pas été modifié, tant les membres du parti à l'exécutif qu'à la législature recevront en fait 39 900 euros par an, comme indiqué dans le protocole de don lui-même. «La hausse à 950 euros du SMI en 2020 rend impossible de l'ajuster de manière cohérente, raisonnable et responsable à la réalité des salaires dans notre pays. Par exemple, un salaire de base de Podemos (12 mensualités) serait, si ce critère était maintenu du SMI, de 3 325 euros par mois », justifie le protocole en insinuant que ce serait un montant excessif.

Cependant, la vérité est que le changement qui cherche vraisemblablement à limiter cet excès a fait que certaines positions publiques à Podemos ont effectivement perdu, mais d'autres ont été économiquement très favorisées car le protocole établit un pourcentage de don différent selon le type de poste. qui occupe l'intéressé; quelque chose qui justifie par la nécessité supposée de «faire la distinction entre les différentes responsabilités et l'exposition publique» de chacun des postes.

Dons obligatoires

Plus précisément, les membres d'un gouvernement d'État, régional ou municipal devront donner 15% de leur salaire; les secrétaires et sous-secrétaires d'Etat, les vice-conseillers autonomes, les directeurs ou les directeurs généraux adjoints délivreront entre 15% et 35%; des postes élus avec un dévouement exclusif entre 20% et 50%, et des postes élus qui facturent moins de 40 000 euros bruts par an 5%.

De cette manière, Iglesias, dont la rémunération annuelle approuvée par le gouvernement et perçue dans le Journal officiel de l'État (BOE) du 21 janvier dernier s'élève à 79746,24 euros, vous devrez donner 11 961,94 et recevoir effectivement 67 784,3, 68,4% de plus que si le critère avait été maintenu à trois fois le SMI, le 39900 susmentionné euros qui l'auraient contraint à renoncer à près de 40 000 euros, presque quatre fois plus qu'avec le nouveau système et plus de la moitié de ses émoluments.

Pablo Echenique, porte-parole de United We Can au Congrès.
Pablo Echenique, porte-parole de United We Can au Congrès.

Quelque chose de similaire arrive à Montero, dont le salaire annuel est de 74 858,16 euros et devra abandonner 11 228,72 pour recevoir 63 629,44. Dans votre cas, ce montant est supérieur de 59,5% à celui qui vous aurait correspondu sous l'ancien système.

Les secrétaires d'État de Podemos, comme le secrétaire aux droits sociaux, Nacho lvarez; celui de l'Agenda 2030, Ione Belarra, ou celui de l'égalité, Noelia Vera. Le même BOE du 21 janvier a fixé sa rémunération annuelle à 169 172,64 euros. S'ils donnent 15%, il restera à 143 796,74 euros et, si le pourcentage est fixé au maximum à 35%, à 109 962,21; c'est-à-dire entre presque le triple et bien au-delà du triple des 39 900 euros qu'ils auraient facturés avec le protocole précédent.

Le contraire arrive aux députés de base de Podemos, qui, s'ils avaient maintenu leur lien avec le SMI, auraient pu empocher pleinement les 35 784,32 euros dans lesquels le Congrès a fixé l'allocation de base annuelle de ses 350 parlementaires en février dernier. Désormais, lorsque cette allocation reste inférieure à la limite de 40 000, ils ne donneront que 5%, mais de toute façon ils perdent par rapport au système précédent et ils n'auront plus que 33 995,10 euros.

À l'heure actuelle, aucun des députés du parti Podemos qui font partie du groupe parlementaire United Podemos n'est ce que l'on pourrait appeler des députés ordinaires. Deux d’entre eux occupent des postes au Conseil du Congrès, deux autres porte-parole et porte-parole adjoint à la Chambre et les autres sont soit présidents, soit vice-présidents ou porte-parole du groupe dans l’une des commissions établies dans la Chambre. Pour cette raison, ils reçoivent divers suppléments qui, selon le Règlement du congrès, ils ne peuvent pas être cumulés s'ils occupent plusieurs de ces postes simultanément. Cependant, même avec ce revenu supplémentaire, peu de députés paieront le changement du système de limitation des salaires.

En additionnant le salaire de base, les suppléments, les frais de représentation et les frais librement disponibles, la rémunération totale s'élève à 73 056 euros dans le cas du premier vice-président de la Chambre, Gloria Elizo, et 66852,92 dans celui du deuxième secrétaire, Javier Snchez, qui, dans la limite de trois fois le SMI, aurait dû voir cette rémunération réduite aux 39 900 mentionnés.

Maintenant, en attendant que l'on détermine exactement quel pourcentage entre 20% et 50% ils doivent donner, le premier recevra entre 36528,28 euros dans le pourcentage supérieur et 58445,24 dans le pourcentage inférieur, et le second entre 33426, 46 et 53,482. En d'autres termes, ce n'est que si le pourcentage finalement décidé par la direction est plus proche de 20% que de 50% que le changement de système sera rentable.

Salaire d'Echenique

Il en va de même pour le porte-parole de United We Can au Congrès des députés, Pablo Echenique, qui recevra en totalité entre 34 872,94 euros et 55 796,70 (en attendant quel pourcentage spécial de don lui est attribué compte tenu de son handicap physique ; au porte-parole adjoint, Canapé Fernndez Castan, entre 31 162,12 et 49 859,39; et aux députés qui sont également présidents de commission (entre 26 992,72 et 43 188,35).

Ceux qui sont vice-présidents ou porte-parole du groupe dans l'un de ces organes seront perdants à tout moment où le don qu'ils doivent faire au parti est finalement fixé. Même en ajoutant les frais de représentation qui leur correspondent, s'ils doivent donner au moins 20% de leurs émoluments, ils factureront 39 273,37 euros, en dessous de trois fois le salaire minimum. S'ils devaient livrer 50%, ils resteraient à 24 545,86.

Comme si cela ne suffisait pas, le protocole de don prévoit que << les élus publics auxquels est affecté un supplément pour circonscription, déplacement et / ou entretien pour l'exercice de leurs fonctions et qui est donc inscrit dans le règlement de la chambre correspondante, peuvent faire utilisation de celui-ci jusqu'à un maximum de 60% de ladite allocation, tout montant restant s'ajoutera au calcul total du don mensuel ".

Le Congrès a établi cette année 1.921,20 euros par mois pour les députés des circonscriptions autres que Madrid et 917,03 euros pour ceux élus par Madrid, de sorte que pour ceux de Podemos ils resteront, respectivement, à 1.152,72 et 550, respectivement. 22. Au contraire, les allocations finalistes destinées à compenser des dépenses spécifiques justifiées par les députés ne sont pas soumises au nouveau protocole de don Podemos.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *