Catégories
Actus culinaires

Le président de la magistrature Carlos Lesmes qualifie le blocus de renouveler la CGPJ de "grave anomalie"

Actualisé

Lundi,
7
septembre
2020

14h30

Lesmes, sous le regard de Felipe VI, exhorte à nouveau les forces politiques à parvenir à un accord pour nommer le nouvel organe directeur des juges

Carlos Lesmes, Felipe VI et Juan Carlos Campo, à l'ouverture de l'A

Carlos Lesmes, Felipe VI et Juan Carlos Campo, à l'ouverture de l'année judiciaire.
J.J. Guilln EFE

Le président de la Cour suprême et du Conseil général de la magistrature, Charles Lesmes, a-t-il souligné ce lundi, en acte de Ouverture de l'année judiciaire, présidé par le roi Felipe VI, la situation de "grave anomalie" qui suppose le blocus pour renouveler le conseil d'administration des juges.

Lesmes, dont le mandat est en passe d'être prolongé à sept ans en raison de l'absence d'accord entre le PP et le PSOE pour renouveler l'organisme, a indiqué qu'il Constitution celui qui fixe la durée du mandat de chaque Conseil à cinq ans, pour lequel je me vois obligé de pousser à nouveau les pouvoirs publics concernés à renouveler sans plus tarder l'institution. "

En revanche, le président de la Haute Cour, qui a prononcé son discours devant le ministre de la Justice, Juan Carlos Campo, et le chef du PP, Pablo Casado, entre autres, ont averti qu '"il faut aussi rappeler que l'organe directeur des juges se voient attribuer par cette même Constitution des fonctions très pertinentes, notamment en matière de nominations, de promotions, de contrôle et de régime disciplinaire, fonctions permanentes et de conformité, de sorte qu'elles doivent continuer à se développer normalement, car l'inverse serait Le non-respect de la règle fondamentale elle-même, avec de sérieux dommages à la justice espagnole, qui serait mise à mal par une paralysie institutionnelle maintenue dans le temps à un moment où elle doit faire face à d'énormes défis ".

Ces paroles de Carlos Lesmes constituent un avertissement clair adressé au gouvernement et à la populaire, qui a poussé en juillet dernier à paralyser les nominations discrétionnaires du CGPJ en raison de la possibilité d'un accord de renouvellement. Entre les lignes, le président de la Cour suprême a déjà répondu ce lundi à la direction de la carrière judiciaire qu'il procéderait à ces nominations car les fonctions légalement attribuées à l'organe directeur des juges sont "permanentes".

S'attaquer au squat

Pour sa part, Dolores Delgado a présenté dans l'acte solennel le Mémoire du ministère des finances où il a eu une mention spéciale pour les victimes de la pandémie. En outre, le procureur général a rendu compte de toutes les activités menées par le ministère public et a avancé certains des axes de son mandat: une réforme de la procédure pénale et statutaire; l'entrée en vigueur prévisible du nouveau règlement du ministère public; la digitalisation définitive de l'activité de l'institution grâce à des ressources réellement efficaces et à toutes les garanties de sécurité et de réussite; la publication imminente du code d'éthique de la carrière fiscale; la réalisation de l'égalité dans l'accès des femmes aux plus hautes responsabilités de la carrière; le renforcement de la coopération internationale et la formation future d'équipes de travail composées de procureurs de différentes spécialités pour traiter des questions juridiques caractérisées par la transversalité.

De même, l'ancienne ministre de la Justice a annoncé dans son discours son intention de publier dans les prochains jours une instruction qui traite du traitement par les procureurs du phénomène criminel des professions, "afin de protéger les droits qui sont illégalement violées conformément aux besoins du citoyen ".

La cérémonie, qui cette année a été marquée par la pandémie avec moins de participants, a réuni des magistrats de la Cour suprême, des procureurs, des membres du CGPJ, le président de la Cour constitutionnelle, Juan Jos Gonzlez Rivas, également le chef de l'opposition, Pablo Casado; la présidente de la Communauté de Madrid, Isabel Daz Ayuso, la responsable de la justice du PP et conseillère Enrique Lopez; les présidents de Conseil d'Etat et de Cour des comptes, Mara Teresa Fernandez de la Vega et Mara Jos de la Fuente; le procureur général de l'État, Consuelo Castro, et le médiateur par intérim, Francisco Fernndez Marugn, entre autres autorités.

Felipe VI a été applaudi et acclamé par des "acclamations au roi" à son arrivée et à son départ de ce qui était le palais de Barbara de Bragance, siège actuel de la Cour suprême.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *