Catégories
Actus culinaires

Le gouvernement ouvre le débat sur la fin de l'inviolabilité du roi pour arrêter l'usure institutionnelle

Jeudi,
9
juillet
2020

13:54

Snchez et Calvo soutiennent que l'évaluation, également dans le cas du monarque, n'affecte que les faits liés à l'exercice de sa fonction

La première vice-présidente du gouvernement, Carmen Calvo, ce jeudi à ...

La première vice-présidente du gouvernement, Carmen Calvo, ce jeudi à l'Université de Salamanque.
J.M. Garca EFE

L'exécutif franchit une nouvelle étape dans la tentative de protéger la monarchie, de s'éloigner des actions de Juan Carlos I et de limiter l'usure institutionnelle, et ouvre le débat sur la fin de l'inviolabilité de la Roi, collectées dans le Constitution, et cela empêche l'empereur de juger tout ce qu'il a fait avant son abdication. La défense que cette prérogative ne peut affecter que les actes liés à sa fonction a pris forme. Le président de la gouvernementPedro Snchez l'a déjà souligné dans une interview conjointe avec eldiario.es et Infolibre. Et ce matin, la première vice-présidente, Carmen Calvo, a suivi dans ce sillage.

Calvo, dans une déclaration ce jeudi à Salamanque, a défendu que les positions publiques sont évaluées "dans ce qui affecte l'exercice des fonctions du poste", tandis que dans le reste des actions, elles doivent "être tenues pour responsables comme tout citoyen", après que le président a souligné que cela s'applique également pour le roi. Après avoir appris que le roi n'a pas déclaré l'argent qu'il avait déposé dans une banque de Suisse et a approuvé par sa signature la création d'une société opaque pour le cacher, ce qui pourrait constituer un crime contre le Trésor public, Snchez a soutenu que l'inviolabilité du roi est "clairement l'un des préceptes sur lesquels nous devrions tous réfléchir et voir ce que solution que nous vous proposons. " "De toute évidence, la Constitution espagnole doit évoluer conformément aux exigences d'une conduite exemplaire et politique des sociétés."

Le président ajoute que le gouvernement, maintenant en coalition, et auparavant seul, a proposé une réforme de la Constitution "pour revoir le schéma des fonctions publiques afin qu'elles soient limitées à leur activité parlementaire et non à une autre". Par conséquent, il souligne dans l'interview: "Je pense que si je défends cela pour n'importe quelle fonction publique, logiquement aussi pour le chef de l'Etat".

L'exécutif est donc ouvert à mettre fin à l'inviolabilité du monarque par un changement constitutionnel, qui n'aurait des effets que sur Felipe VI, et à un moment défavorable, en raison de la fragmentation du Parlement et les relations froides avec le PP, pour proposer une modification de la Magna Carta d'une certaine portée. Il semble, clairement, une tentative de stopper la détérioration de l'institution monarchique qui peut provoquer le scandale autour de Juan Carlos I. Bien que, comme ce journal l'a publié aujourd'hui, les 65 millions d'euros que le roi Emrito a reçus du monarque saoudien "n'ont pas sont des commissions AVE "pour Mecque, un extrême qui fait l'objet d'une enquête en justice, selon des sources provenant de leur environnement, ces mêmes sources admettent également le péché de cacher ce montant à l'administration fiscale.

Face à cette crise de réputation, le Gouvernement s'est attaché à protéger Felipe VI et à différencier son profil de celui de son père. Dans cette ligne, des gestes sont faits tous les jours. Mercredi, le président sans réserve a qualifié les dernières informations sur Juan Carlos I de "dérangeantes" et a assuré "qu'elles nous dérangent tous". Et puis il a remercié que la Maison Royale "marque les distances", en référence au fait que Felipe VI a renoncé à l'héritage de son père et a retiré l'allocation pour ses dépenses incluse dans les budgets. Et commence maintenant à discuter de l'expiration de l'inviolabilité constitutionnelle.

La vice-présidente a renforcé aujourd'hui cette proposition qu'elle considère comme "profondément démocratique", de sorte que les appréciations, dans le cas du roi, de l'immunité absolue d'inviolabilité, "doivent résider dans les activités des charges publiques dans l'exercice de leur fonction" . "Il est évident que dans cette démocratie, comme dans celles de notre environnement, il y a une protection pour l'exercice des fonctions, mais en dehors de cela, nous devons être responsables comme tout citoyen, dans des conditions égales d'hommes et de femmes de ce pays, pour répondre avec mêmes critères ", a-t-il dit, selon Efe.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *