Catégories
Actus culinaires

L'Estrémadure impose également l'utilisation obligatoire de masques et la Cantabrie, les Asturies et l'Aragn pourraient être les suivantes

Vendredi,
dix
juillet
2020

13:43

La résolution du Conseil établit son utilisation obligatoire à partir de 0,00 heure aujourd'hui dans la voie publique, les espaces extérieurs et dans tout endroit fermé à usage public

Le président de la Junta de Extremadura, Guillermo Fern

Le président de la Junta de Extremadura, Guillermo Fernndez Vara, lors d'une conférence de presse.
LE MONDE

Estrémadure suivre les traces de Catalua et Baléares. Le Ministre de la Santé d'Estrémadure, Jos Mara Vergeles, a annoncé ce matin l'utilisation du masque à partir de 00h00 ce soir pour les personnes de plus de six ans, même si la distance de sécurité établie est fixée à 1,5 mètre. La résolution du Conseil ordonne une utilisation obligatoire dans les voies publiques, les espaces extérieurs et dans tout lieu fermé à usage public, imposant des sanctions pour non-conformité de 100 à 6 000 euros, comme spécifié également par le deuxième vice-président d'Estrémadure.

ET Cantabrie, Asturies et AragnComme leurs présidents régionaux l'ont annoncé, ils pourraient être les prochains à appliquer la même mesure sur leurs territoires, qui auront comme exception la pratique sportive ou certains environnements comme les plages ou les piscines, mais qui dans presque tous les cas prévaudront sur les terrasses des bars , où les clients ne peuvent retirer le masque qu'au moment de manger ou de boire.

Actuellement, l'Estrémadure maintient quatre foyers actifs, trois dans le Zone de santé de Badajoz (avec respectivement sept, cinq et 14 positifs) et un sur Navalmoral de la Mata (Badajoz), avec 9 PCR positifs. Les épidémies 2 et 3 de Badajoz sont les plus inquiétantes, selon Vergeles, car elles ont transmis des positifs à d'autres domaines de la santé. Au total, au cours des deux dernières semaines, depuis la fin de l'état d'alarme, en Estrémadure, 170 cas ont été détectés, dont 66 sont toujours actifs avec des positifs, Badajoz ouvrant la voie avec 45 personnes affectées. Vergeles n'a pas exclu que dans les prochaines heures un nouveau foyer soit annoncé dans la Communauté autonome, en attendant la collecte de toutes les données dans les dernières heures par les autorités sanitaires. Actuellement, aucun patient extrême atteint de coronavirus n'est admis ICU, bien que deux soient hospitalisés, notamment à Badajoz et Navalmoral de la Mata.

Le directeur du Extremeo Health Service, Ceciliano Franco, avait déclaré dans les dernières heures qu'Estrémadure n'envisageait pas le confinement d'une zone de santé, ni celle de Badajoz, par Covid-19.

EFE

"Agir avec force et prévoyance"

Lors de sa comparution urgente devant les médias, le responsable de la santé en Estrémadure a justifié cette décision en raison de la nécessité "d'agir avec force et prévoyance" car Covid-19 "est toujours avec nous", et plus encore maintenant qu'ils arrivent " les week-ends d'été où les gens sortent plus. " En tout cas, Vergeles a précisé que la situation de la communauté est "toujours bonne", mais avec l'utilisation du masque obligatoire, il est prévu – malgré le fait qu'il ait reconnu que son utilisation "cause un certain inconfort" – de ne pas revenir "au phases de recadrage ". En ce sens, il a indiqué que "le relâchement de quelques-uns peut être une source de préoccupation pour beaucoup et qu'ils nous font revenir à des situations antérieures". De cette manière, il a précisé que plusieurs des contagions détectées dans la région sont liées à des fêtes, réunions et situations de loisirs dans lesquelles les mesures de sécurité n'ont pas été respectées "et cela, a-t-il affirmé," est quelque chose qui Nous pouvons nous permettre. "

Tôt le matin, le président du conseil d'administration, Guillermo Fernndez Vara, avait déjà déclaré que "chacun de nous est responsable de la santé de sa mère et de son père, de ses enfants, de sa famille, de ses voisins, de ses amis. Ce n'est pas c'est une blague, c'est probablement la chose la plus sérieuse que nous ayons jamais eue dans nos vies. " Ainsi, il a prévenu que "les personnes qui ne respectent pas les normes que nous nous sommes données doivent être accusées de reproches sociaux", a-t-il souligné en référence aux mesures de prévention car "cela ne vaut plus la peine d'être recherché". Et il a précisé: "Il n'y a plus Simones, ministres ou conseillers. C'est un problème pour chacun de nous. "

Les forces et organes de sécurité de l'État seront chargés de contrôler l'utilisation obligatoire du masque, a assuré le conseiller d'Estrémadure, précisant qu'il existe certaines exceptions, telles que les personnes atteintes de certaines maladies, celles souffrant de problèmes respiratoires ou les coureurs. Bien qu'il soit obligatoire de marcher. L'utilisation de masques dans les parcs, piscines, centres de travail, terrasses et grandes bouteilles sera également obligatoire, bien que par exemple la mairie de Badajoz les ait déjà interdits dans leur ville. Ces derniers jours, dans cette capitale, un quart complet de pompiers (14 professionnels) ont été isolés après avoir détecté un positif parmi l'un d'entre eux qui, en congé de paternité, a été testé positif et, sans le savoir, est allé leur rendre visite. Tous ont également été testés négatifs dans le deuxième test. PCR qui a été pratiqué. La police nationale a également mis en quarantaine 17 officiers – qui ont leur quart de travail à la prison de Badajoz – après avoir donné deux positifs. Pour le conseiller de La police locale, Mara Jos Solana, les flambées dans la ville ne sont pas maîtrisées et il y a aussi des comportements gênants de la part de certains citoyens, qui ne mettent pas le masque. Pendant l'état d'alerte, la police locale de Badajoz a déposé 2 638 plaintes.

Précisément, c'est le gouvernement municipal de Badajoz qui, hier, après avoir pris connaissance des six nouveaux positifs dans cette ville, a proposé au gouvernement régional d'Estrémadure de décréter l'utilisation du masque obligatoire, en utilisant le Loi sur la santé en Estrémadure l'imposer. C’est alors que le ministre de la Santé a transféré dans l’après-midi la mesure Conseil interterritorial du système national de santé. Plus précisément, Jos Mara Vergeles a demandé que la Commission nationale de santé publique étudie pour imposer une protection sur tout le territoire national, quelle que soit la distance de sécurité.

La Catalogne et les îles Baléares, la première

L'utilisation obligatoire des masques est entrée en vigueur le 21 mai, après un long débat précédé d'opinions divergentes de différents experts. Le gouvernement a fini par prendre Journal officiel de l'État (BOE) une demande croissante qui a imposé son utilisation dès l'âge de six ans dans la rue, dans les espaces extérieurs et dans tout lieu fermé à usage public lorsque la distance de sécurité n'a pas pu être maintenue, finalement fixée à 1,5 mètre .

Cette distance, que beaucoup considéraient comme le meilleur masque, n'est plus une limite en Catalogne, première communauté à appliquer depuis jeudi son obligation permanente sous une amende de 100 euros afin de juguler les infections.

La Catalogne sera suivie des îles Baléares, qui a annoncé l'entrée en vigueur de cette mesure dès lundi au milieu des craintes déclenchées sur les îles par la prolifération de festivals de masse illégaux sans aucune réglementation en matière de sécurité, comme la police a pu le vérifier dans diverses actions menées. réalisée le week-end dernier, rapporte Efe.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *