Catégories
Actus culinaires

Le PSOE, Podemos et ERC négocient pour que l'espagnol cesse d'être la langue véhiculaire de l'enseignement en Catalogne

Amendements à la «  loi Cela ''

Mis à jour

Mardi,
3
novembre
2020

11:17

La «  loi Cela '' laisse les mécanismes permettant de déterminer quelles matières sont enseignées en espagnol et lesquelles sont enseignées en catalan entre les mains des communautés autonomes

Le ministre de l'Éducation

La ministre de l'Éducation, Isabel Cela, au Congrès.
EFE

PSOE, United We Can et ERC négocient au Congrès un amendement transactionnel à la Cela loi cela élimine de la réforme de l'éducation que le castillan est la langue véhiculaire de l'enseignement.

Le projet de loi approuvé en mars en Conseil des ministres reprend le même libellé que celui de Lomce: «Les administrations éducatives garantiront le droit des étudiants à

reçoivent des enseignements en espagnol, langue officielle de l'État, et dans les autres langues co-officielles sur leurs territoires respectifs. L'espagnol et les langues co-officielles sont considérées comme des langues véhiculaires, conformément à la réglementation applicable ".

Cette dernière phrase sera celle qui disparaîtra de la loi, car Le pays, et il sera remplacé par une référence au fait que la CCAA doit garantir le droit de recevoir un enseignement en espagnol et dans les langues co-officielles de chaque territoire conformément aux dispositions de la Constitution et des statuts d'autonomie, comme le demandent les partis nationalistes.

Des sources parlementaires expliquent que cet amendement est en cours de négociation, "mais il n'est pas encore clos". «Nous y travaillons», soulignent-ils, et font référence à une prochaine réunion de la présentation de Lomloe qui devrait avoir lieu jeudi.

Le reste des groupes parlementaires n'avait aucune trace de cet amendement, une concession de dernière minute aux nationalistes catalans qu'il suppose être la touche finale au castillan à l'école, déjà sérieusement menacée par la loi Cela.

Parce que le gouvernement a donné à la Catalogne la possibilité de déterminer quelles matières sont enseignées en espagnol et celles qui sont enseignées en catalan et le projet de loi a supprimé l'obligation établie par la justice d'enseigner des cours en espagnol dans une proportion «raisonnable».

Aucun mécanisme n'est envisagé pour garantir un enseignement en espagnol aux familles qui le réclament, trouver tout dans la bonne foi des communautés autonomes pour appliquer "les instruments de vérification, d'analyse et de contrôle du système éducatif", "promouvoir" la "réalisation d’analyse par les centres, afin de garantir que tous les étudiants acquièrent des compétences en communication linguistique, en espagnol et, le cas échéant, dans les langues co-officielles, au degré requis »et« promouvoir »l’adoption par les centres des "mesures nécessaires pour compenser les carences qui pourraient exister dans l'une des langues".

La seule chose que le Lomloe établit est que "à la fin de l'éducation de base, tous les étudiants et étudiantes doivent acquérir une maîtrise complète et équivalente de la langue espagnole et, le cas échéant, de la langue co-officielle correspondante." Mais comment est-ce garanti?

Ce changement de maintenant supposera le coup mortel au castillan, qui a reconnu dans la loi son caractère de langue véhiculaire, je joins au catalan, dans les écoles de la Catalogne. Des décisions judiciaires répétées ont établi l'obligation d'offrir au moins 25% des heures de cours hebdomadaires en espagnol, l'équivalent d'une matière supplémentaire, en plus de la langue et de la littérature espagnoles, et la Generalitat ne se conforme systématiquement pas à ces décisions de justice.

ERC soutient que son modèle d'immersion linguistique ne peut pas être mis en mouvement avec «l'utilisation simultanée des langues officielles et co-officielles». Pour cette raison, il a demandé que la loi du gouvernement central soit "compatible avec les dispositions du statut d'autonomie" afin que le catalan soit la seule langue véhiculaire. Il s'accroche à la Cour constitutionnelle qui a annulé en 2018 le mécanisme mis en place par Jos Ignacio Wert pour scolariser dans les écoles privées les élèves qui avaient demandé un apprentissage également en espagnol. Cette décision ne prive cependant pas l'espagnol de son caractère de langue véhiculaire d'enseignement.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *