Catégories
Actus culinaires

Pablo Casado, devant les barons: "Personne ne doit nous conduire à la modération, car nous y avons toujours été"

Mercredi,
quinze
juillet
2020

14:15

Au sein du comité exécutif national du PP, le chef de l'opposition repousse le débat sur la «galleguizacine» du «populaire», mais il assure qu '«il y a une radicalisation claire» de la gauche et du nationalisme »auxquels il faut répondre en s'élargissant la fête vers le centre "

Pablo Casado et Alberto N

Pablo Casado et Alberto Nez Feijo, ce mercredi au siège du PP à Madrid.
Vctor Lerena EFE

"Votre victoire est notre meilleure garantie d'atteindre le gouvernement espagnol." C'est ainsi que Pablo Casado a résumé ses remerciements à Alberto Nez Feijo pour la victoire en Galice. Devant les voix qui demandent à "Galleguizar" le parti, le président du PP a assuré que celle de Feijo est "la recette du PP, ici et partout".

Dans son discours au Comité exécutif national du parti, Casado s'est rebellé contre ceux qui poussent le PP vers le centre: "Personne ne doit nous conduire à la modération, car nous y avons toujours été", a-t-il défendu. "Nous les avons déjà trop profondément. Ceux qui essaient de prescrire des signes de centrisme sont ceux qui sont d'accord avec les populistes et les indépendantistes", a-t-il dit, faisant référence à Pedro Snchez.

Pour Casado, le fait que le PP soit répertorié est un sambenito classique de l'opposition. "Au gouvernement, le charisme apparaît et la tension disparaît. En attendant, continuons avec la nôtre, notre feuille de route" pour protéger les modérés ", y compris les sociaux-démocrates qui se sentent orphelins de la dérive de ce gouvernement socialiste". Ce dernier message, identique à celui que Feijo a déclaré mardi, a valu à Casado des applaudissements retentissants.

Bien qu'il ait voulu repousser le débat sur le passage au centre, le chef de l'opposition a assuré qu '"il y a une radicalisation claire" de la gauche et du nationalisme "auxquels il faut répondre en élargissant le parti vers le centre". "Je ne veux pas gouverner la création de phobies, mais affecte: la création de nouvelles alliances."

Pour Casado, les élections galiciennes et basques ont "suspendu l'administration de Snchez", tandis que le PP a augmenté de cinq points dans la moyenne des enquêtes. "Le PP continue de monter, le PSOE stagne. Snchez est de plus en plus conscient de sa dépendance au nationalisme" et d'un Podemos qui appelle à l'abdication du roi: "Nous ne le tolérerons pas".

"Je préfère perdre des votes que perdre mon âme"

"C'est ce que nous avons fait dans cette campagne" au Pays basque. "Il est curieux que les mêmes personnes qui ont critiqué le pacte avec un parti à notre gauche que Ciudadanos disent maintenant que ce pacte vous convient", a-t-il déclaré à Carlos Iturgaiz, à qui il a apporté tout son soutien.

Marié s'est arrêté pour analyser la montée en puissance de Bildu et la chute des PP-C: "Maintenant, ils disent que parler de victimes vous fait perdre des votes. Je préfère perdre des votes que perdre mon âme, comme Magic accusait son ancien parti", a-t-il proclamé. "Les données électorales méritent une réflexion non seulement pour le PP. 70% des votes sont couverts par le nationalisme et l'indépendance basques. Podemos a 22 sièges, tels que le PSOE, les PP-C et Vox ensemble et ensemble", a-t-il ajouté.

Selon lui, les électeurs du PP perdus "ne sont pas allés au PNV, mais à l'abstention". "Nous devons raviver nos électeurs." "Aussi" à ceux de Vox, "qui ont obtenu un siège à 1,9% au prix de soustraire deux sièges au constitutionnalisme", les a rendus laids.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *