Catégories
Actus culinaires

Le journalier tué par coup de chaleur à Lorca est arrivé à l'hôpital en arrêt cardiorespiratoire

Mardi,
4
août
2020

10:00

L'ouvrier agricole décédé d'un coup de chaleur a souffert en déchargeant un camion de sandas est arrivé à l'hôpital sans pouls et en arrêt cardiorespiratoire, et il a échoué au test de covid-19.

Hôpital Rafael M

Hôpital Rafael Mndez de Lorca

L'ouvrier agricole est décédé ce samedi dans une ferme située entre les communes de Murcie Puerto Lumbreras et Lorca pour un coup de chaleur a souffert en déchargeant un camion de sandas, il est arrivé à l'hôpital sans pouls et en arrêt cardiorespiratoire, et il a échoué au test de covid-19.

Cela se reflète dans la partie médicale intégrée au certificat de la garde civile des aigles, qui indique également que le travailleur, B.B.H., 41 ans et originaire du Nicaragua, est entré dans le centre hospitalier Rafael Mndez de Lorca dans le coma et avec légèreté dans ses membres.

Comme l'ont indiqué les sources de l'enquête d'Efe, il soumis à un massage cardiaque pendant quarante minutes, bien que sans résultat positif, après quoi le cadavre a été transféré à l'Institut de médecine légale de Murcie pour l'autopsie.

Le tribunal d'instruction de Lorca qui dirige les enquêtes a décrété ce lundi le libération sans caution du détenu, P.M.P., l'homme d'affaires équatorien pour lequel il travaillait le défunt, avec la seule obligation de comparaître dans les dépendances du même autant de fois qu'il est appelé et de communiquer rapidement ses changements d'adresse.

L'ordre dans lequel la liberté est accordée indique que, bien que, d'après ce qui a été fait jusqu'à présent, il y ait "suffisamment" d'indices pour le considérer comme responsable, vraisemblablement, d'un crime contre les droits des travailleurs, en application de la loi, il n'est pas approprié d'adopter une autre mesure restrictive des droits.

Le déroulement de l'affaire, traité par la Garde civile des aigles, indique que l'homme d'affaires a d'abord déclaré que lorsqu'il voyageait dans sa camionnette avec deux autres travailleurs, ils ont trouvé une personne dans le caniveau, alors ils ont procédé à son transfert dans un centre de santé. de Lorca, dont il sera plus tard transféré à Rafael Mndez.

Cependant, plus tard, il a admis aux agents que la personne décédée, pour laquelle il est retourné au centre de santé pour s'enquérir de son état, était un de ses travailleurs qui était avec lui depuis deux ou trois jours et qu'il n'était pas encore inscrit à la sécurité sociale.

Les enquêteurs se sont rassemblés dans les déclarations bondées de ses collègues, dont l'un a indiqué que le matin, à 10h00, ils avaient fait une pause pour le petit-déjeuner et qu'à ce moment-là, le défunt était normal. .

Cependant, quatre heures plus tard, il l'a trouvé très mauvais, au point qu'il a dû le tenir pour l'empêcher de tomber au sol, car évanoui.

De son côté, un autre journalier a expliqué aux agents que le la journée de travail a duré de 7h00 à 15h00., du lundi au samedi, puisqu'ils ne se reposent que le dimanche.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *