Catégories
Actus culinaires

Le «  piège '' du financement régional qui peut noyer l'Andalousie après la pandémie

Les budgets de la communauté andalouse allouent, chaque année depuis 2011, 233 millions d'euros pour payer hypothèque que les erreurs de calcul du gouvernement de Jos Luis Rodríguez Zapatero lors de la crise économique précédente ont laissé dans les coffres du Conseil. L'exécutif socialiste de l'époque a lamentablement échoué lorsqu'il s'agissait de faire les prévisions de croissance annuelle de l'économie nationale et cela a eu des conséquences sur l'économie. financement des régions autonomes, y compris, bien sûr, l'Andalousie.

L'équipe économique de Rodrguez Zapatero a prédit une croissance en 2008 et en 2009 beaucoup plus élevée que ce qui s'est réellement passé (avec une récession même en 2009) et ce calcul s'est traduit par Livraison sur facture que le gouvernement central effectue auprès des régions autonomes pour leur financement ont été plus substantiels que ce qui correspond finalement, ce qui a généré une dette des communautés auprès de l'exécutif de l'Etat qui n'a pas encore été remboursée.

Dans le cas de Andalou, et selon les chiffres fournis par le ministre des Finances et des Finances européennes, les erreurs de Zapatero dans le financement de 2008 et 2009 ont représenté un trou de plus de 6 000 millions d'euros, notamment de 6 113 millions que la communauté autonome ne finira de payer qu'en 2031.

En théorie, et conformément au système de financement régional actuel, le différence entre les livraisons pour le compte du gouvernement central et l'argent qui, en fonction de la croissance économique, correspond à chaque communauté est réglé après deux ans. En d’autres termes, si une communauté autonome a reçu moins d’argent qu’elle n’en a le droit, l’État lui paie la différence, mais si c’est l’inverse, c’est la communauté qui doit restituer ce qui a été payé en trop. Et c'est ce qui s'est passé en 2008 et 2009, mais avec un montant négatif pour l'Andalousie historique, un hypothèque qu'au milieu de 2010, toujours en crise, il était impossible de revenir.

Pour cette raison, d'abord le gouvernement de Rodrguez Zapatero et, plus tard, celui de Mariano Rajoy ont accepté remettre à plus tard le règlement négatif de ces deux ans à cinq ans, dans un premier temps, et à dix et enfin à 20 avec le PP déjà au pouvoir.

Le problème est que l'histoire se répète et cette année 2020, il va y avoir nouveau trou dans le financement andalou qui devra être couvert en raison de l'effondrement économique dû à la pandémie de coronavirus.

L'Andalousie recevra tout au long de cette année des livraisons aux comptes calculées sur la base d'une prévision de croissance de 1,6%, alors que le gouvernement central lui-même prévoit désormais une baisse de 11,2% de l'économie, ce qui signifie une différence de 12,8 points. Et la même chose pourrait arriver l'année prochaine, puisque le ministère des Finances dirigé par María Jess Montero a annoncé des acomptes pratiquement identiques – avec une légère réduction de 0,2% -, alors que les prévisions de croissance économique sont Ils se situent à 7,2%, ce qui ne couvre pas la différence pour cette année 2020.

Une situation "alarmante"

Des sources du ministre des Finances dirigé par Juan Bravo ont expliqué à EL MUNDO de Andaluca qu'il est impossible, à ce stade, de calculer le taille du trou que l'écart entre les prévisions et l'évolution réelle de l'économie va provoquer, une fois de plus, dans les coffres publics de la communauté. Mais, en tout cas, la situation, ont-ils assuré, est "alarmante" et cette nouvelle hypothèque il pourrait même être supérieur à celui de la crise précédente.

Surtout parce que, soulignent ces sources, cet argent devra être remboursé à partir de 2022, lorsque, selon les prévisions, l'économie ne se sera pas complètement rétablie et sera un dette supplémentaire à celui déjà généré par les besoins issus de la pandémie, notamment la santé, dont les dépenses ont explosé.

Le conseiller lui-même Juan Bravo avait déjà averti la semaine dernière au Parlement du pernicieux effets secondaires des acomptes calculés par le gouvernement de Pedro Snchez, pariant pour ne pas trop s'écarter de la voie de la stabilité budgétaire et y revenir le plus tôt possible.

Bravo a remis en question les acomptes provisionnels calculés par le département Montero pour l'année prochaine et a regretté qu'il soit nécessaire de restituer ce qui est transféré en trop à partir des années 2022 et 2023.

Même si ce ne sera pas la seule chose que l'Andalousie devra rendre car, selon leurs comptes, la communauté autonome prendra au moins dix ans pour restituer la dette générée par la crise sanitaire et économique par Covid-19, quel que soit le trou supplémentaire pour les acomptes.

Ce qui s'est passé en 2008 et 2009

Pour mieux comprendre ce qui peut arriver et l'ampleur du problème, il convient de revoir en détail ce qui s'est passé lors de la crise précédente en tenant compte des livraisons.

Dans l'année 2017, l'économie espagnole a continué de croître à un taux de 3,6% et une collecte record de 200 676 millions d'euros a été atteinte, soit près de 12% de plus qu'en 2006.

Pour l'année 2008, la prévision de croissance du PIB (produit intérieur brut) était de 3%, mais l'économie n'a progressé que de 0,9%. Le résultat de l'écart a été un trou de 5 502,8 millions pour l'ensemble des régions autonomes et, dans le cas spécifique de l'Andalousie, 1 475,9 millions.

L'année suivante, en 2009, l'économie espagnole a chuté de 3,8% et le recouvrement des impôts s'est effondré à 173 453 millions d'euros, 13,6% de moins qu'en 2008. Cependant, les budgets généraux de l'État présentés par Le gouvernement de Zapatero a inclus une croissance de 1%.

En conséquence de tout cela, le règlement pour 2011 était d'un montant négatif de 18 738,5 millions d'euros pour toutes les communautés. Dans le cas de l'Andalousie, un trou de 4 637,4 millions d'euros.

Au total, le trou de ces deux années pour l'ensemble des autonomies se résume 24241,3 millions et 6 113,3 millions d'euros uniquement pour l'Andalousie.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *