Catégories
Actus culinaires

Les maires se rebellent une fois de plus contre le Trésor et tiennent un sommet pour arrêter le nouveau décret qui retire des fonds

Mardi,
22
septembre
2020

02:00

Lrida (ERC) et Reus (Junts) convoquent les communes contre le décret de Mara Jess Montero

Plusieurs maires opposés au décret, dans l'escalier du Congrès à ...

Plusieurs maires se sont opposés au décret, dans les escaliers du Congrès en septembre.
PP

Les maires rebelles – qui ont déjà fait pression pour renverser le précédent décret municipal du gouvernement – s'organisent à nouveau contre l'exécutif. Le nouveau projet de décret qui gère la Ministère des finances leur permet d'utiliser leurs restes, mais les maires le trouvent absolument insuffisant, comme l'ont expliqué plusieurs d'entre eux LE MONDE, car il laisse les communes sans surplus sans fonds supplémentaires et parce qu'il supprime les 1 000 millions de transport prévus dans le décret précédent.

Dans cette bataille contre le gouvernement, le PP n'est pas seul. En fait, cette fois, ce sont les maires de Lrida (ERC) et Reus (Junts per Catalunya) qui ont appelé à une réunion d'urgence pour aujourd'hui – un troisième sommet municipal télématique – pour faire pression sur le gouvernement de Pedro Sánchez et obtenir un fonds supplémentaire de quelque 5.000 millions d'euros pour lutter contre les effets de la pandémie de Covid19.

Ces maires expliquent qu'ils ne représentent pas leurs partis, mais les villes qu'ils gèrent. Mais des sources municipales ajoutent que les adresses d'ERC et de Junts, ainsi que celles du PP ou des Citizens, rejettent également le texte sur lequel travaille actuellement le Trésor.

En totale harmonie avec ces maires se trouvent les conseillers du PP. Mais aussi ceux des Cs, des Comproms, du BNG ou du Parti régionaliste de Cantabrie, en plus de nombreux socialistes qui préfèrent ne pas rendre public leur gêne face aux projets de la ministre María Jess Montero, selon des sources municipales.

Le décret que prépare l'exécutif permettra aux conseils municipaux, maintenant déjà, d'utiliser leurs restes. Mais les conseillers demandent aussi un fonds supplémentaire également pour les consistoires qui n'ont pas eu de surplus.

Avoir ou non un surplus n'est pas imputable aux citoyens, explique le maire de Lrida, Miquel Pueyo, à EL MUNDO, et ce sont les citoyens qui souffrent de la crise engendrée par le coronavirus, parfois avec deux confinements, comme à Lrida.

Pour cela, les conseillers demandent un fonds supplémentaire de 5 000 millions qui pourrait provenir de fonds européens, bien qu'ils précisent que ce montant est négociable. Comme ils le dénoncent, l'administration locale n'a reçu aucune aide de l'Etat pour faire face à la pandémie contrairement aux communautés qui en ont eu 16 milliards.

Les communes demandent un fonds de 5 000 millions quel que soit le reste

Plus de 25 maires de 13 partis différents de toute l'Espagne ont déjà confirmé leur présence au sommet d'aujourd'hui. Parmi eux, ceux de Madrid, Valence, Saragosse, Malaga, Alicante, Badalona, ​​Pampelune, Grenade, Almera ou Pontevedra. Pueyo a avancé à ce journal qu'il est même possible que le maire de Barcelone, Ada Colau, qui gouverne avec le PSC.

Le maire de Saragosse, Jorge Azcn (du PP), a expliqué hier à ce journal que le projet de décret que ce journal a dévoilé hier a semé l'alarme et la peur parmi les maires, car il ne met pas de montant supplémentaire sur la table lorsque d'autres administrations les auront.

Le ministère ne peut plus se tromper, a averti Azcn. Sinon, vous vous dirigerez sans aucun doute vers une autre défaite parlementaire. Le regidor populaire de Saragosse demande au ministre des Finances de s'entretenir avec les maires avant de porter son nouveau décret au Conseil des ministres si vous ne voulez plus faire face à une défaite parlementaire.

Le décret précédent, qui a été rejeté par la plénière du Congrès, comptait non seulement avec le rejet des maires du reste des partis, mais aussi avec plusieurs du PSOE, qui ont même assuré qu'ils ne remettraient pas leurs restes au gouvernement.

A cette occasion, il ne s'agit pas d'une bataille d'un conseil municipal ou d'un groupe de conseils municipaux contre le gouvernement, ni d'un parti contre l'exécutif, expliquent des sources municipales. Il s'agit d'un conflit entre les municipalités et le gouvernement, puisque le décret précédent était injuste, peu favorable et allait à l'encontre de l'autonomie municipale, a ajouté hier Azcn.

Le gouvernement a déjà dû rectifier une fois, expliquent des sources de la FEMP à ce journal, et si le décret ne change pas, il est peut-être sur la voie d'une deuxième rectification car il ira à l'encontre de ce que Fédération des municipalités approuvé à l'unanimité.

Le PP, par exemple, exige une garantie que les communes participeront aux fonds accordés par le Commission européenne, comme cela arrivera à la LACC.

Le nouveau décret avancé hier par ce journal supprime la règle de dépenses et établit l'extension pour 2020 de la destination de l'excédent 2019 à des investissements financièrement viables. De plus, il permet d'étendre la procédure d'exécution d'investissements financièrement viables dont les projets ont débuté en 2019 et qui sont financés avec un excédent 2018.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *