Catégories
Actus culinaires

L'enquête est rouverte pour le meurtre d'un bibliothécaire à Sabadell en 2001

Lundi,
3
août
2020

13:10

Le tribunal considère que de nouveaux tests doivent être effectués sur un décès prescrit l'année prochaine

Image du v

Image de la victime

Le tribunal de première instance et d'enquête 2 de Sabadell a ordonné la réouverture de l'enquête pour le meurtre du bibliothécaire et journaliste de Matar Helena Jubany dans un domaine de Sabadell en décembre 2001. L'affaire est provisoirement classée depuis le 7 octobre 2005 sans aucune des parties, ni procureur ni accusation privée, ne présente un recours, ni en réforme ni en appel, contre cette décision et le crime prescrira l'année prochaine. Cependant, le 5 juin, l'accusation privée, représentant la famille de la victime, a demandé la réouverture du dossier pour pratiquer de nouvelles preuves, comme la déclaration de plusieurs personnes apparues dans une émission de TV3 à propos de ce crime.

Pour cette mort il y a une personne sous enquête, Santiago L.P., après que l'autre accusé, partenaire de cet accusé, se soit suicidé en prison pour défendre son innocence. En 2005, le tribunal a déposé l'affaire après avoir considéré qu'il n'y avait pas suffisamment d'indices pour poursuivre quiconque pour ce crime. Cependant, la famille de la victime pense que des déclarations ont été faites par des personnes qui partagent des passe-temps, tels que la randonnée ou l'activisme environnemental, avec le suspect et la victime qui peuvent remettre en question leur alibi concernant le week-end du crime.

Le corps d'Helena Jubany a été retrouvé après avoir été porté disparu pendant plusieurs jours. Elle aurait été abattue du toit d'un immeuble le matin du 2 décembre 2001, et son corps était complètement nu et plein de brûlures. En outre, des restes de somnophères ont été trouvés dans son corps, de sorte qu'au cours de l'enquête, il a été exclu qu'il puisse grimper seul au sommet du bâtiment. Plusieurs de ces drogues ont été retrouvées plusieurs mois plus tard au domicile de la principale suspecte, qui se trouvait dans le même bâtiment que la scène du crime, bien que l'accusé se soit suicidé en prison pour défendre son innocence.

Les indications pointaient également vers le couple des accusés, le courant enquêté, mais qui n'a jamais été arrêté. Les proches d'Helena Jubany ont créé un site Web pour demander la réouverture de l'affaire. Ce crime a d'autres mystères puisque, des mois avant sa mort, Helena a reçu de la nourriture et des boissons avec des somnifères ainsi que plusieurs noms.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *