Catégories
Actus culinaires

Le PP pose trois conditions pour renouveler la CGPJ et porter sa «contre-réforme» au Congrès lundi pour la «dépolitiser».

Mis à jour

Vendredi,
16
octobre
2020

16:45

Pablo Casado exige que Pedro Snchez retire sa réforme, que Podemos ne participe pas au processus et qu'il accepte de dépolitiser l'organe à l'avenir

TOLEDO.- Le président du PP, Pablo lt; HIT gt; Casado lt; / HIT gt ;, ...

Le président du PP, Pablo Casado, dans un acte récent.
Anges Visdomine EFE

Le PP déposera un projet de loi au Congrès lundi pour "dépolitiser" le système d'élection des membres du Conseil général de la magistrature. C'est une sorte de «contre-réforme» qui cherche à faire face aux changements juridiques que le gouvernement a proposés pour que la direction du pouvoir judiciaire soit élue par la majorité du Congrès, et qui a attiré les critiques de Bruxelles.

Les populaire Ils fonderont leur initiative sur l'amendement qu'ils ont introduit au Sénat en novembre 2018 et qui a été approuvé à la majorité absolue (le PP était la force majoritaire à l'époque), mais il est tombé au Congrès.

Le nouveau texte établira que «les membres du CGPJ d'origine judiciaire seront élus par tous les juges et magistrats en activité». Cette élection se fera "par vote personnel, égal, direct et secret".

"Sanchez ne peut pas lancer un écran de fumée en raison de l'agitation qui a surgi à Bruxelles sur cette question après l'action déployée par le Parti populaire après la visite de Pablo Casado" dans la capitale communautaire, assurent des sources du PP à ce journal.

L'équipe de Pablo Casado pose trois conditions au gouvernement pour négocier le renouvellement du CGPJ. Le premier, "retirer une proposition de réforme de l'élection du Conseil qui est contraire à la Constitution et les traités européens et qu'il va à l'encontre de l'indépendance judiciaire et de la séparation des pouvoirs. "Le second," que Podemos n'a rien à voir avec ce processus en tant que partie accusée qui attaque le roi et la justice. "

Et le troisième, "que vous acceptiez notre prétention de dépolitiser le processus que nous soulevons depuis des mois et que nous nous enregistrerons au Congrès lundi prochain depuis qu'il a été rejeté il y a deux ans", soulignent les mêmes sources.

Si le PP réalise l'engagement que la CGPJ sera dépolitisée à l'avenir, la voie du pacte sera dégagée, le seul obstacle étant le rôle de Podemos. Le PP veut qu'il ait le même rôle que dans les négociations de fusion de Cixabank et Bankia: aucun.

"Ressusciter Montesquieu"

Le nouveau projet de loi du PP proposera que les 12 membres du CGPJ issus du tour des juges soient choisis par et parmi les professionnels eux-mêmes, comme la loi enchâssée jusqu'en 1985, année au cours de laquelle Alfonso Guerra il a dit: «Montesquieu est mort». Pour cette raison, les dirigeants du PP ironisent de vouloir «ressusciter Montesquieu».

Le secrétaire de la justice du PP, Enrique Lopez, a déclaré ce vendredi que le PP veut "travailler pour la dépolitisation de l'image de la CGPJ et qu'il ne s'agit pas d'une distribution d'autocollants".

L'objectif est, selon López, "d'avancer dans cette dépolitisation et pour l'institution de devenir de plus en plus démocratiquement plus forte et de mieux remplir son objectif qui est de défendre l'indépendance des juges".

Pour le PP, "entre le système idéal proposé par les pères de la Constitution – que les membres sont choisis par les juges – et que Pablo Iglesias élit les juges il y a un moyen terme", a-t-il concédé, dans un esprit de rapprochement. au PSOE.

"Et il faut chercher cet équilibre qui protège la Constitution et fortifie l'institution, car la réforme du PSOE et de l'UP va dans le sens inverse", a ajouté, à Onda Cero.

Les sources populaire ils insistent sur le fait que "il est faux que le PP ait bloqué le renouvellement du CGPJ depuis deux ans". "Sanchez était en fonction depuis un an, et en raison de la pandémie nous avons été encore un demi-an sans pouvoir reprendre le renouvellement des organes institutionnels", justifient-ils.

"L'actuel ministre de la Justice, Juan Carlos Campo, était membre d'un Conseil qui a été prolongé plus longtemps, et le PSOE a également bloqué le renouvellement du Conseil constitutionnel pour trois ans", ajoutent-ils.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *