Catégories
Actus culinaires

Les "files d'attente de la faim" se multiplient à Madrid: "Avec les 300 euros d'ERTE on ne peut pas manger"

Quand on parle de cette deuxième (ou troisième) vague du Covid dans laquelle nous vivons, le son politique fait souvent taire la précarité dans laquelle la société s'enfonce. Connu comme "les queues de faim "grandissent" énormément, devant les ERTE, l'ERE, le manque d'aide et la fin de l'épargne des familles qui se sont retrouvées sans revenu pendant ces huit mois.

Face à cette situation, les banques alimentaires, les centres sociaux et les associations se tournent pour donner de la nourriture de base à ces personnes qui ne font que augmenter les listes des associations de la Croix-Rouge, des Critas de Madrid ou des quartiers.

Seule la plate-forme des travailleurs de Paro de San Blas-Canillejas dessert 400 familles; 40 sont les familles prises en charge par l'Usera Pantry. «Nous sommes nombreux à les référer à la Croix Rouge ou à Critas Madrid car nous ne pouvons pas les servir», explique le coordinateur de l'association; le prêtre du Santa Mara Micaela et église San Enrique qui parle d'une "énorme quantité de personnes" et des travailleurs des deux banques alimentaires que la paroisse du quartier de Tetun a précisé: 500 familles dans la banque alimentaire de la Fondation Madrina et 300 dans la banque alimentaire du groupe paraguayen de la paroisse.

«Nous recevons le soutien de Summa 112, des pompiers et de la police municipale qui nous aident à distribuer aux familles que nous n'atteignons pas», explique Conrado Gimnez, président et fondateur de Fundacin Madrina. Au début, ils ne livrent de la nourriture qu'une fois par mois, puis une fois par semaine, "Maintenant, nous sommes ici mercredi et vendredi."

Leur banque alimentaire se trouve du côté de l'église et les files d'attente font le tour du bâtiment. Là, des femmes comme Claudia, Samantha, Mara Gracia, Eva ou Tania viennent avec leurs filles chercher de la nourriture. Dans leurs sacs et voitures, il y a un peu de tout: des pâtes, du riz, des lentilles, des légumes, des lingettes, des couches … "Heureusement, la Fondation Madrina a de bons fonds et nous recevons également de la nourriture de la Banque alimentaire", explique Gimnez, "Bien que maintenant la banque et le garde-manger soient vides." Seulement des fondations comme marraine ils couvrent 70% de la pauvreté à Madrid et calculent que la pauvreté des enfants augmentera de 50% dans les mois à venir.

LE PROFIL A CHANGÉ

Tania et Eva avec leurs enfants
Tania et Eva avec leurs filles et d'autres mères après avoir collecté la nourriture de Fundacin MadrinaAnge Navarrete

Dans les archives, il y a 500 familles qui vont dans cette paroisse, bien que la Fondation Madrina dessert chaque jour 3000 familles à Madrid, avant l'accouchement, il y en avait 600. «La grande majorité sont des mères célibataires qui ont été abandonnées par leur père pendant cet accouchement». La vérité est que le profil des personnes qui font la queue pour ramasser de la nourriture a changé par rapport à mars: "Avant que ceux qui vivent déjà au jour le jour viennent, maintenant ceux qui ils sont à court d’épargne et n’ont pas d’aide ni de travail. »

Le travail, c'est ce que demandent les gens qui faisaient la queue toute la matinée ce vendredi pour recevoir de la nourriture et les éléments nécessaires pour survivre. "Je vis avec ma fille dans une maison dans lequel je n'ai pas payé le loyer depuis sept mois. " Eva était dédiée à l'hôtellerie, même si "j'ai vraiment travaillé dans tout: le ménage, comme caissière, prendre soin des personnes âgées". À côté de lui, un tourbillon de 10 mois se tord sur lui-même, attirant son attention. «Depuis que je suis né, j'ai jugé nécessaire de demander de l'aide car je ne pouvais pas lui assurer de nourriture. Maintenant, je n'ai pas de travail et je ne peux rien payer, le propriétaire me paie pour l'eau et l'électricité, et je ne sais pas combien de temps pour endurer cette situation.

Tania vit avec sa mère et sa fille de quatre ans dans la maison du premier. Il a également travaillé comme hôtelier, de façon sporadique, et s'occupant des personnes âgées. Mais les bars ne l'engagent plus et la dame qui y fréquente a passé la pandémie dans une résidence. «Nous n'avons ERTE que de ma mère, qui était serveuse. Mais avec 300 euros nous ne pouvons pas payer le loyer, l'électricité, l'eau et la nourriture ». Et maintenant, en plus, les masques pour aller à l'école. «C'est une autre, il m'est impossible de tout payer», murmure-t-il.

Un peu plus loin se trouve David avec son masque rouge et blanc. Il appartient au monde de la construction et se rend dans cette banque alimentaire pour donner à manger à ses enfants. Depuis mars, sa femme et lui sont au chômage et le seul argent qui entre ne paie même pas le loyer. "Ma principale préoccupation est la nourriture de mes enfants, pour l'instant le propriétaire accepte notre situation. Bien que je ne sache pas jusqu'à quand, je n'ai pas payé depuis juin. "

Chloé à sept mois est chargée de la divertir avec ses plaintes et ses pleurs.

– Il a peut-être déjà faim, il est presque 13 h 30.

– Ben oui, mais on part, on est là depuis dix heures du matin.

Claudia est sa mère, sur le "pseudo-père on ne sait rien", elle l'a eue au début de la garde et après avoir été licenciée de son poste d'hôtesse de l'air. "Ils n'ont pas renouvelé mon contrat parce que j'étais enceinte." Pendant les mois de détention, elle a vécu de la charité des voisins, "maintenant je viens chaque semaine de San Sebastián de los Reyes pour qu'ils puissent me donner de la nourriture pour la nourrir". "Je ne pleure même plus, elle n'a que moi et moi elle."

Dans les files d'attente qui entourent l'église, cette situation est aggravée par la difficulté d'obtenir l'inscription. C'est le cas de Karin, qui il ne peut pas retourner dans son pays et ils ne peuvent pas obtenir les papiers ici. "Sans eux, je ne peux pas demander de l'aide ou du travail et ils vont m'expulser ».

Le garde-manger de la banque alimentaire du groupe de paraguayens de la paroisse de Santa Mar
Le garde-manger de la banque alimentaire du groupe de Paraguayens de la paroisse de Santa Mara Micaela et San Enrique, dans le quartier de Teun.NGEL NAVARRETE

«Ici, vous trouvez des histoires de toutes sortes», rapporte Conrado Gimnez. "L'aide n'arrive pas, ni l'argent et les mesures prises par les politiciens ne sont pas remarqués ici." Les "files d'attente de la faim", qui apparaissent sporadiquement dans les médias, ne cessent de croître: "Ce sont les grands oubliés, dont personne ne se souvient. "

"C'EST INCROYABLE LA SOLIDARITÉ QU'IL Y A"

Compte tenu de cela, à la Fondation Madrina comme dans l'autre banque alimentaire de l'église de Santa María Micaela et San Enrique, bien qu'ils demandent à être enregistrés et à une documentation avec laquelle ils justifient le besoin de recevoir de l'aide, ils accueillent souvent les personnes qui attendent le motif. "Ce sont des gens qui ont besoin d'aide, comment ne pas le faire", indique Paola Desiree.

La banque alimentaire qu'il coordonne dans la paroisse est née d'une association de Paraguayens qui a commencé par aider financièrement les plus démunis et s'est terminée en juin par la mise en place de tables et la livraison de nourriture à 375 familles chaque vendredi. "2 000 kilos de nourriture au total", Soit le.

Cette petite association reçoit quotidiennement des légumes de MercaMadrid et des dons de produits non périssables et d'aliments pour bébés. «Au début, la banque alimentaire nous a dit qu'ils ne pouvaient pas nous donner de nourriture parce qu'il n'y en avait pas, puis ils nous ont appelés. C'était un miracle.

Ils stockent tout dans une petite pièce avec des étagères avec des paquets de pâtes, d'huile, de nourriture pour bébé, de nourriture pour bébé et de smoothies. À la fin du mois, ce garde-manger est à son plus bas. "Nous avons reçu un nouvel envoi de fonds au début du mois. Ce n'est pas une grande quantité mais cela nous aide à aider les familles." Au début, ne pensez pas que tant de personnes seront présentes, mais maintenant, grâce aux dons et au soutien de MercaMadrid, elles sont en mesure de fournir plusieurs centaines de familles, dont beaucoup ont des enfants. "J'ai été surpris et ému par la solidarité qui existe."

Des légumes pour préparer des bouillons nutritifs pour les enfants remplissent les voitures et les sacs de Nancy, qui vit avec son fils et ses petits-enfants dans la maison; Marjorie, sur le point de donner naissance à son troisième enfant; ou Kyale, qui à 25 ans fait la queue pour apporter à manger à sa cousine enceinte et mère d'une autre fille.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *