Catégories
Actus culinaires

Moreno Bonilla définit un profil dans la gestion de la crise devant Pedro Sánchez et exclut d'augmenter les impôts

Lundi,
14
septembre
2020

19h00

Le président andalou annonce un plan d'investissement de 3450 millions jusqu'en 2023 pour réactiver l'économie andalouse

Juanma Moreno, lors de la présentation

Juanma Moreno, lors de la présentation du plan «Andalousie en mouvement».

Le président andalou, Juanma Moreno, a proposé de ressembler le moins possible à Pedro Snchez, notamment en ce qui concerne la gestion de la crise sanitaire et économique dérivée de la pandémie de coronavirus. Soit le antithèse du chef de l'exécutif de l'État et marquez votre propre profil Avant, pendant et après.

Le marquage des distances est l'objectif et cela inclut, en évidence, le Imposition.

Alors que le gouvernement central envisage d'augmenter les impôts et même de sonder un gel des salaires des fonctionnaires, le président andalou a promis hier de ne pas augmenter la pression fiscale dans la communauté. Du moins, celle qui dépend des décisions du Conseil des gouverneurs. Si les Andalous vont payer plus d'impôts l'année prochaine, ce ne sera pas pour lui, est-il venu dire hier en présentant un plan d'investissement ambitieux –3,450 millions– pour réactiver l'économie devant le meilleur de la société andalouse et dans un acte solennel dans le palais de San Telmo.

Les taxes régionales, a annoncé le président, resteront telles quelles, même si cela signifie aussi que le réduction d'impôt massive, le BMI, qui était l'une de ses promesses vedettes aux élections de 2018 et qui, au cours de sa première année de gouvernement, a également dû cesser en raison de l'héritage reçu.

Au cours de cet exercice, celui de 2020, une première partie, quelque peu timide, de cette réduction budgétaire promise a été entreprise et l'essentiel était en attente pour 2021, bien que la pandémie et la récession galopante qu'il a amené avec lui ont été forcés de le jeter pour le moment.

Il n'y aura pas de réduction d'impôts, mais pas de hausse d'impôts, malgré le fait que, a-t-il prévenu dans son discours, les revenus ont chuté en raison de la crise.

Le gouvernement andalou, a expliqué Moreno Bonilla, travaille à la préparation des comptes dans lesquels ce gel des impôts sera reflété et afin d'encourager la présentation de idées innovantes aux agents économiques et sociaux réunis dans la galerie des Glaces de San Telmo. Cela dépasse les coutures d'un gouvernement, dépasse la capacité de tout gouvernement, a-t-il affirmé.

De l'exécutif de Sanchez, il a exigé des certitudes sur le plafond des dépenses ou les prévisions de financement, ainsi que sur les fonds européens de reconstruction, dans lesquels il a demandé à l'Andalousie d'avoir une voix forte et claire.

Pour sélectionner les projets qui en Andalousie seront nourris avec cet argent, il a annoncé la création d'un bureau spécifique, tout en insistant sur l'importance de la collaboration privée-publique et la nécessité pour le gouvernement central de la faciliter par un amendement juridique que l'Andalousie réclame depuis des mois.

Bien qu'il n'y ait pas d'augmentation des taxes, le Conseil mettra sur la table un paquet d'investissement très ambitieux appelé Andalousie en cours, dans lequel des projets d'amélioration ou de construction de infrastructures et les services publics avec lesquels il entend donner un coup de fouet à la relance de l'économie andalouse et favoriser la création de milliers d'emplois.

Sur les 3 450 millions d'euros qui seront investis jusqu'en 2023, 440 millions iront à la santé, avec des initiatives spécifiques telles que la construction du troisième hôpital de Malaga ou celui de Roquetas de Mar (Almera); 875 millions au développement; 940 millions pour l'eau et 310 pour l'éducation et les sports, auxquels s'ajouteront 900 millions de plus dans des projets de collaboration public-privé.

Les autres projets inclus dans le paquet d'investissement sont les nouveaux écoles Las Gabias et Cenes, à Grenade, ou Lepe, à Huelva, ainsi que les villes de justice de Jan et Séville.

L'achèvement du tramway de la baie de Cdiz, des stations de traitement des eaux usées dans différentes communes de Cordoue et le développement des infrastructures électriques sont d'autres projets en cours en Andalousie.

Le plan doit servir, selon les termes du président andalou, de grand révulsif et avec lui, outre les bénéfices directs des investissements, il est destiné à lancer un message de stabilité et de confiance à l'étranger et qui agit comme un aimant pour attirer d'autres investissements.

Moreno Bonilla a influencé le moment de la crise économique grave qui est vécue et a souligné que les priorités de son gouvernement – en coalition avec Ciudadanos – continuent à être l'emploi, la santé et l'éducation. La pandémie, a-t-il ajouté, a changé la donne mais la philosophie, a-t-il insisté, est la même.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *