Catégories
Actus culinaires

Le procureur de la Cour suprême dénonce l'ouverture d'une enquête sur Marlaska pour le licenciement de Prez de los Cobos

Mardi,
30
juin
2020

13:59

Le lieutenant-procureur de la Haute Cour a rendu un avis demandant de rejeter la plainte contre le ministre de l'Intérieur

La ministre Marlaska dans une loi sur les nouvelles nominations du ...

Le ministre Marlaska dans une loi sur les nouvelles nominations à la garde civile.
JAVIER BARBANCHO

La Procureur de la Cour suprême a dénoncé l'admission d'une plainte contre le ministre de l'Intérieur Fernando Grande-Marlaska pour le licenciement du colonel Diego Prez de los Cobos à la tête du commandement de la garde civile de Madrid.

Selon des sources fiscales, la plainte a été déposée par deux avocats andalous pour délits de prévarication, de coercition et de mensonge documentaire. Cependant, le ministère public ne voit aucune indication d'activité criminelle chez l'ancien membre du Conseil général de la magistrature et ancien magistrat de la Cour nationale, car la nomination de De los Cobos est un poste discrétionnaire.

Le rapport a été signé par le lieutenant-procureur de la Cour suprême, Luis Navajas, qui coordonnera et assumera les avis respectifs sur la cinquantaine de plaintes et plaintes déposées contre le gouvernement pour la gestion de la crise sanitaire.

Le colonel doit épuiser la voie administrative avant de pouvoir saisir le tribunal pour faire appel du licenciement. En fait, il a déjà fait appel de la résolution où son licenciement soudain avait été accepté pour "perte de confiance" présumée. La semaine dernière, Prez de los Cobos a déposé un recours auprès du ministère de l'Intérieur.

Étant le secrétaire d'État à la Sécurité, Rafael Prez Ruiz, qui a signé la cessation, il appartient donc au ministre Fernando Grande-Marlaska de résoudre l'appel qui sera présenté à l'avenir.

Une fois que le ministre lui-même a résolu l'appel, c'est lorsque le colonel de la Benemrita peut saisir les tribunaux contentieux. Comme preuve principale qu'il s'agit d'un licenciement abusif ou arbitraire, De los Cobos a la proposition officielle de licenciement, signée par la directrice de la Garde civile, Mara Gmez, où il était écrit que le licenciement avait lieu "pour informer le développement des enquêtes et des actions de la garde civile, dans le cadre opérationnel et de la police judiciaire, à des fins de connaissance. "

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *