Catégories
Actus culinaires

Le procureur porte le troisième degré de Junqueras à la Cour suprême: "Cela crée un sentiment total d'impunité à la fois dans le détenu et dans la société"

Actualisé

Lundi,
24
août
2020

14:31

Le ministère public fait appel de la décision du juge de surveillance de la prison de Barcelone d'approuver la décision de la Generalitat

Oriol Junqueras en mars dernier lors de sa première sortie du ...

Oriol Junqueras en mars dernier lors de sa première libération de la prison de Lledoners
MARGA CRUZ

Le parquet a présenté ce lundi les recours contre la décision du juge de surveillance pénitentiaire du Barcelone approuver le troisième degré accordé aux sept condamnés de la procs détenus de la prison de Lledoners, dont celle de l'ancien vice-président Oriol Junqueras.

L'appel est dirigé devant la Cour suprême, puisque le dernier mot sur un troisième degré est détenu par le même tribunal qui a prononcé la sentence. Le ministère public déclare dans ses nombreux appels que les bénéficiaires de la mesure Generalitat ne satisfont pas aux exigences établies par la loi pour une vie en quasi-totale liberté, car ils n'ont pas supposé qu'aucun acte tel que ceux qu'ils ont commis n'était pas acceptable démocratiquement.

Le procureur rejette le recours à la progression vers le troisième degré "dans les phases initiales de l'exécution de la peine, comme c'est le cas, comme moyen de modifier la condamnation de la peine et son exécution effective". Une telle mesure "crée un sentiment total d'impunité à la fois à l'intérieur et dans la société".

Dans la lettre faisant référence à Junqueras, le procureur rejette les informations sur lesquelles la Commission de traitement s'est appuyée pour proposer le troisième degré. «Reconnaître les faits et accepter les conséquences, ce n'est pas reconnaître le crime, car il est possible de reconnaître ce qui a été fait mais de comprendre que c'est une action légitime et conforme à la loi, comme cela se passe dans ce cas.

"Qu'il ne reconnaisse pas le crime est clairement accrédité dans son discours, puisqu'il considère qu'il a agi de manière légitime et démocratique", ajoute l'appel, qui rappelle les interviews que Junqueras a accordées à TV3 dès qu'il était en troisième année. Il y déclare, par exemple: «J'ai rempli mes engagements et je suis fier de ce que j'ai fait».

À des phrases comme celles-ci, le procureur répond: «Dans la prison, il n'y a pas eu d'évolution, puisqu'il continue de considérer que les actes pour lesquels il a été condamné ne sont que l'exercice des droits démocratiques, qu'il est fier du crime commis et qu'il est allé en prison. pour la défense du droit de vote, pour lequel il continue lui-même à entretenir toutes les distorsions et déficits qui l'ont conduit à la commission criminelle ".

Aucun programme de traitement

Le ministère public insiste sur le fait que la loi exige qu'avant de profiter de situations comme le troisième degré, un détenu doit suivre un traitement personnalisé, ce qui est mentionné et qui n'est pas connu. "Et tant qu'il ne le fait pas et se termine de manière satisfaisante, en supposant que ce qu'il a fait et pour ce qu'il a été condamné est un crime, il n'y a pas de progression vers le troisième degré."

Le procureur prévoit dans son appel que, si le troisième degré n'est pas révoqué, la prochaine étape pour la Generalitat sera d'appliquer un article du règlement pénitentiaire qui libérera le condamné de la procs de devoir même passer quatre nuits en prison comme jusqu'à présent, «aboutissant ainsi à l'objectif de vider définitivement le contenu de l'arrêt de la Cour suprême pour tous les condamnés».

Le pourvoi considère qu'une grande partie des raisons sur lesquelles la Generalitat et le juge soutiennent le troisième degré sont en réalité mineures. Par exemple, l'intégration familiale, sociale et professionnelle du condamné. Ces circonstances personnelles favorables n'ont jamais été remises en question, indique le mémoire d'appel, ce qui ne les a pas empêchées de commettre les crimes de sédition et de détournement de fonds. «De tels facteurs ne peuvent être surestimés», déclare le procureur, qui prévient que, si tel est le cas, il y aura certains types de criminels qui purgeront à peine leur peine.

Enfin, le ministère public répond à l'argument selon lequel ce sont des délinquants primaires: il est vrai que c'est leur premier crime, mais ce n'était pas un crime spécifique, mais "il a été commis progressivement et au fil du temps, donc le comportement le détenu n'était pas occasionnel, ponctuel ou épisodique. "

Pour désactiver le troisième degré, il n'est pas nécessaire d'attendre que le Suprême règle le fond de l'affaire. Le procureur demande à la Haute Cour de suspendre la progression des grades pendant qu'elle étudie l'affaire. Cette suspension, jointe à la révocation du régime flexible 100.2 également accordé, ramènera les détenus dans la situation habituelle des détenus du deuxième degré: jour et nuit en prison avec des autorisations de sortie limitées.

Jusqu'à présent, la Cour suprême ne s'est prononcée que sur ce régime de 100,2 Carme forcadell, mais en des termes si forts qu'ils anticipent à la fois la révocation des autres cas de régime flexible et des troisièmes degrés.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *