Catégories
Actus culinaires

Les économistes demandent l'embauche d'enseignants de soutien parmi les diplômés les plus brillants et les professionnels sans emploi

Propositions de désescalade pédagogique

Jeudi,
9
juillet
2020

09:45

Un rapport de Fedea propose de réduire les vacances scolaires, de donner des cours d'été aux plus défavorisés, d'élever le grade d'enseignement et de changer le cursus de ce diplôme

Salle de classe vide

Salle de classe vide à l'école Jaime Vera à Torrejn de Ardoz (Madrid).
NGEL NAVARRETE

Seulement trois communautés autonomes –Catalua, Andalou et Castilla y Len– Ils ont compté et rendu public le nombre d'enseignants supplémentaires qui vont engager le prochain cours pour renforcer les classes face à la menace de Covid-19. Étant donné l'exigence pour septembre de rester parmi les étudiants 1,5 mètres loin, il est obligatoire de trouver de nouveaux espaces d'apprentissage, ce qui oblige à diviser les groupes et à avoir plus d'enseignants. Mais la plupart des gouvernements régionaux se cachent de l'embauche qui a lieu près de la 80% du budget de l'éducation. "Les autorités ne prennent pas cela au sérieux et il n'y a pas d'autre solution que d'avoir plus de personnel. Un plan de recrutement urgent des enseignants est nécessaire", dit-il. Clara Eugenia Nez, professeur d'histoire et des institutions économiques de l'UNED et ancien directeur général des universités et de la recherche de la Communauté de Madrid entre 2003 et 2009.

Clara Eugenia Nez est la coordinatrice du Commission de l'éducation et des sciences du Groupe de travail mixte Covid-19 qui a constitué le Fondation d'études économiques appliquées (Fedea). Ce groupe, auquel appartiennent 18 experts pédagogiques, vient de terminer un document contenant des propositions pour le gouvernement et les communautés autonomes en vue de gérer la pandémie la prochaine année scolaire. Dans ce document, un recrutement massif et extraordinaire d'enseignants est encouragé à réactiver l'emploi et à améliorer le prestige social de cette profession. L'embauche implique la suppression de l'ensemble du système officiel. Car «il ne s'agit pas d'embaucher des stagiaires ou ceux qui ont suspendu les oppositions, mais de mettre le meilleur dans leur domaine», explique le professeur.

Le document propose, d'une part, de sélectionner pour les enseignants non pas ceux qui ont obtenu un diplôme en éducation, mais des diplômés d'autres disciplines ayant les meilleurs résultats scolaires des dernières années académiques. Autrement dit, entre le 5% des étudiants avec les notes les plus élevées dans des carrières comme Math, La physique, Chimie, Science, La biologie ou L'histoire.

D'autre part, il propose de recycler et de convertir en enseignants du secondaire des professionnels ayant une expérience de travail et des "compétences linguistiques ou mathématiques éprouvées" qui sont devenus chômeurs ou qui sont dans un ERTE en raison de la crise de Covid-19. Il s'agirait d'ingénieurs, d'architectes, de journalistes ou de jeunes scientifiques à vocation pédagogique, même s'ils n'ont pas terminé le master habilitant. Ils recevront une formation pédagogique, seront initiés à l'utilisation des plateformes numériques et seront amenés à effectuer des tâches d'accompagnement dans les écoles qui souhaitent volontairement participer à ce projet.

Inspiré par Commencez par éduquer

L'idée, qui rompt avec tous les schémas de la carrière actuelle d'enseignement espagnol, s'inspire du réseau Enseigner pour tous, qui depuis des décennies a transformé des professionnels de prestige reconnu en enseignants et les a enseignés dans des quartiers marginaux. Le projet qui a débuté aux USA en 1989 est déjà présent dans cinquante cents pays (en Espagne, en très minorité sous le nom de Commencez par éduquer) et ses résultats ont été très positifs. Bien qu'ils n'aient pas été exemptés de controverse, car il a été largement questionné s'ils étaient suffisamment formés pour enseigner dans des environnements aussi compliqués.

Des experts comme Julio Carabaa, Alice Delibes, Mercedes Esteban, Jorge Calero, Jos Adolfo de Azcarraga, Florentino Felgueroso ou Francisco Prez poser dans Système éducatif, formation de capital humain, science et recherche après Covid-19 un plan d'éducation d'urgence de juillet à décembre 2020 et un plan à moyen terme pour renforcer et renouveler le corps enseignant et les enseignants de l'enseignement obligatoire.

Ce modèle d'enseignants supplémentaires aidera les enseignants à mieux s'organiser dans les cas et ils pourront travailler "immédiatement, 15 jours après le lancement du plan d'urgence. "Parce que l'objectif est d'ouvrir maintenant des écoles pour enseigner ces mois-ci aux élèves les plus démunis afin de réduire l'appel effet d'été, un retard pédagogique généré pendant les longues vacances scolaires – les élèves vont passer six mois sans cours en face à face – qui touche surtout les plus défavorisés.

La première mesure consisterait à identifier les écoles avec le plus d'élèves à risque d'exclusion, à sélectionner un responsable pour chaque zone regroupant un certain nombre d'écoles et chargé d'organiser l'accompagnement des enseignants. Les nouveaux enseignants seront ensuite sélectionnés et formés.

"Le programme doit être considéré comme un investissement public ayant des effets positifs sur l'emploi et l'activité économique à moyen terme", indique le rapport, qui prévient que "la crise de Covid-19 va générer un taux de chômage élevé qui, dans le domaine de la l'enseignement coïncide avec une période de contraction des corps d'enseignants et de professeurs du primaire et du secondaire en raison du vieillissement de la main-d'œuvre et des départs massifs à la retraite de tous les embauchés dans les années 80 ".

Moins de vacances scolaires

En plus d'ouvrir des écoles d'été pour les élèves dans le besoin et de recruter ces enseignants, ils proposent d'abaisser les ratios, d'enseigner en plein air, de suspendre les activités sportives et de groupe et de concentrer le programme sur les "matières les plus importantes".

À moyen terme, ils prévoient d'augmenter les heures d'enseignement en prolongeant la période scolaire et en réduisant les vacances d'été. Et il y a deux questions très pertinentes: augmenter le grade pour entrer dans la carrière de Magistère mettre un système de numerus clausus comme dans Médicament n'attirer que les meilleurs et renouveler le cursus de ces études et modifier le contenu du master qui permet l'enseignement car «une didactique théorique déconnectée de la réalité de la classe prévaut».

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *