Catégories
Actus culinaires

Les travaux de TAV ont subi 5 sabotages et une quinzaine de jours de coercition en 2020

Mercredi,
28
octobre
2020

21:23

La commune d'Atxondo, au centre des incidents enregistrés par l'Ertzaintza que l'auteur des actes de violence ne connaît pas

Deux opérateurs fixent la caténaire d'un v

Deux ouvriers réparent la caténaire d'une piste d'Euskotren sabotée pour protester contre le TAV.
LE MONDE

Les travaux pour achever la nouvelle infrastructure ferroviaire du Train à grande vitesse (TAV) en Euskadi ils ont souffert cinq sabotages et une quinzaine de jours de coercition en 2020. Les actes de violence contre les machines utilisées sur les chantiers de construction se sont concentrés sur l'environnement des Atxondo et Elorrio en Biscaye et à Hernani et Astigarraga en Gipuzkoa. L'Ertzaintza, qui a renvoyé ses enquêtes au parquet, n'a identifié aucun des auteurs. Les violentes pressions contre le TAV avec protestations et coercition se sont multipliées à Atxondo jusqu'à la fin du mois de mai dernier.

Quatorze conseillers de l'abertzale sont partis rendus publics en octobre 2019 dans lesquels ils se sont félicités d'avoir retardé les travaux du TAV dans leur commune depuis que cet objectif avait été fixé en 2007. «Nous avons réussi à faire d’Atxondo une île non construite sur la route HST», ont alors affirmé les anciens responsables publics de la gauche nationaliste.

Un an plus tard, l'Ertzaintza détaille 14 coercitions commises dans la plupart d'entre elles par des personnes non identifiées contre les œuvres du soi-disant Y basque à Atxondo. Selon les informations demandées par le parlementaire du PP Carmelo Barrio au Département de la sécurité, actions contre les œuvres multipliées au cours du premier semestre. Deux des cinq sabotages enregistrés par l'Ertzaintza en 2020 ont eu lieu dans la région d'Atxondo et ont été commis contre des machines appartenant à des entreprises de construction. Le premier sabotage a eu lieu le 14 février contre des machines de «Excavaciones Peru» et le second a eu lieu le 11 mai avec la destruction d'une pelle rétrocaveuse dans la zone municipale d'Elorrio. Les trois autres sabotages contre le Y en 2020 ont été trois incendies à Hernani et Astigarraga contre des installations et des machines des entreprises qui construisent cette infrastructure ferroviaire.

Sur les quatorze coercitions incluses dans une réponse parlementaire à Carmelo Barrio, treize ont eu lieu à Atxondo, Portes peintes, cassées, mise en place de tiges métalliques, coupures de route et même construction d'un mur pour empêcher l'accès des travailleurs aux vestiaires de l'usine TAV dans cette municipalité de Biscaye. L'Ertzaintza n'a réussi à identifier que le propriétaire d'un véhicule qui est apparu à la porte d'entrée des travaux. La deuxième action policière incluse dans la documentation parlementaire fait référence à l'identification de plusieurs militants contre le train à grande vitesse qui ont interrompu les interventions du ministre Jos Luis balos et le conseiller Arantxa Tapia pendant une journée sur cette infrastructure au Kursaal de San Sebastin.

Dans l'événement qui s'est tenu en janvier dernier, Balos a toujours maintenu la date d'achèvement des travaux en 2023 bien qu'il ait déjà prévenu que les premiers convois n'entreraient en service que bien en 2024. Neuf mois plus tard, le conseiller Iaki Arriola à la tête maintenant le ministère des Transports a évité toute référence à la conclusion des travaux et n'a même pas signé les ordres de gestion avec balos pour que le gouvernement basque assume une partie des incorporations du «  Y '' basque à Bilbao et à Vitoria qu'il avait déjà annoncé son prédécesseur Arantxa Tapia.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *