Catégories
Actus culinaires

L'état d'alarme revient après avoir vérifié que les autonomies ne pouvaient pas faire face à la deuxième vague

Lundi,
26
octobre
2020

02:47

Le gouvernement allègue qu'en définitive il n'a pas vu dans les modifications juridiques une garantie suffisante

Pedro S

Pedro Snchez et Carmen Calvo, la semaine dernière au Congrès des députés.
JOSE LUIS ROCA MONDE

Le retour à l'état d'alerte nationale 126 jours après le dernier apaisement n'est clairement pas une décision strictement volontaire. En plus de l'arrivée de la deuxième vague, il répond à l'absence de réformes ces derniers mois et à l'abondance des revers judiciaires dans cette période. Parfois, refuser des mesures restrictives; d'autres, les autorisant avec l'avertissement que leur durcissement provoquerait le non.
Le recours à l'instrument constitutionnel, comme l'appelait Sánchez

L'état d'alerte a été abaissé à plusieurs reprises hier, il intervient après avoir manqué à ce que le Premier ministre a annoncé au Congrès le 20 mai, lorsqu'il a demandé à la Chambre une cinquième prolongation. Ce que nous allons faire, mesdames, c'est planifier; Ce que nous ferons, Mesdames, c'est de commencer à analyser et à débattre avec vous tous et à négocier la modification des différentes lois pour garantir une gouvernance correcte, une fois que nous aurons sonné l'alarme. Il n'y avait aucune nouvelle de ces changements dans les lois sur la santé, qui avaient également été annoncés au Sénat par le vice-président. Nous devons nous équiper en cas de rebond ou de retour de l'intensité du Covid-19 dans des conditions que l'article 116 de la Constitution ne doit plus être utilisable, avait affirmé Carmen Calvo.
Des sources gouvernementales ont déclaré hier que l’état d’alarme n’a pas été utilisé parce qu’il n’y avait pas d’autre recours, mais plutôt en raison d’une condamnation réelle, même si elle était tardive. Ils expliquent qu'après une étude approfondie du cadre juridique, la conclusion est que la meilleure garantie pour limiter les droits fondamentaux est l'état d'alerte, déjà envisagé dans la Constitution. Réformer, par exemple, la loi générale sur la santé pour protéger ces limitations affaiblira le système de garanties que la Constitution inclut, affirment-ils.

L'exécutif souligne que le Conseil d'État a également soutenu cette voie

Ils ajoutent que tel a également été l'avis du Conseil d'Etat dans le rapport d'urgence demandé par l'exécutif. Le rapport indique que l'état de l'outil d'alarme est le plus approprié pour limiter les droits fondamentaux, indiquent les mêmes sources.
La portée limitée de la réglementation sanitaire avec laquelle il est prévu de continuer à lutter contre la pandémie a également été mise en évidence dans des décisions de justice. Après un été doux, la deuxième vague a entraîné des restrictions plus sévères et, avec elles, des revers sur les tables des hautes cours de justice. Le dernier est éloquent: on ne peut pas perdre de vue le fait que l’interprétation des restrictions aux droits fondamentaux doit être stricte et non volontariste, a souligné la Cour suprême du Pays basque la semaine dernière en refusant la limitation des réunions à six personnes.
La sortie signalée par la TSJ était une réforme juridique de la réglementation sanitaire qui envisage et rend possible ces restrictions. Ou l'utilisation de mécanismes prévus par la Constitution pour donner une base légale auxdites restrictions et avec les garanties qu'elles offrent. Autrement dit, l'état d'alarme. Le ténor de la voiture était si retentissant que le lendemain

lehendakari

Iigo Urkullu a exigé l'intervention du gouvernement central.

Les juges se sont même demandé si l'alarme couvrait certaines restrictions

La Cour suprême de Madrid avait également averti que si les restrictions étaient intensifiées, son approbation de limiter les mouvements pourrait être révoquée. Tout cela, a-t-il expliqué après avoir approuvé les mesures proposées, sans préjudice du fait que ce sera l'intensité de la limitation des droits fondamentaux concernés qui conditionnera dans chaque cas l'exigence d'utiliser d'autres instruments juridiques plus adaptés d'un point de vue constitutionnel. Encore une fois, l'état d'alarme.
Dans une ordonnance ultérieure qui a nié le confinement de Madrid, la TSJ a critiqué l'inactivité législative du gouvernement ces derniers mois. Il est frappant qu'étant donné le scénario de santé décrit, une réforme de notre cadre réglementaire ne serait pas abordée (…) malgré le consensus doctrinal existant selon lequel la réglementation actuelle des instruments normatifs permettant la limitation des droits fondamentaux (…) certainement insuffisante et nécessite des éclaircissements.
Les doutes juridiques ont même atteint l'état d'alarme lui-même. Lors de la première détention, la Cour suprême d'Aragn a déclaré que des restrictions étaient en cours d'adoption, plus typiques de l'état d'exception. Dans tous les cas, l'arrêté royal de l'état d'alarme ne doit pas passer l'examen préalable de la TSJ. Son examen correspond exclusivement à la Cour constitutionnelle. Le TC a déjà donné son aval en acceptant l'interdiction d'une manifestation en pleine pandémie. Mais c'est une décision contestée devant le tribunal qui a laissé en suspens un examen approfondi de la question.

Pour continuer la lecture gratuitement



Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *