Catégories
Actus culinaires

Le juge poursuit le membre de l'ETA Itxaso Zaldua pour le meurtre de Manuel Gimnez Abad et ordonne son emprisonnement inconditionnel

Mercredi,
22
juillet
2020

18:14

Santiago Pedraz indique que l'identification photographique du fils du défunt a été l'élément clé pour le tenir responsable de l'attaque

Photographe

Photographie de police du membre traité de l'ETA, Miren Zaldua.
LE MONDE

Pendant son vol, Ata a rencontré à un moment donné une 'femme petite, aux joues charnues, aux yeux noirs' qui était vêtue d'une couleur sombre et portant un bonnet et un long manteau malgré le mois de mai, ce qui a assuré la sécurité à une certaine distance de l'auteur des plans; auquel il a livré un objet qui ne peut être spécifié; tous deux fuyant dans des directions opposées: À à la course et à la femme d'un pas léger ".

Dix-neuf ans après que cette scène eut lieu dans le centre de Saragosse, le juge a jugé ETA Regardez Zaldua pour être cette femme petite, aux joues charnues et aux yeux noirs qui, avec le membre de l'ETA Mikel Carrera Sarobe, a participé à l'assassinat du président du PP d'Aragn Manuel Gimnez Abad quand il se rend à La Romareda avec son fils pour assister à un match de football.

Zaldua, alias Sahatsa et qu'elle a déjà purgé une peine en France pour terrorisme, elle a été arrêtée mardi. Ce mercredi, il est passé par le tribunal national, d'où, à la demande du procureur, il est parti en direction de la prison et avec la mise en examen pour meurtre terroriste.

Le juge Santiago Pedraz Il explique dans sa voiture que l'élément définitif pour agir contre l'ETA était l'identification par Borja d'elle, qui accompagnait son père ce jour-là. La reconnaissance de la photographie de l'ETA a d'abord été faite devant les forces de sécurité et a été ratifiée il y a deux semaines devant le juge lui-même.

Pedraz explique dans l'acte d'accusation qu'au moment de l'attaque, les forces de sécurité ne savaient pas que Zaldua faisait partie de la Commande Basajaun, raison pour laquelle sa photographie n'a pas été montrée aux témoins des faits. L'image montrée au fils n'a jamais non plus été divulguée dans les médias, ce qui renforce la valeur de l'identification.

A la reconnaissance de l'ETA, il existe des rapports récents de la Garde civile sur «la structure, les composants et les attaques» attribués au commandement à l'époque, ce qui renforce la thèse de la participation du détenu. Pour ces rapports, l'énorme information sur l'ETA fournie par la France à l'Espagne a été utilisée.

Le membre de l'ETA a été arrêté en France en 2006 et a purgé une peine dans ce pays pour terrorisme. En 2017, à l'expiration de sa peine, elle a été expulsée vers l'Espagne. Cette prison en France l'empêche d'être à nouveau condamnée pour appartenance à l'ETA, mais pas de faire face à une nouvelle condamnation pour le meurtre de Gimnez Abad en 2001. Être un tribunal de l'Audiencia qui, à l'issue du procès, détermine la portée de la l'identification comme preuve de la charge et celle des rapports de la Garde civile comme une corroboration suffisante. D'ici là, Zaldua attendra en prison.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *