Catégories
Actus culinaires

Pablo Casado vote "non" à la motion et rompt avec Vox: "Cela fait partie du bloc de la rupture de Sanchez et Iglesias"

Mis à jour

Jeudi,
22
octobre
2020

12h45

Le président du PP accuse Santiago Abascal de faire du "pur populisme" et qualifie la motion de "perte de temps"

Le président du PP, Pablo Casado, à un moment de son discours

Le président du PP, Pablo Casado, à l'heure de son intervention, ce jeudi, au Congrès.
EFE

"Il est temps de mettre les cartes face visible, c'est ici que nous en sommes venus." Le président du PP, Pablo Casado, est monté à la tribune ce jeudi pour rompre avec Vox. Le chef de l'opposition a tracé une ligne rouge avant «l'alternative» du PP et «la droite qui aime le plus la gauche». C'est pourquoi il a annoncé qu'il voterait «non» sur la motion de censure contre le gouvernement de coalition.

Dans un discours très énergique, Casado a rappelé à Santiago Abascal que "en politique, ce qui n'est pas possible est faux", comme il l'a dit. Antonio Cnovas. Et il lui a reproché de n'avoir «rien fait» pour éviter les mesures les plus controversées de Pedro Sánchez, tout en «offrant à la gauche une garantie de victoire perpétuelle», en raison de la «fragmentation électorale». "Il est le partenaire dans l'ombre de ce gouvernement à qui aujourd'hui il a donné cette victoire", a été le leitmotiv de son discours.

L'incendie à la discrétion du leader du PP "marque un tournant", selon des sources à Gênes. Le PP rompt les liens avec Vox et examine les accords généraux. "Nous sommes l'alternative sérieuse et responsable dont l'Espagne a besoin", a déclaré Casado.

"Nous ne sommes pas comme vous, nous sommes l'Espagne tranquille. Nous n'allons pas être les otages de ce que dit Vox", a-t-il réglé, sous les applaudissements retentissants de son banc.

"Snchez et Abascal sont comme l'aimant et le métal", a-t-il métaphorisé. «Vox fait partie du bloc de rupture, avec Sánchez et Iglesias», et déploie des «conspirations judéo-maçonniques», a observé Casado.

Ses critiques n'ont pas donné un seul répit: «Vous faites partie du bloc de la rupture, et nous faisons partie du réseau des affections qui unissent les Espagnols», a-t-il estimé, avant de s'arrêter: «C'est devenu clair: vous ne il aime le PP et nous non plus ».

"Le PP les dérange au centre"

"Le PP les dérange au centre", parce que le leur est "pur populisme", a-t-il déclaré à Abascal. «Vous passerez, mais le PP continuera ici, construisant un pays meilleur pour tous», a-t-il rendu laid, avant d'exprimer sa position dans une dichotomie: «Ou Vox ou l'Espagne».

Pour Casado, le gouvernement profite de cette motion, qui est une «perte de temps», pour cacher «son échec de gestion, son arbitraire avec les administrations gouvernées par son opposition et la menace d'imposer à nouveau l'exception constitutionnelle». "Mais Vox, pour ces choses prosaïques, il n'est ni ici ni attendu."

Cette motion "est un mensonge de plus de Vox pour que Snchez continue à La Moncloa", a insisté Casado. En revanche, il a souligné que le PP avait "doublé le pouls de Sanchez en Europe".

"Et nous avons mené la rébellion des maires, un plan de santé, ou le renouvellement du plan de retraite. Et nous avons gouverné pour tous les voisins, juste ce que vous ne savez pas faire et votre parti n'a jamais fait", a-t-il attaqué.

Pour Casado, Vox est désormais «populisme antilibéral», et se déplace «chevauchant une armée de trolls dans les réseaux sur le dos de Bannon» dont il insulte le PP.

Abascal: "Je suis absolument perplexe"

Dans sa réponse, Santiago Abascal a assuré que cette intervention n'était "pas attendue". "Le PP a rejoint le dessin animé Vox", se plaint-il. «Je regrette personnellement» son intervention, qui lui a parfois semblé «écrite par Ivn Redondo».

"Je regrette l'attaque personnelle que vous avez lancée contre moi aujourd'hui", a-t-il poursuivi, car c'est "une infamie" à laquelle on ne s'attendait pas. "Nous continuons à le contacter malgré tout ce qu'il nous a dit."

Le l "src =" https://e00-elmundo.uecdn.es/assets/multimedia/imagenes/2020/10/22/16033634173207.jpg
Le leader de Vox, Santiago Abascal, se rend sur la plateforme pour répondre à Pablo Casado.

Le président de Vox a durement accusé le coup d'État: "Si vous voulez aussi vous battre, tuez-vous avec le tyran, mais ne venez pas vous battre ici avec ceux qui vous soutiennent." «Je suis toujours perplexe», a reconnu le candidat à la motion.

«Absolument perplexe», insista-t-il une seconde fois. "Pensez-vous vraiment que nous sommes les mêmes que le gouvernement qui a convenu avec l'ETA?"

Le dirigeant de Vox estime que Casado «est sorti pour expulser ses propres partenaires de manière impitoyable» dans diverses régions et municipalités autonomes, avec un soutien en échange de «rien». Pour cette raison, Abascal a refusé de «débattre» des questions qu'il avait prévu de confronter avec lui. "Ne contribuez pas au spectacle", a-t-il ajouté.

Casado lui a rappelé qu'ils ne gouvernent pas ensemble, mais que Vox a soutenu l'investiture des candidats du PP parce que l'alternative était le PSOE. À son avis, la différence entre le PP et le Vox est que le populaire ils représentent une «alternative raisonnable, modérée et pro-européenne», dans une confrontation claire avec le discours «anti-européen» d'Abascal.

La défense de l'UE a suscité l'un des plus vifs applaudissements du banc du PP. Plus tard, Casado a gâché l'agenda populiste d'Abascal. "Vous pensez qu'un retraité est plus conscient de ce qu'il dit George Soros Et votre pension? "

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *