Catégories
Actus culinaires

Le procureur accuse de meurtre avec alevosa à ceux enquêtés pour le crime du conseiller de Llanes

La Procureur du Principauté des Asturies impute les quatre enquêtés pour la mort du conseiller d'IU en Llanes, Javier Ardines, en août 2018, un crime de meurtre avec alevosa et à moitié prix. Spécifique, Pedro N. il serait en état d'inductance; J.M., en tant que coopérateur nécessaire; et l'enquête M.K. et D.B. en tant que co-auteurs.

Ce matin, le parquet a transféré aux quatre enquêtés les faits qui leur ont été imputés à ce stade de la procédure, tel qu'établi par le article 25 de la Loi sur le tribunal du jury. La comparution a eu lieu au Tribunal de première instance et instruction de Llanes.

Selon le Bureau du Procureur, la demande de condamnation pour les quatre personnes faisant l'objet de l'enquête sera précisée une fois le mémoire d'accusation présenté, au moment approprié de la procédure. Pour l'instant, le ministère public ne considère pas la pratique de plus de procès nécessaires, sans renoncer pour autant à en demander une autre dans une autre procédure que celles prévues par la loi.

Selon le parquet, Ardines entretient depuis plus de trente ans une relation avec l'épouse de Pedro N, le cousin de son épouse. L'accusé et son partenaire vivent dans le pays Basque et ils rencontrent Ardines à Llanes quand ils étaient tous en vacances. La relation a été maintenue secrètement et avant l'ignorance de leurs partenaires respectifs.

L'accusé a découvert l'idylle en décembre 2017, après avoir enregistré une conversation entre sa femme et le défunt avec son téléphone portable, et il l'a fait savoir, bien que les deux aient continué à vivre ensemble en couple.

En juillet 2018, l'enquête a pris la décision de mettre fin à la vie de Javier Ardines. Pour ce faire, il a contacté le deuxième des accusés, J.M., à qui il a demandé de trouver des personnes pouvant exécuter les événements. Ainsi, le deuxième accusé a adressé la demande à l'autre accusé qui, après une réunion au cours de laquelle un accord a été trouvé sur le prix à payer, a décidé d'agir conjointement avec l'autre enquêté qui est accusé d'être un autre des exécuteurs testamentaires.

Le 27 juillet, Pedro N., J.M. et l'un des tueurs à gages présumés s'est rendu à Belmonte pour que l'inducteur et le médiateur lui donnent les instructions nécessaires pour achever Ardines. Pedro N. avait une connaissance approfondie à la fois du lieu où les événements ont eu lieu et des coutumes de la victime. Ainsi, ils ont proposé de tendre une embuscade au conseiller municipal pour garantir le résultat.

Dans les premières heures du 1er août 2018, les deux accusés d'être les auteurs du crime ont de nouveau déménagé à Belmonte dans le seul but de tuer le conseiller municipal et, une fois sur place, ils ont placé une clôture de travail en métal sur une route où, comme on pouvait s'y attendre, la victime passera. L'endroit était propice à commettre les faits car c'est une zone rurale isolée et boisée, entourée de prairies et de garrigue. Vers six heures du matin ce jour-là, la victime a quitté son domicile et, en passant par cette route, il a couru vers la clôture, bien qu'il l'ait esquivée et ait laissé la place dans son véhicule.

À la suite de cet événement, l'un des accusés d'avoir commis le crime a montré sa réticence à exécuter les faits, de sorte que l'inducteur, PN, lui a offert plus d'argent et l'a informé, lors d'une réunion, qu'il ne devait pas tuer Javier. Ardines jusqu'au 10 août dernier, date à laquelle les festivités locales se sont terminées, car avant ce jour, il y aurait beaucoup de monde.

Ainsi, au petit matin du 16 août, vers quatre heures et demie du matin, avec suffisamment de temps pour préparer une meilleure embuscade, les deux exécuteurs sont arrivés à Belmonte et ont placé deux autres clôtures sur la même route, transversalement (la première , dès le premier jour, s'y est poursuivi). Ils l'ont fait de telle manière qu'ils gênent le passage de tout véhicule, pour s'assurer qu'ils ne manquent pas et pour augmenter le temps disponible pour monter à bord de la victime.

De plus, pour avoir plus de garanties de succès et annuler la possibilité de défense de la victime, chacun des enquêtés portait une bouteille de gaz poivré, l'un d'eux un bâton et l'autre, une batte de base-ball. Puis ils se sont cachés près d'un mur et ont attendu.

Vers 6 heures du matin, le conseiller municipal de Llanisco a quitté sa maison dans sa camionnette et, lorsqu'il a atteint le point où se trouvaient les clôtures, a arrêté la marche et est sorti du véhicule pour les retirer. Il a laissé le moteur en marche, les feux allumés et la portière du conducteur ouverte.

À ce moment-là, les enquêteurs sont soudainement sortis de sa cachette et l'ont aspergé de gaz poivré. La victime a couru, pourchassée par les enquêtés. Il a été frappé en étant frappé à la tête avec le bâton ou la batte. Il est tombé au sol à genoux puis, face cachée. Il a également été étranglé par derrière.

La victime n'a pas pu se défendre, plaçant simplement intuitivement son bras droit comme bouclier. Une fois au sol, il a été retenu et / ou traîné sur quelques mètres. À la suite de l'attaque, Javier Ardines est décédé.

Après les faits, J.M, accusé d'avoir agi à titre de médiateur, a donné à l'un des exécuteurs une somme d'argent pour le travail accompli.

Par ordonnance du 18 février, l'inscription et l'enregistrement au domicile de l'autre exécuteur testamentaire Bilbao, et il a été trouvé à l'intérieur, entre autres effets, un spray de défense personnel, un spray au poivre, sept lames, un Taser de 3 800 volts, un Taser américain en forme de poing et diverses cartouches.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *