Catégories
Actus culinaires

Les travailleurs sociaux dénoncent l'abandon du gouvernement pendant la pandémie

Lundi,
2
novembre
2020

01:48

«Ils ont commencé à travailler sans garanties, dès l'improvisation dans les centres, le temps d'attention en dehors des heures a été dépassé», disent-ils

Une femme âgée reçoit la visite d'un parent dans une résidence à ...

Une vieille femme reçoit la visite d'un parent dans une résidence à Madrid.
EFE

Dans un plan plus flou, mais avec la même charge de travail, l'effort physique et l'épuisement psychologique, les travailleurs sociaux ont vu leur demande dépassée, devoir modifier leurs mécanismes de travail et subir des conséquences telles que le stress, l'angoisse et la maîtrise émotionnelle. . Ces professionnels critiquent le manque de moyens et l'impuissance des Administration. "Ils ont commencé à travailler sans garanties, à partir de l'improvisation dans les centres, le temps d'attention en dehors des heures a été dépassé" dénonce un professionnel.

«Au niveau politique et institutionnel, il n'y a pas eu de soutien, nous avons dû inventer beaucoup de choses à la volée et les lignes directrices ne sont pas claires», soulignent-ils depuis un centre de services sociaux d'une Aragon de moins de 15 000 habitants. "Je me suis senti dépassé et sans défense. Ils nous ont laissés seuls, nous n'avons eu aucun soutien. Il y a un mois nous avons eu la première réunion territoriale en personne et le sentiment était le même dans d'autres communes: se sentir seul", confie un responsable d'un centre dans la commune des Baléares. entre 15 000 et 50 000 habitants.

Voici quelques-uns des témoignages qui marquent un travail mené par des chercheurs de cinq universités publiques dans lequel ils analysent l'impact de la pandémie sur les services sociaux et qui a été financé par le Institut national d'administration publique (INAP), sous la direction de Ins Calzada, chercheur au Université Complutense de Madrid, spécialiste en méthodologie des sciences sociales.

Pour évaluer l'impact de la crise causée par la pandémie de Covid-19 sur ce secteur et sur ses travailleurs, plus de 60 municipalités de six communautés ont été sélectionnées au hasard pour représenter différentes réalités: Andalou, Aragn, Baléares, Castille et Len, pays Basque Oui Madrid. Dans chacune de ces communes, un entretien téléphonique est réalisé avec le coordinateur du centre de services sociaux correspondant.

RAPPORT

Ce premier rapport de «  Surveiller l'impact du Covid-19 sur les services sociaux '', daté de septembre, conclut qu'étant donné le sentiment d'impossibilité de couvrir la demande générée pendant la pandémie, les travailleurs des services sociaux ont ajouté la perception «d'un manque de soutien des plus hauts niveaux de gouvernement, il a entraîné des sentiments de solitude, d'abandon, d'isolement et de fragilité. "

Préservant l'anonymat, l'enquête recueille des témoignages de travailleurs sociaux où ils révèlent leur expérience. "Il y a eu des situations dans lesquelles le politicien voit une chose et le technicien en voit une autre. Par exemple, nous ne favorisons pas la distribution de nourriture, nous préférons quelque chose de plus digne comme un chèque ou une carte alimentaire", explique un travailleur andalou.

Une vision partagée par un collègue de Baléares: "Le conseil municipal a une bureaucratie interne qui nous a causé certains conflits. Du côté de certains domaines, comme le secrétariat ou l'intervention, il y a une mentalité très différente de ce que sont les services sociaux, et au lieu d'alléger les choses, ils les font vraiment plus compliqué ".

Un sentiment que le gouvernement peut désormais corroborer, puisque l'objectif de cette enquête, qui sera prolongée jusqu'en septembre 2021, est d'envoyer périodiquement les rapports au Conseillers des services sociaux de chaque communauté autonome, Ministère des droits sociaux et Agenda 2030 et les collèges de service social.

La conclusion du rapport après avoir écouté les responsables des centres sociaux et leurs expériences pendant la pandémie est qu '«une incompatibilité a été perçue entre la logique de l'administration aux échelons supérieurs et la logique de ceux qui sont en contact direct avec la population comme les services sociaux, en particulier ce qui a à voir avec le temps et la bureaucratie. "

«Nous avons toujours été débordés, alors imaginez maintenant. Le confinement était pour moi un cauchemar, du fait du volume de travail et du manque de moyens, j'étais accro au travail tous les jours, incapable de séparer l'emploi du temps personnel du professionnel», est le témoignage d'une commune andalouse.

INCERTITUDE

Le rapport coordonné par Calzada et financé par l'INAP – un organisme autonome rattaché au ministère de la Politique territoriale et de la Fonction publique – affecte l'incertitude et la confusion qui, au quotidien de ces travailleurs, ont engendré les changements continus de protocoles et de directives depuis la Administration et autorité sanitaire. "Beaucoup de ces instructions ont été modifiées, par conséquent, une mise à jour constante est nécessaire pour pouvoir transférer les informations correctes et exécuter les procédures correctement. Cet état d'alerte permanent avant les protocoles d'action a été vécu avec beaucoup de stress et inquiétude. "

Malgré les difficultés, les travailleurs sociaux se montrent satisfaits, selon le rapport, du travail effectué, tout en reconnaissant la «peur» d'un avenir qui répète le passé. «La vérité est que nous avons à nouveau peur, peur qu'une situation comme celle que nous avons vécue se reproduise», reconnaissent-ils depuis le centre social d'une municipalité madrilène de 15 000 à 50 000 habitants. «Ça va être très dur, à partir de maintenant vient une étape très difficile pour les services sociaux, car de nombreuses familles perdent leur revenu d'été, couplé avec la crise à venir. (…) Si l'école est suspendue, voyez comment apporte de la nourriture à ces enfants », maintenant un travailleur d'Andalousie.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *