Catégories
Actus culinaires

Le PSOE demande à Quim Torra de convoquer des élections et de ne pas affaiblir davantage la Generalitat

Mis à jour

Lundi,
28
septembre
2020

14:16

Podemos qualifie la disqualification de "injuste" et accuse le pouvoir judiciaire d'avoir été "kidnappé" par le PP

Le premier ministre et l

Le président du gouvernement et leader du PSOE, ce lundi lors de la réunion de l'exécutif fédéral du parti.
Eva Ercolanese EFE

Ce matin, le PSOE a demandé au président de la Generalitat, Quim Torra, de convoquer des élections autonomes maintenant et a veillé à ce qu'une "nouvelle heure" s'ouvre en Catalogne. "Le plus tôt sera le mieux", a déclaré aujourd'hui la présidente du PSOE, Cristina Narbona, lors d'une conférence de presse après la réunion de l'exécutif fédéral, présidée par le directeur général, Pedro Sánchez.

"Une nouvelle heure s'ouvre pour la Catalogne, donc l'appel à des élections autonomes devrait avoir lieu le plus tôt possible pour permettre aux Catalans de surmonter la paralysie et le blocus générés par les partis indépendantistes ces derniers mois."

"M. Torra ne peut pas non plus se sentir surpris par cette phrase, puisqu'il s'est lui-même déclaré coupable de désobéissance", a souligné Narbona, qui a justifié sa demande d'élections immédiates malgré les ravages de la crise sanitaire et l'obligation de le confronter en cela nous avons besoin d'institutions «aussi fortes que possible» et «pas dans une situation de faiblesse manifeste». Et plus à partir d'aujourd'hui, a-t-il ajouté.

La présidente socialiste, au nom du gouvernement, a réitéré sa volonté de maintenir le dialogue avec la Generalitat et de fixer une date pour une rencontre bilatérale mais plus avec Torra. "A partir de la phrase c'est désactivé, tout dialogue entre deux administrations doit se développer entre des personnes formées à la prise de décision."

Podemos accuse la magistrature d'avoir été "kidnappée" par le PP

Désactiver le Président c'était un scénario pris pour acquis à Podemos. Les commun, le secteur catalan du parti, dirigé par Ada Colau, réclame des élections depuis des semaines. Mais la matérialisation de l'arrêt de la Cour suprême ne les a pas empêchés de rayer la décision comme "injuste" ou "le cas le plus absurde que nous ayons vu dans toute la phase de judiciarisation" en Catalogne, selon ce qui a été dit. Jaume asens, président du groupe parlementaire United We Can.

La stratégie des derniers jours à United We Can est de placer le pouvoir judiciaire en tant qu'institution entre les mains de la droite, en particulier du PP. À votre service. Et ils considèrent que la disqualification de Torra en est une expression de plus: "Encore une condamnation injuste d'un pouvoir judiciaire kidnappé par la droite qui, en aucun cas, ne nous a détournés de la voie politique", dit Asens.

Une idée réitérée par le leader de la commun au Parlement, Jssica Albiach: "Nous travaillons pour mener à bien la réforme du code pénal -réduction de la sédition- et pour le renouvellement de la direction judiciaire, kidnappée par le PP et profondément réactionnaire."

Albiach, a insisté sur la nécessité de convoquer des élections et exhorte Torra à le faire. "La Catalogne mérite un avenir meilleur après tant de judiciarisation, qui s'est avérée inutile. La sentence nous semble absolument disproportionnée et un fait très grave."

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *