Catégories
Actus culinaires

Le Procureur demande que toutes les plaintes contre le Gouvernement pour la gestion de la pandémie soient rejetées

Lundi,
14
septembre
2020

20:42

Le lieutenant procureur de la Cour suprême Luis Navajas envoie un rapport de 300 pages où il demande le dépôt des plaintes déposées contre l'exécutif

Pedro S

Pedro Sánchez et Salvador Illa, lors de la réunion de ce lundi du comité de surveillance des coronavirus.
EFE

La Poursuivre a demandé le Cour suprême qui écarte toutes les plaintes contre le gouvernement de Pedro Sanchez pour la gestion de la crise sanitaire des coronavirus. Dans un rapport de 300 pages, le lieutenant procureur de la Haute Cour Luis Navajas, a demandé lundi à la deuxième chambre de rejeter toutes les plaintes déposées contre des membres de l'exécutif.

Dans la lettre, le ministère public soutient qu '"il est contraire aux règles de la logique et de la critique saine de penser que l'ensemble des administrations qui composent l'administration publique espagnole, malgré leurs différents signes idéologiques et politiques, et les différents intérêts en jeu, ils ont agi, sans exception, de manière peu diligente, en tenant compte de l'état de la science et de la technologie existant avant le 14 mars 2020. Il est encore plus absurde, si possible, de penser que non seulement la totalité des administrations publiques espagnoles ont fait preuve de négligence dans la gestion de la crise du Covid19, mais aussi les administrations compétentes en matière de santé appartenant au reste des pays de notre environnement culturel ».

Par ailleurs, le parquet protège la gestion de la crise menée par Sánchez – notamment critiquée en termes de danse des chiffres sur le défunt – en déclarant qu '«il semble nécessaire de rappeler que l'augmentation des chiffres officiels des infections, ainsi que des décès, ont obéi à l'utilisation de différentes méthodes de détection du Covid-19, de plus en plus précises. Il n'y a aucune donnée ni aucun élément permettant d'affirmer, même pas par hasard, que le Gouvernement espagnol a délibérément dissimulé ou falsifié les données dont il disposait aux fins de faire passer leurs intérêts politiques ou idéologiques concrets avant la santé publique de tous les citoyens espagnols ".

En revanche, le parquet nie qu'il y ait eu improvisation avant l'arrivée du coronavirus. << Les règles de la logique et de la critique solide nous permettent de conclure qu'il est tout simplement impossible d'affirmer que nos administrations auraient dû prévoir un scénario comme celui qui s'est finalement produit. Un exemple clair en est le fait que la majorité des pays de notre environnement culturel ont subi des situations très proches de celles subies dans notre pays, extrêmement pertinentes si l'on admet que l'analyse de la diligence pour déterminer la responsabilité pénale doit toujours être développée selon un critère antécédent -ou ex ante-, et, par conséquent, , au vu de l'état de la science et de la technique existant au moment de l'exécution de l'acte ou de l'omission accusé », souligne Navajas.

Les plaintes ont été formulées par le parti politique VOX, des associations comme la Association des avocats chrétiens, Association HazteOir.org, Association professionnelle de la garde civile (JUCIL), Collectif professionnel de la police municipale de Madrid, Conseil général des associations d'infirmières officielles d'Espagne, Confédération nationale des syndicats médicaux, Association des médecins diplômés supérieurs , Central Sindical Independiente de Civil Servants (CESIF), Central Unitaria de Traballadoras (CUT) déjàPartenariat Terra Sos-Tenible, ainsi que divers individus, en plus d'un groupe de 3 268 personnes.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *