Catégories
Actus culinaires

Le PP dénonce en Europe "l'écosystème de la haine" de l'ETA en Navarre

Dimanche,
28
juin
2020

02:06

Les «populaires» présentent un dossier dans lequel ils démontrent «l'impunité» des pro etarras et demandent de l'aide face à la passivité du gouvernement

Hommage au membre de l'ETA Hodei Ijurko, en septembre 2019, à Pampelune.

Hommage au membre de l'ETA Hodei Ijurko, en septembre 2019, à Pampelune.
LE MONDE

Le Parti populaire dénonce en Europe la culture de l'exaltation de la violence de l'ETA qui s'est installée en Navarre auparavant, manie la passivité des autorités régionales et nationales. Et face à ce manque de réponse des institutions à la prise de la rue et au discours des héritiers de l'ETA, la formation animée par Pablo Casado a décidé de se tourner vers l'Europe pour dénoncer cette situation.

Il considère que l'exécutif espagnol fait preuve de passivité face aux épisodes continus de flambées d'actes violents et d'hommages aux assassins en Navarre, et demande aux partenaires européens de se pencher sur cette situation particulière dont souffre la Communauté autonome.

Du PP, ils ont envoyé à l'Europe un rapport détaillé sur chacun des incidents qui ont lieu en Navarre, tous les actes d'hommage aux membres de l'ETA et de soutien à leurs discours de haine. Et il demande de l'aide à Bruxelles, considérant que l'exécutif de Pedro Snchez et Pablo Iglesias n'est pas disposé à mener cette bataille.

"Dans la Comunidad Foral, l'organisation terroriste ETA a assassiné 42 êtres humains et, également en son sein, les héritiers du bras politique de l'organisation criminelle continuent à ce jour de justifier et de vanter à la fois l'ETA et les membres du gang", ouvre le dossier envoyé en Europe et auquel EL MUNDO a eu accès.

"Des échantillons de menace technique"

Ce rapport a été promu principalement par le président du PP en Navarre et un député national, Ana Beltrn. Le texte a été transmis à la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen.

<< La Navarre continue d'être le théâtre d'innombrables signes de radicalisme et de menaces physiques et physiques de la part de ceux qui faisaient partie de l'environnement de l'organisation terroriste, auteur de près d'un millier de meurtres et de plus de 70 enlèvements, causant des attaques qui ont fait plus de 2 500 blessés. et responsable de l'exil subi par des dizaines de milliers d'Espagnols résidant en Navarre ou au Pays Basque ", précise le document.

Le PP explique aux représentants européens qu'après l'annonce de la cessation définitive des activités terroristes de l'ETA, en octobre 2011, et celle de sa dissolution en tant qu'organisation terroriste, en mai 2018, "la pression de l'environnement du groupe n'a pas battue en Navarre. La preuve en est les campagnes de harcèlement que la gauche abertzale continue de faire pression contre les forces de sécurité de l'État. "

Hommage de l'abertzale à gauche à Jarrai, à Leiza (Navarre). "Src =" https://e00-elmundo.uecdn.es/assets/multimedia/imagenes/2020/06/27/15932887874559.jpg
Hommage de l'abertzale à gauche à Jarrai, à Leiza (Navarre).LE MONDE

<< De telles campagnes ont généré un écosystème de haine qui a fait écho à des attaques brutales contre des agents tels que celui qui a eu lieu dans la municipalité navarraise de Alsasua le 15 octobre 2016, lorsque deux gardes civils et leurs partenaires ont été brutalement attaqués du fait qu'ils faisaient partie de la garde civile. "

À ce jour, les partis constitutionnalistes qui condamnent le terrorisme "sans fissures ni plis ont du mal à se présenter dans les villes du nord de la Navarre, où la peur persiste. Cette situation s'est perpétuée grâce aux alliances" politiques que le PSOE a élaborées en Navarre non seulement avec le nationalisme, mais aussi avec la gauche abertzale, sensibilité politique sur laquelle il s'appuie pour gouverner malgré son refus de condamner le terrorisme et malgré le fait qu'il justifie les antécédents criminels de l'ETA. "

De cette façon, au milieu de 2020, en Navarre "règne un scénario d'impunité dans lequel l'environnement de la bande terroriste, politiquement représentée par la gauche abertzale, a pris un virage dans sa stratégie pour légitimer l'organisation criminelle et essayer de construire une histoire qui présente des criminels fiers d'être des criminels comme des citoyens engagés. Représentée par des partis comme Bildu, elle refuse non seulement de condamner le casier judiciaire de l'ETA, mais justifie et défend également que dans les rues de Navarre des centaines de personnes, y compris des garçons et des filles, rendent publiquement hommage aux membres impénitents du groupe terroriste " .

Le couloir, "pleitesa al etarra"

Rien qu'en 2019, il y a eu 110 actes de culte de l'ETA en Espagne. "À la lumière des données, nous assistons à une tentative mesurée et réfléchie de construire la vérité publique à partir d'un modèle efficace de communication politique, un modèle par lequel les identités collectives sont construites: le héros, la victime, le modèle du méchant."

"Le prisonnier qui vient de sortir de prison arrive dans sa ville, où il parcourt un couloir composé de voisins portant des drapeaux. Le couloir est le premier exercice de plaidoyer pour ETA fier d'être. Les drapeaux, la raison de leur sacrifice et l'emblème représentatif de leur Dans ce couloir, les enfants, les nouvelles générations, prennent de plus en plus d'importance au fur et à mesure que se créent les cadres cognitifs qui représentent une lutte, une vision de la réalité, transférable des parents aux enfants », explique le PP au Représentants européens.

Hodei Ijurko, membre de l'ETA, est applaudi après sa libération de prison "src =" https://e00-elmundo.uecdn.es/assets/multimedia/imagenes/2020/06/27/15932887868411.jpg
ETA Hodei Ijurko est applaudi après sa libération de prison en 2019.LE MONDE

"Il est urgent d'exiger des solutions et la participation de certaines institutions navarraises qui sont restées et restent loin de leur responsabilité. Le silence de certains partis politiques en dénonçant ces actions est également un fait significatif qui favorise le confort des organisateurs de la des actes de réception et d'exaltation ", assurent populaire.

Ils estiment qu'il est nécessaire "de donner une réponse efficace des institutions, fondamentalement du gouvernement de Navarre, aux salutations et aux hommages. Le fait qu'un criminel d'aujourd'hui continue d'être un criminel demain dépend en grande partie des actions de gouvernements comme celui de la Navarre. Oui quelqu'un qui met un projet politique avant le droit à la vie finit par être perçu par les nouvelles générations comme un citoyen engagé, aucun barrage moral n'empêche ces nouvelles générations de suivre un mauvais exemple ".

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *