Catégories
Actus culinaires

Le gouvernement publie à la BOE "l'accord" de fermeture de Madrid et donne 48 heures pour le respecter

Mis à jour

Jeudi,
un
octobre
2020

09:17

Cette résolution, qui imposera de sévères restrictions à dix municipalités de Madrid, doit être publiée dans les journaux officiels de chaque CCAA et c'est à ce moment-là qu'elles entreront en vigueur. Ayuso étudie pour en appeler à la Cour nationale.

Illa apparaît après le reuni

Illa apparaît après la réunion du Conseil interterritorial de la santé entre le ministère de la Santé et le CCAA.
EFE

Le ministère de la Santé a publié aujourd'hui dans la BOE la résolution qui rend public «l'accord» du Conseil interterritorial du système national de santé qui implique l'application de nouvelles restrictions à Madrid et dans les villes de plus de 100 000 habitants avec une incidence cumulée de Covid plus de 500 cas malgré l'opposition de la Communauté de Madrid, Galice, Andalousie, Murcie, Ceuta, Catalua et Melilla. Il doit être publié dans les journaux officiels de chaque Communauté autonome dans un délai maximum de 48 heures et c'est à ce moment que les différentes mesures entreront en vigueur dans le délai fixé par chaque gouvernement autonome.

Madrid a déjà averti qu'elle étudiait en collaboration avec le procureur général de la Communauté la légalité du contenu de cette résolution pour vérifier que "des critères objectifs et non arbitraires ne sont pas utilisés" et que son appel est soulevé devant le tribunal national, selon Roberto Bcares. "Madrid ne va pas se déclarer en rébellion, Madrid respecte la loi", ont-ils précisé depuis les environs de Daz Ayuso. La résolution Il imposera de sévères restrictions à dix communes de cette région: la capitale de Madrid, Alcal de Henares, Alcobendas, Alcorcn, Fuenlabrada, Getafe, Legans, Torrejn de Ardoz, Mstoles et Parla. .

S'adressant à Esradio après avoir entendu la publication de la résolution, le président madrilène a averti que "ce Conseil ne peut rien imposer", et souligne que la volonté du gouvernement régional est "d'étudier de nouvelles restrictions et de continuer à parler avec le gouvernement". "Nous avons la meilleure volonté parce que, premièrement, celle-ci ne peut pas le faire seule et deux, parce que les citoyens sont de plus en plus confus", dit Ayuso. Moncloa insiste sur le fait que cet "accord" du Conseil Interterritorial du Système National de Santé sur la Déclaration d'Actions Coordonnées en Santé Publique est "obligatoire" même pour les communautés autonomes qui ont voté "contre".

Le conseiller madrilène accuse Illa de mentir: "Le document n'est pas juridiquement valable"

Le document publié au BOE, qui établit, entre autres mesures, des restrictions à l'entrée et à la sortie des communes présentant des incidents de plus de 500 cas pour 100000 habitants, des limitations de capacité et d'heures et des réunions d'un maximum de six personnes, souligne que actuellement il y en a en Espagne " 11 communes de plus de 100 000 habitants, dont 4 988 601 habitants, avec des taux d'incidence supérieurs à 500 cas pour 100 000 habitants "et que le taux moyen de ces municipalités est de 892 cas pour 100 000 habitants sur les 14 jours évalués," plus de trois fois l'incidence nationale ", bien que la situation de ces territoires n'est pas homogène en termes de capacité de diagnostic et de soins.

Cette situation, prévient-il, a un impact important sur les «systèmes de santé soins primaires et hospitaliers », qui occupent déjà 18% des lits dans les unités de soins intensifs du pays, avec cinq communautés autonomes dépassant déjà 25% et une plus de 40%, ce qui justifie «Coordonner les mesures de contrôle à un niveau général qui garantissent une homogénéité suffisante pour faire face aux situations extrêmes».

Le domaine d'application «urgent» des mesures est celui des communes dont la population est supérieure à 100000 habitants avec des incidents de plus de 500 cas pour 100000 habitants , avec un pourcentage de positivité dans les résultats des tests de diagnostic d'infection active réalisés au cours des deux semaines précédentes supérieur à 10%, et dans laquelle la communauté autonome à laquelle appartient la commune présente une occupation de lits par des patients COVID-19 en unités de soins intensifs supérieures à 35% de l'effectif habituel (période pré-COVID-19) de lits de soins intensifs dans les centres hospitaliers existants à la date d'adoption du présent accord. De la même manière, il est également jugé opportun que les autorités autonomes approuvent des plans d'action spéciaux dans les communes de moins de 100 000 habitants avec une incidence cumulative élevée de nouveaux cas.

Plus précisément, et afin de répondre efficacement à la situation de risque particulier ou d'alarme pour la santé publique qui a été décrite, neuf mesures de contrôle et d'intervention et deux recommandations seront établies

Sur la base de la résolution, la mobilité sera restreinte dans les municipalités de plus de 100 000 habitants avec plus de 500 cas de Covid-19 au cours des 14 derniers jours, sauf pour l'assistance aux centres, services et établissements de santé, pour le respect des obligations de travail , professionnel, commercial ou juridique. La capacité maximale des lieux de culte et de veille est également fixée à un tiers. En ce qui concerne l'hospitalité, la capacité maximale sera de cinquante pour cent à l'intérieur et de soixante pour cent à l'extérieur, la consommation de bar est interdite et l'heure de fermeture est fixée à 23h00. (VOIR TOUTES LES MESURES EN DÉTAIL)

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *