Catégories
Actus culinaires

Le prêtre de Lemoa sur ETA: "Ce n'était pas du terrorisme, mais une réponse à une répression. Une guerre entre les camps"

Mis à jour

Vendredi,
30
octobre
2020

12:29

Dignidad y Justicia se plaint du prêtre pour ses déclarations dans un documentaire dans lequel il dit "ne pas savoir à quoi s'attendre" face à une attaque: "D'une part, vous êtes heureux qu'il obtienne ce qu'il mérite, et, d'autre part, vous dites non d'accord. "

Le p

Le prêtre de Lemoa, par derrière, s'entretient avec l'intervieweur dans le documentaire Iaki Arteta.
LE MONDE

L'association Dignité et justification a soumis un plainte devant la Cour nationale contre le prêtre de la ville biscayenne de Lemona pour ses déclarations sur l'ETA, publiées dans le documentaire, "Sous le silence ", par Iaki Arteta, qu’ils considèrent comme «nauséabondes et graves».

Dans ce documentaire, présenté en première au Seminci cette semaine, pendant 8 minutes, le prêtre justifie ouvertement le terrorisme de l'ETA: "Ce n'était pas du terrorisme, mais une réponse à une répression qui était subie, ce qui est très différent"Dit-il. Et il parle directement de guerre parallèle, entre deux nations:" Celui qu'un peuple opprimé, qu'il veut conquérir, répond alors avec violence Je ne sais pas dans quelle mesure c'est du terrorisme. Nous comprenons tous que c'est une guerre entre les côtés, entre une nation ou contre une autre nation. "

Le prêtre ne considère même pas le conflit comme clos, mais l'étend au présent: "Conflit, il y avait et il y a, il y a et existe et existe", souligne-t-il, et à la question de l'intervieweur de savoir si l'on peut dire que ce que l'ETA a fait était mal, il a répondu en supposant que les terroristes n'avaient pas d'autre issue:"C'est une chose que c'était mal et une autre chose est que vous pouvez admettre qu'il n'y avait pas d'autre moyen de faire. Quand une personne a fait ce qu'elle a fait, elle se rend compte que, je n'ai pas voulu faire cela, les circonstances m'ont amené à le faire. "

Il estime également logique que face à l '«oppression» subie par le peuple basque, les morts dans les attentats ne soient pas déplorés: «En d'autres termes, l'oppression du peuple basque, qui semble être une bannière, c'est bien réel. Mais c'est là … C'était et c'est, non? C'était beaucoup plus facile pour vous de sortir en protestant contre la mort d'un ETA qu'en protestant contre la mort d'un huissier. ". Et avant la mort des gardes civils lors d'une attaque dans cette ville en 1981, il avoue que "vous ne saviez pas à quoi vous attendre, d'un côté, vous êtes heureux que, eh bien, ce soit des plats à emporter mérités, et de l'autre vous dites, mais ce n'est pas juste"." Quand il y a des morts et autres, dites-vous, mec, il ne faut pas aller aussi loin, mais où est la limite, non? Et clair…"

Le prêtre estime que les graffitis en faveur des prisonniers de l'ETA "sont peu nombreux" et il se souvient de tous les proches des prisonniers qui perdent la vie en visite à leurs proches. Cependant, interrogé sur la manière de se souvenir des victimes de l'ETA, le prêtre répond: «Comment faut-il les rappeler? Dans quel sens, comment faut-il les rappeler? En tant que martyrs? En tant qu'effets collatéraux? Comment, en tant que chose qui n'aurait pas dû se produire? Comment le péché, dirions-nous, de notre être primaire? Je ne sais pas, je ne sais pas comment m'en souvenir. " Et il poursuit: «Nous parlons de victimes et Nous ne parlons des victimes que lorsque nous parlons des victimes de l'ETA, dirons-nous non? Et on ne parle pas de victimes quand on parle de prisonniers, par exemple, qu'ils sont victimes d'une politique pénitentiaire, etc. "

Concernant le fait qu'il y a des membres de l'ETA qui ne regrettent pas leurs crimes, il estime qu'ils doivent être «respectés».

Outre une plainte devant la Haute Cour nationale pour avoir considéré que ses déclarations constituaient un crime de glorification du terrorisme et d'humiliation de ses victimes, l'association qui dirige Daniel Gardien de but, a demandé à la Conférence épiscopale de «suspendre immédiatement ce prêtre de toutes ses fonctions liées à l'Église catholique, car les valeurs religieuses ne sont pas compatibles avec le terrorisme».

En outre, ils ont exhorté l'organe suprême de l'Église à désavouer ledit prêtre et à se distancier de telles revendications.

Dit de Bilbao: "Ils sont inacceptables"

De l'Opispado de Bilbao, ces affirmations ont été rejetées et à travers une déclaration signée par l'évêque, Mario Iceta, il est affirmé que les déclarations sont "inacceptables", que "ne reflètent en rien la position de ce diocèse ou du clergé diocésain" sur le terrorisme et le prêtre est invité à assumer sa responsabilité et les conséquences en découlent "

Après avoir "profondément regretté et présenté des excuses" pour la douleur que ces déclarations peuvent causer à ceux qui ont subi des violences terroristes, "qui ne peuvent jamais être justifiées", "ils renient et rejettent" les dites "opinions personnelles qui ne reflètent pas les sentiments de la communauté ecclésiale, ils lui font du mal et nuisent à son travail de réconciliation. "

<< Les évêques des diocèses du Pays basque ont condamné sans nuances toutes les formes de terrorisme et de violence. De même, nous avons exprimé à de nombreuses reprises qu'aucune lecture historique de ce qui s'est passé au cours des décennies précédentes ne justifie ou ne peut prétendre expliquer les meurtres de l'ETA; la décision Tuer est la responsabilité de ceux qui ont eu recours injustement à la violence », affirment-ils.

En ce sens, ils considèrent que «les ministres de l'Église doivent toujours manifester et exprimer clairement dans l'exercice de leur ministère la doctrine de l'Église et d'une manière particulière sur ces questions qui génèrent tant de souffrances». C'est pourquoi ils assurent qu '"ils abordent cette question avec ledit prêtre, dont les déclarations telles qu'elles apparaissent dans le visionnage du documentaire sont inacceptables". "Il doit faire face à sa responsabilité et aux conséquences qui en découlent."

Suite à l'annonce du diocèse, le prêtre a demandé «pardon» aux victimes et s'est mis à la disposition de l'évêque.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *