Catégories
Actus culinaires

Le gouvernement transformera la Valle de los Cados en cimetière civil et interdira la Fondation Franco

Mardi,
quinze
septembre
2020

15:45

Le Conseil des ministres approuve le projet de mémoire démocratique qui laisse la récupération des disparus et l'ouverture de fosses communes entre les mains de l'État

La première vice-présidente du gouvernement, Carmen Calvo, ce vendredi à ...

La première vice-présidente du gouvernement, Carmen Calvo, ce vendredi en Conseil des ministres.
Zipi EFE

Il Conseil des ministres a approuvé aujourd'hui l'avant-projet de Loi de la mémoire démocratique être la base pour interdire le Fondation Franco, un pas de plus que fait le gouvernement après avoir exhumé le corps du dictateur de Valle de los Cados en octobre de l'année dernière. Pour la première fois, la législation espagnole intègre un système de sanctions, entre 200 et 150 000 euros, pour les associations qui, avec des ressources publiques, vantent le totalitarisme ou des personnalités dictatoriales, comme celle de Franco. "Ce n'est ni possible ni légal", a assuré la première vice-présidente, Carmen Calvo, qui, en tant que responsable de la mémoire historique, a présenté le texte à l'issue de la réunion gouvernementale. L'exécutif procédera à une "modification de la loi sur les associations" pour empêcher ces fins dans des fondations publiques ou avec des fonds publics "qui vont à l'encontre de l'ordre constitutionnel".

Et aussi transformer la Vallée des Déchus en "un cimetière civil", où "les plus de 30 000 victimes de la guerre des deux côtés ont la paix et le respect de tous", a déclaré Calvo. Sa démission en tant que monument qui dépend de héritage national mais il a été résolu qu'elle cesse d'être sous le contrôle de l'ordre religieux des bénédictins. Le Gouvernement approuvera par décret un régime transitoire de gestion des Cintres muraux que Franco céda aux moines en 1957. Ces religieux firent face à l'exécutif pour la décision de destituer le dictateur de cet endroit. La vice-présidente a expliqué que son nouveau caractère civil empêche la présence des bénédictins.

Mais le grand pas que franchit cette loi, c'est que l'Etat va prendre en charge l'identification des corps des disparus pendant la guerre et la répression qui a suivi que la dictature de Franco a supposé rester dans des fosses communes. Jusqu'à présent, a souligné le vice-président, «même les frais d'extraction dans les gouttières étaient payés par les familles». Le Gouvernement va maintenant se charger de livrer les restes à leurs familles en préparant une carte des tombes et une liste des victimes dans cette situation et une banque d’ADN pour la reconnaissance des morts. Nous mobiliserons des ressources publiques pour les enterrer comme ils le méritent », a déclaré Carmen Calvo.

Un procureur de chambre sera également créé à la Cour suprême pour cette question et un organe inter-territorial pour «coordonner» avec les communautés autonomes qui ont des pouvoirs. Les procès extrêmes menés par le régime franquiste sans garanties seront déclarés «nuls et non avenus» et les titres de noblesse accordés aux «personnages essentiels du coup d'État» seront retirés, en référence aux militaires qui ont soutenu Franco.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *