Catégories
Actus culinaires

Les deux associations judiciaires majoritaires plantent la justice pour protester contre la réforme du CGPJ

Vendredi,
16
octobre
2020

18:35

Le ministre de la Justice, Juan Carlos Campo, au Sénat.

Le ministre de la Justice, Juan Carlos Campo, au Sénat.
Fernando Alvarado EFE

La Association professionnelle de la magistrature (APM) et Association judiciaire Francisco de Vitoria (AJFV), premier et deuxième en nombre d'associés dans la carrière judiciaire, ont décidé de planter le ministère de la Justice pour protester contre la réforme du Conseil général de la magistrature.

Par une déclaration, les groupes ont indiqué avoir été convoqués par le Ministère de la justice pour des réunions avec le secrétaire d'État, Pablo Zapatero, les 19, 20 et 27 octobre prochains en baisse de fréquentation.

<< Conformément à l'un de nos principaux objectifs, qui est de défendre l'indépendance de la justice, nous avons décidé de ne pas assister aux réunions convoquées ou aux réunions qui sont ensuite organisées par le Ministère de la justice pendant les prochains jours, tant que la Projet de loi présenté aux tribunaux généraux sur la réforme du système d'élection des magistrats membres de la CGPJ », soutiennent les deux associations judiciaires.

De l'APM et de l'AJFV, ils soulignent que «nous ne pouvons pas parler de plans de choc ou de projets de réforme avec ceux qui justifient, promeuvent et soutiennent un projet de réforme de la Loi organique du pouvoir judiciaire qui attaque catégoriquement l'indépendance judiciaire et nous place en dehors des valeurs européennes et des normes de séparation des pouvoirs. "

Pour sa part, de Forum judiciaire indépendant Ils ont publié un communiqué dans lequel ils soutiennent que «la proposition de ne pas participer aux réunions avec le ministère de la Justice, dans ces circonstances, est un geste sans contenu qui n'affectera que les citoyens visés par les projets ministériels». De l'avis de cette association, il est plus juste de proposer le retrait des candidats aux membres du Conseil. "Nous croyons fermement que les juges devraient renoncer à participer à la répartition politique du pouvoir judiciaire", disent-ils de ce groupe.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *