Catégories
Actus culinaires

L'Espagne est le pays où les enseignants sont le moins encouragés à utiliser la technologie dans leurs classes

Mis à jour

Mardi,
29
septembre
2020

11 h 01

Près de la moitié des élèves de 15 ans ne reçoivent aucune formation sur l'utilisation responsable d'Internet, selon l'OCDE

Élèves d'une école de Saint-Sébastien

Des élèves d'une école de Saint-Sébastien, pendant la désescalade pédagogique.
A. PRESSE

L'Espagne est le pays ayant le moins de capacité d'écoles à promouvoir l'utilisation de la technologie dans l'enseignement. Seulement le 11,5% des professeurs d'espagnol sont encouragés à intégrer des appareils numériques dans leurs classes, un pourcentage cinq fois inférieur au 56,7% qui est enregistré dans la moyenne du Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Les données proviennent de la dernière livraison du rapport PISA 2018 au sein d'un ensemble d'indicateurs qui expliquent le succès des systèmes éducatifs. L'un d'eux, en particulier après la crise Covid dans l'éducation, est la numérisation des salles de classe. Et ici, l'Espagne ne se démarque pas. Parce que, dans la capacité de motiver les enseignants à utiliser les ressources numériques dans leurs classes, nous sommes les derniers, pas seulement les 37 pays développés membres de l'OCDE, mais aussi des 42 états associés.

Il n'y a personne avec des pourcentages aussi bas. L'Espagne avait rarement battu ce record lors du fameux test qui évalue les performances des élèves de 15 ans. Le plus proche est Mexique, avec 18,8%. Mais les passes de notre environnement comme le Portugal (41,6%), France (71,8%), Italie (49,4%) ou Allemagne (45,4%) présentent des proportions beaucoup plus élevées.

L'OCDE soutient que ce n'est pas en mettant plus d'ordinateurs dans les salles de classe que les résultats scolaires s'améliorent, mais rappelle qu'après la fermeture des écoles en raison du coronavirus, «les élèves qui n'étaient pas équipés d'un ordinateur ou d'une connexion Internet avaient plus difficultés à se guider et à utiliser son temps d’apprentissage. " En Espagne, une étude sur Projet Atlntida souligne que 30% des étudiants ne se sont pas connectés aux cours. Les plus touchés étaient les plus défavorisés. Il existe une différence de 40 points de pourcentage entre les écoles favorisées (70%) et les écoles défavorisées (30%) en ce qui concerne la disponibilité d'appareils technologiques suffisamment puissants pour être utilisés en classe.

L'étude Pratiques efficaces, écoles réussies, que l'OCDE a publié ce mardi, exhorte les écoles à se demander si elles sont suffisamment équipées pour que les élèves apprennent par voie électronique et établit que les meilleurs systèmes éducatifs disposent, entre autres, d'un meilleur haut débit et de programmes spécifiques pour former les étudiants. leurs étudiants dans une utilisation responsable d'Internet.

Là encore, l'Espagne est en retard: près de la moitié des étudiants de 15 ans (44%) ne reçoivent pas ce type d'enseignement dans leurs instituts ou collèges, contre 40% inscrits dans le nombre moyen de pays. Cette utilisation responsable est essentielle, par exemple, pour que les adolescents acquièrent un esprit critique et apprennent à discerner ce qui est pertinent à partir de l'ensemble des informations qui existent sur Internet.

Le gouvernement va promouvoir ce type de compétences dans sa réforme de l'éducation qui, jusqu'à présent, a eu un rôle très mineur dans le programme de l'enseignement CETTE Oui baccalauréat. Juste hier, PSOE, Unis nous pouvons, PP Oui Vox ils se sont mis d'accord sur le Congrès en exhortant le ministre Isabel Cela de faire un plan de numérisation dans les salles de classe après s'être mis d'accord sur une proposition non légale selon laquelle seuls les PNV. Il existe un consensus sur le fait que beaucoup de travail reste à faire sur cette question.

L'OCDE nous fait également ressortir les couleurs sur d'autres pages du rapport relatives à la numérisation. À en juger par les réponses des administrateurs interrogés, il est clair que les ressources manquent. Par exemple, 47% des centres espagnols ont un haut débit ou une vitesse Internet insuffisants, contre 32% du nombre moyen de laissez-passer. Dans cette section, les régions les moins performantes sont les Communauté valencienne, Baléares Oui Castilla La Mancha.

De plus, 48% des instituts ne disposent pas de plateforme d'apprentissage en ligne efficace (contre 45% de la moyenne), situation particulièrement préoccupante Aragn, Estrémadure Oui Asturies.

Et près de la moitié des centres admettent ne pas disposer de suffisamment d'appareils numériques connectés à Internet (notamment aux Baléares et Andalou) ou avec la puissance ou Logiciel convient pour une utilisation en classe.

La chose la plus inquiétante, en tout cas, n'est pas le manque d'équipement, mais que 46% des enseignants – le pourcentage est beaucoup plus élevé les îles Canaries, La Rioja Oui Murcie– Ils n'ont pas les compétences techniques et pédagogiques nécessaires pour intégrer ces dispositifs technologiques dans leur quotidien, et ils n'ont pas assez de temps pour préparer les classes intégrant les nouvelles technologies, en plus du manque d'assistants techniques qualifiés qui aident les enseignants quand ils en ont panne informatique.

"En ce qui concerne la capacité de l'école à améliorer l'enseignement et l'apprentissage grâce aux appareils numériques, l'Espagne obtient des résultats inférieurs à la moyenne de l'OCDE dans la plupart des indicateurs", résume-t-il. Miyako ikeda, analyste dans cette organisation internationale et l'un des responsables du rapport.

"De plus, les disparités socio-économiques de ces indices sont bien plus importantes en Espagne que la moyenne des pays", ajoute-t-il. "Cela a une implication importante pour l'apprentissage pendant la crise du Covid-19. Si un soutien adéquat n'est pas fourni aux élèves et aux écoles qui n'ont pas accès aux ressources numériques, cela peut entraîner une aggravation des inégalités existantes", prévient-il. .

Le rapport avertit également que l'Espagne est, avec Allemagne, le pays qui recourt le moins au mentorat des enseignants dans son processus de formation initiale. Et aussi l'un de ceux qui souffre le plus du manque d'enseignants.

"Le mentorat des enseignants est une pratique dans laquelle un enseignant aide un autre enseignant à développer ses connaissances et ses compétences en partageant les bonnes pratiques et en discutant. Il peut aider à améliorer les compétences et les connaissances de chaque enseignant et à créer une culture de collaboration entre eux." met en évidence Ikedo.

Et il met en évidence qu'en Espagne, un «plus grand manque» de personnel enseignant (43% contre 27% dans l'OCDE) et d'assistants (59% contre 33%) a été signalé.

Les clés du succès des meilleurs systèmes éducatifs

Les meilleurs systèmes éducatifs au monde comptent de nombreux élèves qui ont fréquenté l'éducation de la petite enfance pendant au moins trois ans, peu d'élèves qui ont redoublé une année, des enseignants qualifiés, un solide système d'évaluation et de responsabilisation et peu de différences entre les écoles en termes de ressources matérielles. .

L'OCDE fait valoir que les pays qui figurent en tête des classements internationaux disposent également de suffisamment de haut débit Internet, de projecteurs et d'ordinateurs capables de naviguer et d'apprendre des plates-formes. en ligne efficaces, ainsi que des programmes spécifiques pour préparer les étudiants à une utilisation responsable d'Internet.

De plus, leurs écoles disposent de salles où les élèves peuvent faire leurs devoirs, qui disposent d'un personnel de soutien (en Espagne, seuls 42% des centres aident leurs élèves à faire leurs devoirs) et proposent des activités parascolaires comme une chorale, un orchestre de musique, séminaires ou activités en collaboration avec les bibliothèques municipales.

Enfin, ils ont des programmes de mentorat pour les enseignants débutants où les plus vétérans aident les enseignants novices, ce qui est rarement fait dans les écoles espagnoles. Il ne semble pas influencer l'amélioration des résultats que de nombreuses heures soient consacrées à l'enseignement des matières. En revanche, l'OCDE, qui a toujours soutenu que la taille des classes n'affectait pas trop les résultats, reconnaît désormais dans ce rapport que de petits groupes d'élèves aident.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *