Catégories
Actus culinaires

Les partenaires de Pedro Snchez tentent pour la dixième fois que le Congrès enquête sur les affaires de Juan Carlos I

Mercredi,
22
juillet
2020

14:59

L'initiative, signée par huit partis qui comptent plus de 30 députés, appelle cette fois à l'enquête sur les trois entreprises publiques qui, soi-disant, ont payé des commissions pour gagner l'AVE à La Mecque avec l'intermédiation du roi Emrito

Porte-parole du compromis

Les porte-parole des Compromis, ERC, JxC, Mme Pas, Bildu et autres partis nationalistes, ce mercredi au Congrès.
Chema Moya EFE

Une grande partie des partenaires d'investiture de Pedro Snchez retournent à la mêlée. Huit partis ont réenregistré hier une pétition pour une commission d'enquête pour le Congrès afin d'enquêter sur les affaires sombres du roi Emrito liées à l'attribution de l'AVE à La Mecque. Et ce sera la dixième fois qu'ils le feront: huit au Congrès et deux au Sénat. Jusqu'à présent, ils ont rencontré le soutien d'Unidas Podemos et le rejet du PSOE.

À l'initiative du porte-parole de Comproms, Joan Baldov, les partis nationalistes et de gauche demandent à la Chambre basse d'enquêter sur les entreprises publiques qui auraient payé des commissions par l'intermédiaire de Juan Carlos I.Il s'agit de Renfe, de l'ADIF et de l'ancien Ineco, le Ingénieur d'État après avoir été vendu à Tcnicas Reunidas.

Les signataires de la pétition tentent ainsi de contourner le veto des avocats de la Chambre, qui jusqu'à présent ont souligné que le Congrès peut enquêter sur le gouvernement, pas sur la Maison royale. Ils ont présenté l'initiative Esquerra Republicana, Junts per Catalunya, Bildu, Ms Pais, le CUP, Comproms, le BNG et Nueva Canarias.

Dans la présentation de l'initiative, Joan Baldov (Compromis) a déclaré qu'il était convaincu que désormais "personne n'est protégé par aucune inviolabilité" car en tant que membres du Congrès, "nous pouvons légitimement contrôler l'activité des entreprises publiques espagnoles, qui sont financées avec de l'argent de tous".

Lors d'une conférence de presse, les porte-parole de l'ERC, du JxC, du CUP et de Bildu ont insisté pour lier la monarchie à la corruption et à «l'absence d'une vraie démocratie» en Espagne. Comme l'a exprimé Gabriel Rufin, "on ne peut pas dire que nous sommes face à une mauvaise pomme; c'est une institution qui a d'énormes problèmes de corruption". Le porte-parole de l'indépendance estime que le chef de l'Etat, Felipe VI, "connaissait les affaires de son père avec les strapas saudes et ses bars de plage au Panama". Et il a assuré que sa lune de miel aurait été payée par "des hommes d'affaires très proches de Juan Carlos I".

La députée de Mme Pas igo Errejn a assuré que cette initiative est "un test de résistance sur la qualité de la démocratie espagnole" car jusqu'à présent il a été démontré qu '"il existe des endroits opaques où la démocratie ne vient pas".

Au nom de la CUP, Mireia Veh a assuré que la Monarqua a toujours été "contre les droits et les libertés". Et il a affirmé que "son rôle dans la tentative de coup d'État de 1981 n'a pas encore été clarifié" ou que l'actuel chef de l'Etat, Felipe VI, "menaçait" les Catalans avant la consultation souverainiste dans son discours du 3 octobre. 2017. Il ne devrait y avoir aucun doute que la corruption "doit faire l'objet de poursuites et d'enquêtes".

Les signataires de l'initiative ne se sont pas entretenus avec le PSOE, mais ils espèrent que, compte tenu de la gravité croissante des accusations dont on parle, les socialistes finiront par accepter la commission d'enquête, qui jusqu'à présent n'a jamais passé le filtre initial. de la Table du Congrès, où elle a toujours été rejetée grâce aux votes du PSOE, PP et Vox.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *