Catégories
Actus culinaires

Le PP rejette l'état d'alarme et appelle à une réforme de l'exprs afin que le CCAA puisse restreindre la mobilité

Vendredi,
2. 3
octobre
2020

15:27

Le 'populaire' accuse Pedro Sánchez de s'être inhibé et de faire confiance à tout pour "alarmer ou rien" et proposer un pacte juridique afin que les communautés autonomes puissent établir des restrictions de mobilité drastiques

Ana Pastor et Pablo Casado, mon

Ana Pastor et Pablo Casado, mercredi, au Congrès.
Maréchal EFE

Le PP veut instaurer un couvre-feu. À préciser: ce sont les gouvernements régionaux – et certains locaux – du PP qui l'ont mis sur la table (Castille et Len, Andalousie, Madrid) ou ne le voient pas de mauvais yeux (Galice et Murcie).

Mais le PP ne veut pas que le couvre-feu soit établi par l'état d'alarme. À préciser: c'est la direction nationale du parti qui refuse d'aller à cet extrême. Ce qu'ils demandent à Gênes, c'est que l'Exécutif accepte avec eux une réforme expresse de la législation sanitaire «ordinaire», afin que les régions autonomes aient leurs propres instruments juridiques pour prendre des mesures restrictives qui ne dépendent pas de l'état d'alarme ou de l'approbation des juges .

"Nous demandons à Sanchez et à la plus haute autorité sanitaire du pays, qui est Salvador Illa, de prendre les rênes une fois pour toutes: nous avons besoin d'une législation ordinaire pour arrêter le virus une fois pour toutes avec les mesures nécessaires", a-t-il assuré ce vendredi. Ana Pastor, secrétaire adjointe de la politique sociale du PP.

Pour le «populaire», Snchez a aujourd'hui inhibé son «devoir» d'agir face à l'augmentation de la deuxième vague. "Il n'a rien dit", déplorent-ils dans le PP, et n'est venu au premier plan que pour essayer d'éclipser "à quel point Casado a fait la motion de censure", détournant l'attention, ajoutent-ils.

En août, le PP a déposé au Congrès des députés un projet de loi visant à réformer la loi organique 3/1986 sur la santé publique, "afin que les droits fondamentaux soient limités sans qu'il soit nécessaire de passer à un état d'alerte".

Ce que le «populaire» veut, c'est que les communautés autonomes puissent «contrôler ou limiter les entrées et les sorties de la zone touchée ou menacée et contrôler ou limiter les mouvements à l'intérieur de ladite zone, ce qui pourrait affecter le droit à la libre circulation et à l'itinérance. les voies publiques, ainsi que le droit de réunion, qui peut être conditionné à son exercice à la fois dans des lieux déterminés et en nombre de personnes ".

Pour le pasteur, qui était président du Congrès, "cette loi est prête à être traitée la semaine prochaine" par la voie rapide ", et ainsi nous aurons un instrument pour prendre des mesures proportionnelles au risque encouru par les citoyens et qui sauvent des vies en législation ordinaire ".

La porte-parole du PP au Congrès, Cuca Gamarra, a influencé les mêmes idées: "Vous ne pouvez pas légiférer avec un état d'alarme, comme le fait Snchez." Il a dénoncé que "Sanchez laisse toujours tout en état d'alarme ou rien", mais "il y a un espace intermédiaire, qui est celui proposé par le PP, pour ne pas limiter les libertés ou nuire à l'économie".

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *