Catégories
Actus culinaires

Majorque, escale sur le parcours des croisières escales sur la route des pateras

Jeudi,
quinze
octobre
2020

02:02

L'archipel des Baléares multiplie par quatre en deux ans le nombre d'immigrants clandestins arrivant par voie maritime d'Algérie

Une patera est arrivée sur une plage de Majorque, le 22 ...

Une patera est arrivée sur une plage de Majorque, le 22 septembre.
LE MONDE

Adel a 40 ans et vient d'une zone rurale de l'intérieur de l'Algérie. Fin septembre, il embarque dans l'une des flottilles de bateaux qui, par vagues et commandés par des patrons payés par les mafias, partent des côtes de la région algérienne de Dellys vers les îles Baléares.
Dans un phénomène sans précédent jusqu'à il y a deux ans, l'archipel s'est imposé comme une escale sur les routes du trafic illégal d'êtres humains dans le sud de la Méditerranée. Mettre Majorque en

déclencher et remettre en cause la capacité de l'île (où il n'y a pas de centres de détention pour étrangers) à absorber le filet des arrivées.
Les migrants paient jusqu'à 1 000 € par trajet aux organisations opérant dans leur pays d'origine. Leur destination finale est généralement les pays francophones, avec la Belgique et les grandes villes de France, comme Marseille, comme pôles d'attraction.
"Je veux aller en France parce que j'ai des parents là-bas; nous avons fui la pauvreté, je ne veux pas retourner dans mon pays mais je n'ai pas d'autre choix car je n'ai pas de travail et il est impossible d'obtenir un visa", a expliqué Adel en étant conduit devant le juge de garde que a ordonné son internement dans un centre de Barcelone en attendant son rapatriement, décision contestée par le parquet. Il s'est rendu à Barcelone avec 80 autres migrants dans un avion affrété par le gouvernement.
Le bateau de cinq mètres avec un moteur de 40 chevaux dans lequel ce jeune Algérien voyageait avec une dizaine d'autres personnes a été intercepté par les garde-côtes, devenant ainsi l'un des 783 immigrés irréguliers interceptés à Majorque ces dix derniers mois. . Ils sont quatre fois plus que sur l'ensemble de l'année 2018. Depuis, l'itinéraire n'a cessé de croître et en une seule année, 54% d'immigrants en plus sont arrivés sur les côtes des Baléares, avec Ibiza, Formentera et le sud de Majorque comme porte d'entrée. Même la marine française est intervenue dans les opérations de sauvetage avec deux de ses patrouilleurs déployés en Méditerranée.
La dernière vague a contraint les autorités à aménager la gare maritime du port de Palma comme espace d'accueil et de rétention de la police, où transitent chaque année à cette époque des milliers de croisiéristes et de passagers de ferry. Avec la pandémie qui ravage l'industrie du tourisme, les stations maritimes restent pratiquement désertes, et l'autorité portuaire des Baléares et l'armée ont dû y déployer une infrastructure d'urgence pour abriter les immigrants pendant que des tests PCR étaient effectués. Il n'y a pas de croisiéristes et un camp d'urgence a été déployé il y a deux semaines pour recevoir les migrants dans les terminaux portuaires.
Pris en charge par dix volontaires de la Croix-Rouge, ils y ont attendu avant d'aller au tribunal. Jusqu'à présent, 21 d'entre eux ont été testés positifs pour le coronavirus, 2,68% du total.
La grande majorité sont des hommes âgés de 19 à 45 ans, bien que 6 femmes soient également arrivées. L'un d'eux, avec un bébé d'un an et demi dans ses bras, a atterri dans le sud de Majorque, dans le quartier de Colonia de Sant Jordi, une station balnéaire idyllique avec de grandes plages touristiques.
Les pateristas arrivent après une traversée qui peut aller de 6h00 à 48h00 avec une mer agitée, bien qu'ils mettent généralement les voiles par temps calme et avec des vents du sud, guidés par GPS et un skipper engagé par les mafias.
Les enquêtes policières indiquent que ces patrons sont employés par des gangs organisés pour commander le voyage. Ensuite, ils se laissent généralement arrêter par la police comme s'ils n'étaient qu'un autre membre d'équipage et sont renvoyés dans leur pays, où ils retournent travailler pour l'organisation. «Certains arrivent en demandant directement la police», raconte un voisin qui a pu assister à l'un de ces débarquements. Le dernier employeur arrêté n'a que 22 ans et fait toujours l'objet d'une enquête.
Jusqu'à l'année dernière, le gouvernement remettait en question l'existence d'une route directe établie vers l'archipel. Il fait allusion à des situations «extraordinaires». Cependant, avec les dernières vagues et après l'arrivée de la socialiste Aina Calvo dans la délégation gouvernementale, la vision a changé. «Nous sommes confrontés à des données historiques qui nous font analyser cette réalité dans une perspective plus large», a admis le représentant gouvernemental. "Le processus de migration des personnes sur nos côtes a été transformé." Le gouvernement admet déjà que les îles Baléares sont une "station de transit".
Même si la version officielle va dans ce sens, toutes les sources policières et judiciaires s'accordent à dire qu'il existe un «effet d'appel» clair.
La fermeture et la saturation lors de la pandémie des centres de rétention pour étrangers est bien connue des responsables de l'affrètement des bateaux et de la compression d'une entreprise estimée à plus d'un million d'euros par an. Il est également connu de ceux qui arrivent, puisqu'ils disposent également d'un outil fondamental: leur téléphone portable. Avec lui, ils sont informés et maintiennent le contact avec les autres qui les ont précédés dans le voyage risqué. L'incapacité des CIE à absorber les migrants et la fermeture des frontières ont conduit de nombreuses personnes à être libérées pendant des mois, protégées et accompagnées par des ONG et des organisations humanitaires, mais sans capacité de contrôle judiciaire.
Avec la dernière arrivée massive, en raison du manque d'infrastructures organisées pour les desservir et de la nécessité de mettre le groupe en quarantaine en raison d'éventuelles infections à coronavirus, ils ont été accueillis dans l'un des hôtels de Palma qui a été médicalisé pendant la pandémie, un hôtel à quatre étoiles sur le front de mer de la ville, avec vue sur la mer quelques heures auparavant. Le «spa» de l'hôtel, inutilisé lors de la pire crise touristique de l'histoire de Majorque, a fini par être transformé en une salle de fortune pour les interrogatoires judiciaires.

Pour continuer la lecture gratuitement



Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *