Catégories
Actus culinaires

Le tribunal de Saragosse approuve les expulsions expresses de «  squatters '' par mesure de précaution

Occupation illégale de maisons

Vendredi,
16
octobre
2020

14:41

Rejette l'appel pour l'expulsion judiciaire d'un hôtel dans lequel 22 sans-abri ont été installés pendant trois mois

Détail d'une expulsion dans une maison illégalement occupée, à ...

Détail d'une expulsion dans une maison occupée illégalement, dans une image d'archive.
SERGIO GONZLEZ

La troisième section du tribunal provincial de Saragosse a rendu une ordonnance dans laquelle elle garantit que l'expulsion expresse de squatteurs par mesure de précaution. Il répond ainsi au promoteur de l'occupation de l'ancien Hôtel San Valero, ouvert en 2008 et fermé en 2011 en raison de la crise économique, situé rue Manifestation dans la capitale aragonaise, où 22 personnes ont été installées pendant trois mois.

La propriété appartient à la Société pour la gestion des actifs issus de la restructuration bancaire (Sareb). Il squatter Il a fait appel de l'expulsion effectuée le 28 juillet, ordonnée par le tribunal d'instruction numéro 7 de Saragosse. Il a allégué que la Convention européenne des droits de l'homme pouvait être violée parce que l'ordonnance affectait un groupe vulnérable en ne disposant pas de domicile.

La Cour rejette l'appel et nie toute possibilité que le squatteurs peut retourner à l'hôtel. Il affirme qu'aucun titre légitime ne justifie l'occupation de la propriété et que ce devraient être les services municipaux qui, le cas échéant, relocaliser les occupants si les circonstances l'exigent. Certaines des 22 personnes qui y vivent ont campé sur les porches de la Plaza del Pilar et d'autres se sont dispersées dans la ville.

L'ordonnance du tribunal provincial, dont le magistrat a été rapporteur Jos Ruiz Ramo, fait écho aux réflexions du Procureur et constate que le squat de l'immobilier «constitue un phénomène qui, dès son apparition, a engendré une préoccupation sociale et un indéniable sentiment d'insécurité dans les citoyens».

Hollande, Allemagne et France

Il considère que "le droit à une protection juridictionnelle effective n'est pas tel sans des mesures conservatoires qui assurent le respect futur de la résolution effective" et ajoute que, s'il ne le fait pas, "les défendeurs seront privés" desdites garanties.

Pour toutes ces raisons, il indique que, << conformément à la doctrine constitutionnelle, la présomption d'innocence fonctionne comme une règle de jugement en ce sens que pour adopter une mesure de précaution, il faut associer des preuves rationnelles de la commission d'un acte criminel et de la participation il en va de même pour les indications examinées, qu'il ne faut pas confondre avec l'existence de preuves suffisantes pour détruire la présomption susmentionnée, "qui n'est évaluée que dans une phrase.

La troisième section du tribunal provincial de Saragosse cite, à titre d'exemple, la manière d'agir en Hollande, où il est possible de regagner la propriété d'un bien si le squatter Il n'a pas de titre et le rapport de police est accompagné de celui qui prouve sa propriété.

Ou en Allemagne et en France, dont la police est habilitée à expulser dans certains cas en seulement 24 et 48 heures, respectivement. Que se passe-t-il également en Italie, où c'est le tribunal qui ordonne immédiatement à la police de reprendre possession, une fois que la propriété du bien et l'absence de titre de l'occupant sont prouvées.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *